I hate Fairyland

Fairyland est un pays féerique et magique gouverné par la Reine Cloudia. Gertrude se retrouve coincée dans cet univers fantastique. Elle tente d’en partir, massacrant tout le monde. I hate Fairyland est un comics déjanté et drôle, signé Skottie Young chez Urban Comics.

ASPIRÉE VERS FAIRYLAND

La vie est belle lorsque l’on a six ans et que l’on joue à la princesse dans sa chambre. Gertrude change d’humeur lorsqu’elle est inspirée vers Fairyland.

Accueillie par la reine Cloudia, elle apprend que pour sortir de cet univers féerique, elle devra retrouver la clef de la porte magique.

Aidée dans sa recherche par Larri – une mouche cheap – elle se met en quête de l’objet. Rapidement, la belle et ingénue fillette se transforme en une véritable créature sanguinaire, tuant tout sur son passage.

LA REINE DE FAIRYLAND S’ÉNERVE

A bord de son voilier volant, Gertrude dézingue toutes les étoiles qui atterrissent chez la Reine Cloudia. Enervée par la situation, la souveraine ne peut pas intervenir elle-même pour l’anéantir. Une loi de cet univers magique précise : « Le souverain ne fera de mal à aucun invité de Fairyland. Il ne touchera pas au moindre de ses cheveux. » Elle tente alors d’envoyer des mercenaires à ses trousses…

I HATE FAIRYLAND : CONTE DÉJANTÉ

Il hate Fairyland n’est pas à mettre entre toutes les mains. Violente et plein de gros mots, cette fable déjantée est signée Skottie Young –  dessinateur de Magicien d’Oz, de Rocket Rackoon et Giant-Size little Marvel (tous chez Marvel) – qui propose un conte qui débute bien mais qui se termine dans un bain de sang.

Tous les coups sont permis à Gertrude pour retrouver la clef du bonheur qui la fera revenir chez elle. Cet univers magique est tenu d’une main de fer par la Reine Cloudia – qui a un air de ressemblance avec la Reine de Cœur d’Alice au pays des merveilles – va dérailler et multiplier les morts sous les coups de boutoir de la petite fille de six ans.

Quant à Lorri – sorte de Jiminy Crikett du pauvre – il fera office de faire-valoir dans la quête de Gertrude : drôle, sale, fumeur et loser.

Véritable hommage aux contes pour enfants de Perrault, Grimm, Andersen ou Disney, I hate Fairyland détonne par son côté délirant, à contre-courant et anti-conformiste. Absurde, l’histoire de l’illustrateur de Par bonheur le lait (texte de Neil Gaiman, éditions Au diable vauvert) est impertinente et c’est jouissif à la lecture.

A la croisée du comics et du manga, Skottie Young dévoile une partie graphique colorée, acidulée et pétillante. Le sang gicle à toutes les pages et son héroïne devient alors moche et méchante.

Article posté le mercredi 15 février 2017 par Damien Canteau

I hate Fairyland de Skottie Young (Urban Comics) décrypté par Comixtrip le site BD de référence
  • I hate Fairyland
  • Auteur : Skottie Young
  • Editeur : Urban Comics, collection Urban Indies
  • Prix : 10€ jusqu’au 30/06/17
  • Parution : 03 février 2017

Résumé de l’éditeur : Gertrude, petite fille au tempérament de feu, se retrouve subitement aspirée par sa moquette de la chambre, prisonnière du monde magique de Fairyland. Trente longues années de captivité et de bain de sang durant lesquelles sa seule motivation a été de rentrer chez elle. Bienvenue au royaume de la reine Claudia, des hommes-champignon, des faunes zombies et des haches géantes. Bienvenue à Fairyland.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir