Jean Graton et Michel Vaillant, L’aventure automobile

Jean Graton est indissociable de son héros de papier Michel Vaillant. L’auteur nantais le fera vivre de 1957 à 2004, publiera alors presque 70 aventures du célèbre pilote et 20 millions d’albums seront vendus. Philippe Graton, son fils et Xavier Chimits reviennent sur ses années dans une somptueuse biographie Jean Graton et Michel Vaillant, l’aventure automobile, aux éditions Hors Collection.

320 PAGES DE SPORTS MÉCANIQUES

Xavier Chimits, journaliste spécialisé dans le sport automobile et Philippe Graton, scénariste et plus jeune fils de l’auteur, dévoilent à travers les 320 pages de cette biographie, le fabuleux destin du créateur de Michel Vaillant. Cet ouvrage richement illustré de dessins, croquis de recherche, de planches mais aussi de photographies, le tout compilé par Philippe depuis les archives familiales; ainsi que des citations ou des textes de personnalités du sport (comme Alain Prost) est proposé dans un grand format 26×31 sur du papier d’excellente qualité afin de pouvoir observer tous les détails de ces documents historiques.

6 CHAPITRES POUR SUIVRE L’ITINÉRAIRE DE JEAN GRATON

  • Chapitre 1 : Jean de Nantes

« J’ai toujours été un rêveur, c’est ce qui m’a sauvé », voici la citation introductive de ces 20 pages. Né en 1923 à Nantes, Jean était le fils d’un prisonnier de la Seconde Guerre Mondiale, qui commence à travailler aux Chantiers Navals de la ville. Le lecteur de l’ouvrage découvre le premier dessin publié dans le journal belge Le Soir (son papa réparant sa moto devant le garage) alors qu’il n’a que 8 ans.

Son premier contact avec le sport mécanique, c’est en 1937, lorsque André, son père, l’emmène en moto aux 24 heures du Mans et découvre ainsi pour la première fois un univers fascinant qui ne le quittera plus jusqu’à la fin de sa vie.

  • Chapitre 2 : Bruxelles, dans le chaudron magique

C’est en 1948 que Jean Graton débarque à Bruxelles avec Jacqueline sa femme, rencontrée en 1945. Il y croisera tous les futurs grands auteurs-dessinateurs des années 50 : Jacobs, Franquin, Morris, Peyo, Charlier, Greg, Martin, Paape, Hubinon, de Moor, Roba, Tillieux, Tibet, Attanasio, Mitacq, Will mais aussi les deux parisiens Uderzo et Goscinny. En effet, l’école belge de la bande dessinée est à son zénith et il semblait normal que l’auteur de Michel Vaillant s’en rapproche.

L’année suivante, il publie ses premiers dessins de sports dans La dernière heure-Les sports, quotidien généraliste et en 1951, il intègre la World Press où il rencontre Georges Troisfontaine et Jean-Michel Charlier, qui détecte tout de suite son talent et lui parle d’emblée de bande dessinée. Graton ne peut refuser un travail, lui qui n’a pas beaucoup d’argent. Il illustre alors pendant un an, les Histoire de l’Oncle Paul.

Par la suite, il propose des scénarios sur le thème du sport au Journal de Tintin et en 1953, il dévoile La première ronde, une bande dessinée qui a pour toile de fond le circuit de F1 de Spa-Francorchamps. Il imagine un héros prénommé Michel et la première histoire longue de ce personnage sera publiée en 1959, Le grand défi.

  • Chapitre 3 : Michel Vaillant « Je l’avais dans la plume »

Cette partie revient sur la genèse de Michel Vaillant, les années de 1956 à 1959. Le lecteur peut alors découvrir les premiers pas des méchants qui apparaissent dans la troisième histoire-test, La vaillante marathon : Morgan et Narkine. Ce sont aussi les premiers scénarios avec des enquêtes policières; la compétition n’étant qu’un prétexte. Ainsi que l’apparition de Benjamin, le frère aîné de Henri, qui dirige une entreprise de transport dans laquelle Michel travaillera.

Arrive ensuite Le grand défi, qui met en scène la rivalité entre le personnage principal et Steve Warson pour le titre de meilleur pilote du monde.

  • Chapitre 4 : Quand les Vaillante deviennent réalité

« Voir rouler mes voitures, c’est un privilège, une récompense », confiera Graton lorsqu’il verra les premiers essais des voitures portant le nom de son héros.

De plus, Michel Vaillant devient un personnage de fiction célèbre, notamment à partir du 30 avril 1967 lorsque le téléspectateur découvre le premier épisode de 26 minutes du feuilleton Les aventures de Michel Vaillant, diffusé tous les dimanches à 18h30 sur l’ORTF. Il devient ainsi un héros national comme Thierry la fronde. Des images de courses prises sur le vif donnent une dimension véridique à la série. Un partenariat est conclu avec Renault Alpine et permet au héros de courir sur divers circuits dans diverses disciplines.

  • Chapitre 5 : Bienvenue chez les Labourdet

En parallèle de son œuvre majeure, Jean Graton imagine d’autres univers et notamment Les Labourdet, une série sur une famille dans les années 60. Ce mélange de soap opera et de romans photos est un beau portrait de la France de cette époque où se mêlent amour, conflits de générations, rivalités, soucis professionnels et ascension sociale.

  • Chapitre 6 : Julie Wood « trop jolie pour disparaître« 

Jean Graton songe à un héros féminin et dévoile les aventures de Julie Wood. Dans l’Ouest américain, la jeune femme à moto est poursuivie par un ennemi tapi dans l’ombre.

Article posté le jeudi 26 novembre 2015 par Damien Canteau

Jean Graton et Michel Vaillant, l'aventure automobile fait partie des 10 meilleurs beaux livres (art books) sur la BD parus en 2015 pour Comixtrip, le site spécialisé en bande dessinée
  • Jean Graton et Michel Vaillant, L’aventure automobile
  • Auteurs : Xavier Chimits et Philippe Graton
  • Editeur: Hors Collection
  • Prix: 59€
  • Parution: 22 octobre 2015

Résumé de l’éditeur : Michel Vaillant est un séduisant pilote, l’un des meilleurs du monde. Il conduit une voiture de course « la Vaillante » créée par son père. Quand il n’est pas au volant de son formidable bolide, il règle des problèmes de toute nature dans le petit monde de la course d’endurance.

La première histoire de Michel Vaillant est publiée dans la journal de Tintin en 1957. L’Accueil est enthousiaste, le héros est vote adopté, la série de Jean Graton est lancée. Parallèlement, le premier album « Le Grand défi » paraît en 1959.
Plus de 50 ans et 70 albums plus tard, la magie de la saga continue d’opérer sur les jeunes lecteurs initiés à cette bande dessinée par leur père ou leur grand-père.
On tombe dans Michel Vaillant comme Obélix dans la marmite de potion magique du druide Panoramix. C’est de la bombe ! La vocation d’Alain Prost est née à la lecture des aventures signées Jean Graton.

Cette oeuvre impressionnante n’avait encore jamais été racontée. Xavier Chimits et Philippe Graton, le fils de Jean Graton, nous ouvre les portes de cet univers vrombissant.

Grâce à la collection de la fondation Jean Graton, cet album est illustré de planches originales, de dessins inédits, de photos personnelles, de couvertures d’époque, de crayonnés… de documents rares.

Jean Graton était un perfectionniste. Il allait lui-même sur tous les circuits du monde afin d’être au plus près de la réalité, du vécu des pilotes et des grandes écuries. Son témoignage, ceux des grands pilotes de la seconde moitié du 20ème siècle, et ceux de ses proches sont également recueillis dans cet ouvrage.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir