Jojo, intégrale 2

Un été du tonnerre, Le serment d’amitié, Mamy se défend & Monsieur Je-sais-tout composent la deuxième intégrale de Jojo, la merveilleuse série de André Geerts chez Dupuis. Un délice de 4 albums publiés entre 1991 et 1998.

Hislaire – Geerts, naissance d’une amitié

Comme pour le premier formidable volume de l’intégrale de Jojo, Morgan Di Salvia remet dans leur contexte les 4 albums qui composent le recueil et raconte la vie trépidante de son créateur André Geerts.

L’auteur de cette longue introduction revient sur les années d’adolescence de Geerts. Un moment marqué par sa rencontre décisive avec Bernard Hislaire, futur grand auteur de Bidouille et Violette, la saga des Sambre ou Mémoires du XXe ciel. C’est à 14 ans que les deux adolescents se croisent pour la première fois à l’Institut Saint-Luc. Une amitié est née. Ensemble ils dessinent et parlent pendant des heures de bandes dessinées.

Le duo rencontre aussi Frank Pé, le futur dessinateur de Zoo et Broussaille. Le duo devient un trio d’amis. Autour d’eux gravitent aussi Bosse, Bom, Darasse et Watch qui feront les beaux jours du journal de Spirou.

Entrée au mythique journal de Spirou et fin d’une amitié

Par l’entremise de Jean-Marie Brouyère, Geerts, Hislaire et entrent par la petite porte dans le journal de Spirou. Le rédacteur en chef leur laisse carte blanche dans la rubrique L’apache qui rit.

La veine poétique de André Geerts est un véritable obstacle au début de sa carrière. Loin des récits d’aventure ou des polars, très en vogue à cette époque, il a du mal à imposer son univers. Pourtant ses deux amis le sentent, le talent immense est là. Il faudra à cet auteur timide la rencontre avec Philippe Vandooren (rédacteur en chef de Spirou entre 1982 et 1987) pour vraiment devenir auteur complet.

Vrai expérimentateur lorsqu’il dessine, il tente et essaie de nombreuses techniques. Il réalise ses planches sur petit format et son atelier bouillonne; un vrai bazar créatif. « Ses perspectives ne peut-être pas justes, mais, puisque tout est tordu d’un magnifique façon, cette naïveté donne une réalité à sa façon de représenter le monde », souligne Morgan Di Silva.

Le cercle d’amis se disloque alors qu’ils ont 25 ans. Leur vie d’adultes et de couple prend le pas sur cette amitié. En 1983, André part vivre à Laeken avec Evelyne sa compagne. Il a besoin de calme et de sérénité pour composer, lui le timide et solitaire. La rupture entre Geerts et Hislaire est consommée lorsque ce dernier part chez Glénat pour débuter Sambre avec Yann.

Rencontre avec Sergio Salma

Vandooren laisse les clefs de la maison Spirou à Patrick Pinchart qui apprécie le travail de Geerts. Il le met en avant pour conquérir le lectorat féminin et reconquérir le public enfantin. Jojo fonctionne à merveille.

En 1989, arrive à la rédaction Sergio Salma (futur créateur de Nathalie). Entre André et lui, le courant passe tout de suite. Ensemble, ils créent des couvertures pour la revue et proposent les Moments Jojo, scénarisés par Sergio.

Plus tard, ensemble Salma-Geerts créeront Mademoiselle Louise, sur un scénario du futur auteur de Animal lecteur. Quatre albums de la série sont publiés par Casterman entre 1993 et 1997. Une grande amitié nait entre les deux auteurs.

Lorsque André débarque avec les nouvelles planches de Jojo, c’est toujours l’effervescence dans la rédaction. On organise des moments chaleureux. Il faut souligner que Geerts est particulièrement apprécié par tous les membres du journal de Spirou.

Jojo intégrale 2 : de Un été du tonnerre à Monsieur Je-sais-tout

Pour cette deuxième intégrale, les éditions Dupuis poursuivent leur travail de mémoire autour de Jojo et ce chronologiquement. Ainsi, le lecteur retrouve au sommaire quatre albums :

  • Un été du tonnerre (1993)
  • Le serment d’amitié (1994)
  • Mamy se défend 1995
  • Monsieur Je-sais-tout

Parmi ces quatre récits, deux retiennent plus notre attention parce qu’ils s’imposent comme de vrais chefs-d’œuvre dans l’univers de Jojo : les tomes 6 et 7.

Le serment d’amitié tient une place spéciale dans la saga Jojo. Comme le souligne Morgan Di Silvia : « Il incarne son idée chevaleresque de l’amitié. Pour lui, c’est à la vie, à la mort, tant que l’on reste loyal l’un envers l’autre ». Le belge exprime ainsi toute les peines pour tenir ses promesses. Dans cet album, il invite Alec Severin, son ami, pour illustrer quelques planches qui racontent la légende indienne autour de l’amitié.

Mamy se défend n’est pas qu’une histoire sur l’insécurité, elle parle de la force que le groupe peut représenter face à l’adversité. Malgré les ans et des physiques différents, l’on peut beaucoup apporter à sa communauté. Le moment poignant de l’histoire se déroule à la page 38 avec la scène de la mort de Madame Cornette. En une planche, André Geerts dévoile tout son génie graphique et narratif pour parler aux enfants d’un moment pourtant douloureux. Après l’acte de bravoure de la petite grand-mère ancienne institutrice, il la fait s’éteindre avec grâce et subtilité : elle est heureuse. Une vignette avec des ombres et deux mots de Mamy parachèvent ce moment : « Morte, oui. »

C’est en cela que l’on apprécie beaucoup le travail de André Geerts : de la force, de la conviction, des idéaux, de la poésie et un dessin majestueux. On attend avec impatience la 3e intégrale de Jojo !

Article posté le mardi 12 juin 2018 par Damien Canteau

Jojo intégrale 2 de André Geerts (Dupuis)
  • Jojo, intégrale 2 : 1991-1998
  • Auteur : André Geerts
  • Textes introductifs : Morgan Di Salvia
  • Editeur : Dupuis
  • Parution : 04 mai 2018
  • Prix : 28€
  • ISBN : 9791034730148

Résumé de l’éditeur : Ce second volume de l’intégrale consacrée à Jojo, ce petit héros tout en douceur, rassemble les albums « Un été du tonnerre », « Le serment d’amitié », « Mamy se défend » et « Monsieur Je-Sais-Tout », et présente de nombreuses illustrations et pages inédites publiées entre 1991 et 1998 dans le Journal Spirou. Après avoir longuement cherché le bon rythme, le bon format, André Geerts a réussi à trouver le ton juste. Entre Le Petit Nicolas et Boule & Bill, la sincérité absolue de son auteur fait de cette série familiale une oeuvre qui ne ressemble finalement à aucune autre. Une préface inédite retrace le parcours d’André Geerts, cet artiste trop tôt disparu.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir