La voie de Calliopée

Vouloir être écrasé par une idole en pierre et construire une navire en pierre qui flotte, rien n’est simple dans la vie d’Agaric le jeune. Alexandre de Moté et Paul Burckel imaginent tous les malheurs de ce sculpteur mégalo dans La voie de Calliopée, un récit décalé et drôle sur l’art, la transmission et la folie des hommes.

Créativité et têtes coupées

Agaric le jeune est le sculpteur officiel du roi. En plus de créer des objets pour la cour et le souverain, il doit aussi confectionner un ouvrage lors de la fête du début des récoltes.

En transe, complètement nu et légèrement atteint psychologiquement, le vieil homme entame sa sculpture après une mise en scène dansée par des villageoises.

Armé d’un immense pinceau, il esquisse les premiers contours d’un visage. Mais il n’est pas satisfait de son travail. Il demande alors à Sinaï, son disciple, de lui apporter la tête coupée de ses anciens assistants. Il en choisit une et l’embrasse sur la bouche.

Créativité et idoles de pierre

Après un nuit de création, Agaric commence à sculpter son idole à partir du dessin qu’il a effectué. Cette femme callipyge est immense. Alors que des habitants tentent de la déplacer vers le palais du roi, elle manque de s’effondrer sur le vieil homme. Il est sauvé au dernier moment par Sinaï qui se sacrifie pour lui.

Agaric est vexé, il aurait aimé être écrasé par une idole afin de rejoindre les dieux. Il rejoint alors le roi pour assister à l’entrée de sa sculpture dans le palais.

« J’étais assis sur mon trône, naviguant les cheveux au vent sur un bateau-idole. »

Lors des festivités, le souverain confie une nouvelle mission à son sculpteur : lui fabriquer un idole en pierre qui puisse flotter afin qu’il puisse aller vers la terre des dieux…

Créativité et La voie de Calliopée

Folie meurtrière, folie-douce et folie-follement-folle sont les maîtres mots de La voie de Calliopée. Lorsque l’on referme l’album, on a l’impression d’avoir assisté à la fin d’un homme, dans sa mégalomanie et sa cruauté, mais également à un film burlesque.

Alexandre de Moté est un génie pour mettre en scène la folie et il le prouve par cette histoire teintée de fantastique. Il construit son récit comme un chant antique, telle une fable pour les ados-adultes. Mettant en scène un peuple plutôt ancien (sans le dater, ni le localiser), il imagine une histoire où les thématiques sont assez universelles. Il y a tout d’abord, la création, la folie créatrice, la mégalomanie d’un être se sentant supérieur aux autres par son art.

Créativité et folie d’Agaric

En observant Agaric, les lecteurs pensent tout de suite à un imposteur, tant « son génie créatif » ne repose que sur du vent. Même s’il a édicté des codes pour les arts de son royaume, il semble ne pas s’en soucier et laisser vagabonder son esprit non sans avoir humilié les gens autour de lui.

Coureur de jupons, aimant la vie et le vin, il est cruel et aime la violence, tant verbale que physique. Il n’hésite pas à sacrifier ses disciples sur l’autel de son génie. Mais il en garde les têtes, telles des idoles qu’il chérie. Ce rapport avec ces visages est d’ailleurs très dérangeant.

Sa personne est mise à l’épreuve avec l’arrivée de Calliopée et de ses enfants. Il doit composer avec une femme. Pas simple lui qui aime se servir de la gente féminine comme d’objets.

Créativité et monarchie

Cette créativité, Agaric doit la mettre au service de son souverain. Payé grassement pour cela, pour la grandeur du roi sur ses sujets et le reste du monde, le sculpteur aime les courbettes vis-à-vis du monarque.

La commande étonnante que le roi lui passe est pourtant un cadeau du ciel pour le vieil homme. Il n’attendait que cela pour lui aussi rejoindre les dieux.

Quant à la succession du souverain, elle est surprenante car son fils ne semble pas du tout fait pour devenir monarque.

On apprécie énormément La voie de Calliopée pour son humour complètement décalé. Ses personnages sont jusque-boutistes et l’on se doute que leur folie les perdra. Cette tragi-comédie est parfois absurde et repose aussi sur des références à la pop culture que l’on peut dénicher de ci, de là.

Créativité et planches

Edité par 6 pieds sous terre, La voie de Calliopée bénéficie du talent graphique de Paul Burckel. L’auteur de La nuit mange le jour (avec Hubert) réalise de magnifiques planches faites de grands aplats de couleurs assez rétro. Sa palette chromatique est limitée à quelques teintes pour donner plus de force au récit (noir, orange, violet, blanc, ocre).

Ses personnages sont comme il se doit aussi fous dans leurs vêtements que le veut l’histoire. Il suffit de regarder celui du roi, ainsi que ses postures, pour comprendre que le dessin peut aussi apporter son lot d’humour.

La voie de Calliopée : une fable moderne pour ados-adultes entre folie, démesure, gigantisme, cruauté, violence, art, création et transmission. Une très jolie surprise !

Article posté le dimanche 11 avril 2021 par Damien Canteau

La voie de Calliopée de Alexandre de Moté et Paul Bruckel (6 pieds sous terre)
  • La voie de Calliopée
  • Scénariste : Alexandre de Moté
  • Dessinateur : Paul Burckel
  • Editeur : 6 pieds sous terre, collection Plantigrade
  • Prix : 18 €
  • Parution : 07 avril 2021
  • ISBN : 9782352121619

Résumé de l’éditeur : Agaric le Jeune, sculpteur royal fatigué, a bien du malheur. En effet, ce n’est pas lui qui se fait écraser par la monumentale idole qu’il vient de terminer, mais son assistant : signe qu’il n’est donc pas prêt à rejoindre les dieux… De plus, son énergumène de roi, visité par un rêve, exige de lui une tâche impossible : une nouvelle idole de pierre capable de flotter. Pour l’aider à accomplir sa tâche, le roi offre à Agaric un grand bloc de marbre, la promesse de finir ses jours écrasé par l’idole au terme de sa réalisation, cinq nouveaux assistants ainsi qu’une nouvelle épouse du nom de Calliopée… Le récit, habillé de pied en cap d’un costume tragi-comique, parfois horrifique, évolue dans les décors envoûtants d’une Crète uchronique. L’ambiance graphique, doucement teintée de couleurs rétros, s’embellit encore d’une gestuelle proche du théâtre. La voie de Calliopée trace l’histoire d’un sculpteur perdu dans ses doutes, évoque la notion de pouvoir, celui du roi sur Agaric et celui d’Agaric sur ses apprentis. Mais c’est aussi et surtout l’histoire d’une femme, Calliopée, de velléités émancipatrices, de création, de liberté, d’envies, de vie. La voie de Calliopée est une réflexion sur l’art, son initiation et sa pratique, et ses exigences parfois absurdes. Il est traversé d’un regard distancié sur le monde du travail, proposé dans une version jusqu’au-boutiste et transposé dans le monde imaginaire d’une monarchie absolue, pour en faire saillir ses mécanismes les plus retors.

 

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée). Il est le rédacteur en chef du site Comixtrip.

En savoir