Lady Mechanika, volume 1 : Le mystère du corps célèste

Détective hors-pair, Lady Mechanika résout des enquêtes délicates et parallèlement cherche des éléments concernant son passé. Joe Benitez dévoile le premier volume de cet excellent titre dans un univers steampunk décalé et violent.

LE DÉMON DE L’ALLÉE DU DIABLE

Septembre 1878. Lady Mechanika est à la recherche du Démon de l’allée du diable. Après une petite bagarre contre lui, elle décide de ne pas le tuer parce qu’étrangement cette créature parle. Elle lui offre alors une pomme car il a faim. Il faut dire que Ucky, le Démon, est maltraité par son maître qui l’a même abandonné.

Elle apprend de sa part qu’elle était la favorite de son maître et que c’est elle qui lui a donné son nom. Mais avant qu’il ne finisse sa phrase, il est abattu par le Colonel, l’un des hommes de main de Lord Blackpool.

Furieuse, elle allonge son poing dans la figure de l’homme qui a le fusil, tandis que le riche milliardaire de la compagnie d’armement le tue. Après une passe d’arme contre les sbires de Blackpool, elle s’enfuit…

LADY MECHANIKA : A LA RECHERCHE DE SON PASSÉ

Excellente détective, fin limier et combattante de haut vol, Lady Mechanika est une femme dont le corps est composé de pièces mécaniques (les yeux, les mains…), qui marche avec des bottes à hauts talons et qui possède un fusil et un revolver pour se défendre. Super-héroïne de la ville de Mechanika – d’où elle tire son nom – elle joue les redresseuse de tords et les justicières.

Pourtant, cette femme mi-humaine mi-mécanique ignore tout de son passé. Si par Ucky, elle découvre quelques bribes de réponses, elle le sait, elle devra continuer de chercher la vérité sur son passé. Joe Benitez pimente son récit en tissant des liens étroits avec Lord Blackpool, sa compagnie et Lady. Elle, justicière, lui, malfrat.

Cette curiosité est renforcée par la découverte d’une petite fille qui a subit elle aussi les expériences malheureuses de Blackpool. Lui ressemblant étrangement par son comportement et son physique, Lady essaiera d’en savoir plus sur elle.

UN UNIVERS STEAMPUNK TRÈS RICHE

Joe Benitez imagine un univers steampunk électrisant. Il dévoile ainsi un monde mécanique à l’époque victorienne, couplant ainsi les apparats de cet ère riche (vêtements, bâtiments, décors intérieurs, moyens de transport…) avec de la high-technologie (balistique, engins volants…). Cette uchronie – déjà visible dans de nombreuses bandes dessinées (City Hall de Lapeyre et Guérin, Le réseau Bombyce de Cécil et Corbeyran, Le régulateur de Corbeyran et Moreno ou La ligue des gentlemen extraordinaires de Moore et O’Neill) – n’est donc pas une idée novatrice mais l’auteur de The Magdalena (avec Marcia Chen, Semic) y déploie toute son imagination pour les éléments rétro-futuristes.

LADY MECHANIKA : UNE BEAUTÉ FROIDE

Si les décors sont peu présents, la grande force de la partie graphique réside dans la qualité de soin apporté aux personnages. Avec les quelques créatures, les circassiens ou Lord Blackpool, Lady Mechnika est d’une grande beauté, froide mais sublime. Cette femme forte, qui ne s’apitoie ni sur son sort ni sur celui de ses ennemis est d’une grande élégance. Agrémenté de teintes rétro-sépia (de Peter Steigerwald), le dessin y gagne encore plus de qualité.

Article posté le jeudi 21 juillet 2016 par Damien Canteau

Très bon premier volume de Lady Mechanika de Joe Benitez aux éditions Glénat, décrypté par Comixtrip le site BD de référence
  • Lady Mechanika, volume 1 : Le mystère du corps mécanique
  • Auteur : Joe Benitez
  • Éditeur : Glénat Comics
  • Prix : 12.99€
  • Parution : 01 juin 2016

Résumé de l’éditeur : Elle est l’unique survivante d’une terrible expérience qui l’a laissée avec deux bras mécaniques. N’ayant aucun souvenir de sa captivité ou de son existence passée, elle s’est construit une nouvelle vie d’aventurière et de détective privée. Elle use de ses capacités uniques pour agir là où les autorités en sont incapables. Mais la quête de son passé perdu ne s’arrête jamais. Les journaux l’ont appelée :  » Lady Mechanika  » ! Nouvelle pépite de Joe Benitez, Lady Mechanika raconte les chroniques d’une jeune héroïne forte mais tourmentée. Une véritable quête d’identité dans une Angleterre victorienne revisitée et très steampunk, où la magie et la superstition se confrontent aux découvertes scientifiques. Un premier arc en deux tomes.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir