Le jour où le bus est reparti sans elle

Beka et Marko vous proposent un cheminement initiatique dans Le jour où le bus est reparti sans elle, un album Bamboo qui permet de voir la vie autrement. Un récit positif et optimiste.

SALUTATION AU SOLEIL

Parisienne d’une vingtaine d’années, Clémentine essaie tant bien que mal de positiver sa vie, la prendre du bon côté et de profiter au maximum des petits riens qui font un grand tout. Pourtant, tous les matins, elle rate le levé du soleil qui lui aurait permis de faire une salutation à l’astre solaire. De plus, elle s’essaie tant bien que mal au yoga et observe médusée un femme âgée qui se prosterne à chaque panneau dans la rue.

SÉMINAIRE DANS UN LIEU ISOLÉ

Pour s’épanouir dans la vie, elle décide de rejoindre un groupe de méditation. A la tête de cette expérience, Jean-Eudes – un grand manitou – accueille Clémentine et les autres participants par une étrange phrase de bienvenue : « Le but [du séminaire] est de reconnecter notre moi profond aux énergies du monde ».

La petite troupe monte dans un mini-bus, direction un lieu secret isolé propice à ce retour sur soi. En route, le groupe s’arrête dans une épicerie bio et la jeune femme en profite pour aller aux toilettes. Mais voilà, le bus repart sans elle, là laissant au beau milieu de nulle part.

ANTOINE ET SES HISTOIRES ZEN

Elle se retrouve ainsi coincée avec Antoine, le responsable de la boutique bio. Il faut dire que peu de voitures passe dans le coin, une idée qui ne plait guère à Clémentine, qui pense qu’elle va rater le début du séminaire.

Taquin et très philosophe, l’homme commence à lui raconter une histoire zen pour la réconforter. Malgré la morale « puisqu’il en est ainsi », cela n’a pas l’air de trop toucher la jeune femme. Dépitée, elle accepte l’hospitalité d’Antoine, qui lui propose une chambre – de nombreux amis vont et viennent ici – du thé et continue dans la même voie : lui conter des récits. Préparation des repas, repos et endroit calme, tout cela commence à détendre Clémentine

LE JOUR Où LE BUS EST REPARTI SANS ELLE : UN RÉCIT PLEIN D’OPTIMISME

Sur une idée originale de Olivier Sulpice – fondateur des éditions Bamboo et auteur – Le jour où le bus est reparti sans elle fait un bien fou. Beka – pseudonyme des deux scénaristes Bertrand Escaich et Caroline Roques – soulignent ainsi : « Il nous a parlé des thèmes qui lui tenaient à coeur, qui rejoignaient d’ailleurs les nôtres. Etonnament, tout s’est mis très facilement en place. Un peu comme si cette histoire et ces personnages nous attendaient… »

Ainsi les deux auteurs, sans donner de leçons, nous entrainent dans une aventure au cœur de notre moi profond. Par la personnalité de Clémentine, tout le monde peut s’identifier à elle. Célibataire parisienne dont le métier est très prenant, elle essaie de lâcher prise et de se recentrer sur elle. Pas simple quand on court après la vie et son quotidien effréné. Pour cela, elle souhaite participer à un séminaire de méditation comme il en existe des milliers en France. Au passage, Beka glisse un petit tacle à ces pseudos groupes, à leur « gourou » et à leur prix exorbitant.

DU FEEL GOOD A TOUTES LES PAGES

Les scénaristes des Rugbymen (avec Alexandre Mermin dit Poupard, Bamboo) et de Studio Danse (avec Crip, Bamboo) expliquent : « [qu’] il s’agit d’une histoire qui aide à se sentir mieux, plus épanoui, à trouver des ressources pour appréhender la vie et ses difficultés. En d’autres termes, à voir la vie autrement… » Ils mettent ainsi en scène une histoire feel good qui transpire le bonheur à chaque page. Les personnages secondaires jouent vraiment un rôle primordial dans cette expérience. Antoine raconte des histoires qui permettent de prendre de la hauteur. Pour cela, les Beka ont puissé dans la culture zen, ces récits méditatifs très connus en Asie mais aussi en Occident.

En plus de cet homme-sage, Clémentine fait la connaissance de Chantal, une femme qui aime la nature et ses habitants.

L’album propose aussi des citations de personnages célèbres, comme Sugar Ray Robinson, Marcel Pagnol, René Char ou Constantin Brancussi.

UN DESSIN EN ADÉQUATION AVEC LE PROPOS DU RÉCIT

Découvert par Les Godillots (avec Olier, Bamboo), Marko est un auteur confirmé. Loin des tranchées de la Première Guerre Mondiale vues dans cette série, il dévoile des planches parfaites qui restituent l’ambiance chaleureuses et douces de l’album. Accompagné aux couleurs par Maëla Cosson, il met en scène des personnages attachants par son trait tout en rondeur qui lui permet de rendre les yeux si expressifs.

Article posté le lundi 29 août 2016 par Damien Canteau

Album feel good, Le jour où le bus est reparti sans elle est signé Beka et Marko aux éditions Bamboo, décrypté par Comixtrip le site BD de référence
  • Le jour où le bus est reparti sans elle
  • Scénaristes : Beka
  • Dessinateur : Marko
  • Éditeur : Bamboo
  • Prix : 15.90€
  • Parution : 31 août 2016

Résumé de l’éditeur : Le jour où le bus est reparti sans elle, Clémentine se retrouve coincée dans une singulière épicerie de campagne, loin de tout. mais jamais aussi près de trouver ce qu’elle cherche : des réponses à ses doutes existentiels. Les histoires zen d’Antoine, l’incroyable épicier, l’expérience de Chantal l’écrivain, le passage de Thomas le PDG-randonneur, vont irrémédiablement changer la vision de la vie qu’avait Clémentine. Comme chacun de ces personnages, la jeune femme va essayer de trouver son chemin vers le bonheur. Même si, comme tous les chemins, il emprunte parfois d’étranges détours.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir