Les enfants trinquent

Pour son retour à la bande dessinée, Albin Michel publie « Les enfants trinquent » de Camille K.  qui pour son premier livre puise dans son expérience personnelle pour aborder le thème de l’alcoolisme et ses impacts destructeurs sur les liens familiaux. 

L’âge de comprendre

Ninon est une jeune fille  de huit ans comme les autres, elle est joyeuse, elle aime jouer et rigoler. Mais Ninon sent bien que quelque chose ne va pas dans sa famille. Sa maman est très souvent irritable, elle est en colère pour tout, en colère pour rien, en colère contre Ninon, contre Louis son frère et contre son père.

Ninon sait que sa maman boit et qu’elle boit trop. Elle sait qu’elle cache des bouteilles dans sa chambre, elle voit trop souvent qu’elle tient à peine sur ses jambes. Mais Ninon ne doit pas en parler, son père lui a dit qu’il ne fallait pas… Et même si elle aborde le sujet avec sa famille, personne ne la croit…

Tonton, il faut que tu arrêtes de servir de l’alcool à maman, elle me fait peur quand elle a trop bu

Enfin Ninon, il ne faut pas avoir peur, ta maman va très bien. Elle s’amuse

Non c’est faux, elle est comme ça tous les jours

Ne dit pas n’importe quoi! Ta maman a le droit de se détendre et de profiter ! Elle travaille dur pour vous offrir une belle vie, à toi et à ton frère alors sois un peu plus gentille !

Elle est seule, elle subit, elle et son frère subissent… Pour autant, Louis et Ninon ne cessent pas d’aimer leur mère.

la bête gronde, comment la contenir?

Cette situation devient incontrôlable, la colère est de plus en plus forte, ses parents se disputent, son père qui ne travaille pas n’en peut plus.

Ninon essaye de faire ce qu’elle peut pour protéger son frère et sa famille. Elle vide les bouteilles dès qu’elle en voit de nouvelles, elle essaye d’alerter sa famille mais rien n’y fait.

La colère monte chez cette petite fille. Elle ne veut pas devenir un animal comme ses parents et essaye de la contrôler mais, est-ce possible ? Est-ce à elle d’être l’adulte à la place des adultes ? Comment aider une personne qui ne souhaite pas être aidée ?

Les enfants trinquent : une descente en enfer familiale magnifiquement contée

Cette histoire contée par Camille K est une auto fiction, même si les événements sont regroupés ou romancés, le contexte est lui bien réel. Son récit est extrêmement bien construit. Elle nous entraîne dans le quotidien de cette petite fille et on en ressort touché, renversé et bouleversé.

Coté graphisme, Camille a choisi d’aborder ce sujet d’une manière très imagée. Elle joue avec deux couleurs, le bleu quand tout va bien et le rose qui représente la colère, la couleur de l’alcool, les moments plus durs et les plus tristes. Pour accentuer le trait, dès que les personnages ne sont plus dans leur état normal ils sont représentés en animaux.

C’est très intelligent et cela fonctionne à merveille. Tout de suite le lecteur est plongé dans cet univers.

Pour finir Camille K. utilise tour à tour un découpage traditionnel, des pleines pages, des doubles pages et des images qui passent de cases en cases.

Cette bande dessinée est d’une intelligence rare. On a du mal à croire que c’est une première bande dessinée tellement la construction est aboutie.

Ce thème n’est pas sans rappeler « Mal de mère »  de Rodéric Valambois chez Soleil.

Article posté le samedi 28 mars 2020 par Yoann

Questions / Réponses avec Martin Zeller (Editeur)

Comixtrip : Les premières publications du département BD d’Albin Michel voient le jour en Avril 2020. Quand et comment l’idée d’ouvrir ce département a pris tout son sens ?

Martin Zeller : Albin Michel est une grande maison indépendante qui couvre tous les secteurs de l’édition (de la littérature bien sûr, aux essais, en passant par la jeunesse, le pratique, les beaux-livre, etc.). La bande dessinée est aujourd’hui une littérature à part entière… Il était donc anormal que Albin Michel ne puisse pas publier des livres écrits en bande dessinée. Je suis arrivé dans la maison à l’automne 2018 et les premiers livres vont paraître au printemps 2020… ça prend du temps de faire de bonnes bandes dessinées.

Comixtrip : Quelles sont les BD prévues en 2020 et à quelle période ?

Martin Zeller : Au printemps 2020, nous ouvrirons le bal avec deux livres à la fois très différents et parfaitement cohérents. Avec Les Enfants trinquent, Camille K. signe un premier album, sous le signe de l’autofiction. Elle y démontre une grande maîtrise de l’écriture en bande dessinée. Au même moment, Jena-David Morvan et Facundo Percio revisitent un roman culte de la Première guerre mondiale : Les Croix de bois. Ensemble, ils créent une nouvelle œuvre à partir du roman publié en 1919 par Roland Dorgelès… là aussi, la force de l’écriture graphique fait l’originalité de l’album. Dans les deux cas, c’est une manière de raconter, propre à la bande dessinée, qui permet de vibrer au long de ces histoires.

A la fin de l’été suivra Je sais cuisiner de Jeanne-Zoé Lecorche d’après la grand classique de Ginette Mathiot. Et à l’automne, ce sont deux best-sellers que nous publierons sous une nouvelle écriture : Sapiens – la naissance de l’humanité coécrit par Harari et Vandermeulen avec Casanave aux pinceaux, et Vernon Subutex par le duo rock Luz/Despentes. Dans le deux cas, c’est un travail de récréation complète réalisée main dans la main avec l’auteur initial.

Comixtrip : Comment avez vous choisi ces titres? Et pourquoi seulement 5 titres ?

Martin Zeller : Nous avons choisi ces titres par coup de cœurs… en suivant l’envie de proposer un regard « 2020 » sur la bande dessinée et la conviction que c’est l’écriture spécifique à ce médium qui fait les grandes œuvres.

Comixtrip : Vous commencez 2020 avec « Les enfants trinquent » qui est une création inédite avec une autrice qui écrit sa première BD. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Martin Zeller : Les Enfants trinquent racontent par les yeux d’une enfant la difficulté qu’il y a à vivre avec quelqu’un qui connait une addiction. C’est un livre qui raconte la capacité à dépasser la colère qui nous habite quand nous subissons ce genre de vie. C’est aussi une œuvre qui s’empare avec brio des codes narratifs de la bande dessinée. La lecture est extrêmement puissante. On a été touchés.

Comixtrip : A l’automne vous avez choisi de publier « Vernom Subutex » de Despentes et Luz . Ce livre à succès a été également adapté en série télévisée, c’est un gros challenge mais est-ce aussi une manière de vouloir marquer les esprits ?

Martin Zeller : Quand Virginie Despentes et Luz vous propose un projet ensemble, vous n’hésitez pas deux secondes. On a réfléchi encore moins longtemps que cela. Ils forment un duo formidable et les séances de travail avec eux sont un festival. Chaque planche de Luz est une nouvelle surprise. Le personnage de Vernon Subutex était déjà culte. Luz est en train de lui dessiner un visage qui va marquer lectrices et lecteurs.

Comixtrip : Que peut-on vous souhaiter pour 2020 ?

Martin Zeller : Que les lecteurs et les lectrices aient autant de plaisir à lire et partager les livres qu’on va publier que nous en avons eu à accompagner leur naissance.

Département BD des éditions Albin Michel

Avec son nouveau département bande dessinée, Albin Michel va publier des livres de création issues d’œuvres marquantes (Les Croix de bois par JDMorvan et Percio, d’après Dorgelès) et des créations inédites (Les Enfants trinquent par Camille K.) portées par des auteurs et des autrices au ton résolument personnel.

Ces bandes dessinées aborderont l’ensemble des secteurs où Albin Michel s’illustre déjà : de la fiction avec Vernon Subutex de Despentes et Luz, de l’essai avec Sapiens par Harari, Vandermeulen et Casanave, sans oublier le pratique avec Je sais cuisiner par JZ Lecorche d’après Ginette Mathiot. Ces œuvres partageront l’ambition d’être des livres écrits en bande dessinée.

Les enfants trinquent de Camille K ( Albin Michel)
  • Les enfants trinquent
  • Autrice : Camille K
  • Éditeur : Albin Michel
  • Prix : 18,00 €
  • Parution : 02 avril 2020
  • ISBN :  9782226444387

Résumé de l’éditeur : Comment contenir la bête qui gronde en soi quand on a une mère alcoolique ?
Du haut de ses huit ans, Ninon a compris que quelque chose ne va pas avec sa mère. Mais son père lui a demandé de ne rien dire… et puis, les autres adultes ne la croient pas. Pourtant,
c’est vrai, la mère de Ninon travaille beaucoup… et surtout, elle boit. Trop !
Ninon a une maman alcoolique. Une mère qui s’énerve, chancelle devant les amis de ses
enfants et cache des bouteilles dans leur chambre. Ninon tente de l’aimer malgré tout, de ne
pas sombrer dans la colère… Mais quand on voit sa propre mère comme un animal, pas facile
de contenir la bête qui gronde en soi.

À propos de l'auteur de cet article

Yoann

Yoann

Yoann Debiais est un amoureux de la bande dessinée depuis de nombreuses années. Le temps et les rencontres lui ont permis de s'ouvrir à des lectures plus humaines et plus profondes. Il partage sa passion sur Instagram sous le compte @livressedesbulles. N'hésitez pas à découvrir son univers fait de partages.

En savoir