Levants

Attention pépite ! Lorsqu’un vendeur rencontre une femme voilée, ils s’apprivoisent en empruntant les routes d’un pays oriental. Nicolas Presl imagine cette magnifique romance dans Levants, un sublime album aux éditions Atrabile.

LUI : VENDEUR HORS-PAIR

Tous les jours, un homme se rend au souk pour négocier des objets. Il achète et négocie grâce à un bagou impressionnant, se faisant une belle marge à chaque fois. Ce vendeur hors-pair est heureux et l’argent s’accumule dans ses poches.

Il achète alors un camion qu’il remplit de cartons contenant tous les objets achetés. Il prend la route, passe la frontière dans le but de vendre toute sa cargaison. Il prend même le temps de s’arrêter et partager un repas avec un berger qui lui raconte comment il a perdu sa jambe.

ELLE : MUSICIENNE, MARIÉE ET REJETÉE

Mariée à un homme plutôt agréable, mère d’un garçon, la femme reste tous les jours chez elle à s’occuper de son foyer. Elle vit confortablement.

Un jour, elle se rend chez une amie. Ensemble, elles jouent de la musique ; elle au chant et à l’oud, son amie à la guitare. Non loin de là, un homme entend les douces mélodies. Il lui fait porter un mot qui l’invite chez lui.

Tous les jours alors que son mari est au travail et son fils à l’école, elle enfile son voile et se rend chez cet homme mystérieux pour chanter et jouer de son instrument de prédilection. Ce manège prend fin lorsque son mari apprend la nouvelle. Elle est répudiée et chassée du domicile conjugal.

ELLE ET LUI SUR LES ROUTES

Alors qu’il fait une chaleur harassante, l’homme décide de se baigner dans une rivière, épié par la femme. Nu comme un bébé, il n’apprécie pas ce comportement.

Il la poursuit, la retrouve, parle à sa famille – depuis que son secret a été découvert, elle est revenue dans son village – et décide de l’emmener sur les routes, en repassant la frontière.

Entre attirance et répulsion, ils se découvrent et s’apprivoisent. C’est le début d’une belle romance…

LEVANTS : BELLE ROMANCE MUETTE, GÉNIAL ALBUM

Découvert par le merveilleux album Orientalisme (Atrabile, 2014), Nicolas Presl imagine un récit aussi fort que le précédent. Alors que celui-ci permettait aux lecteurs de suivre un vieil homme dont les chaussures avaient été volées lors d’une prière à la mosquée, Levants est une très belle romance, un album magnifique !

Actuellement professeur des écoles détaché au Lycée Victor Hugo de Sofia en Bulgarie, l’auteur a tout d’abord suivi des études d’art plastique à Rennes, puis a travaillé comme tailleur de pierre pendant deux ans et a débuté sa carrière de dessinateur avec Priape en 2006. Levants est déjà son huitième album publié par la maison d’édition suisse Atrabile.

Dans la même veine que Orientalisme – un récit muet avec de magnifiques vignettes colorées – Levants happe le lecteur par sa donnée universaliste (l’amour) mais aussi par tout le charme de l’Orient. Nicolas Presl glisse des légendes à l’intérieur de son récit ce qui donne du corps à l’histoire et permet de faire rêver son lectorat.

Fin et élégant, son trait pourrait rebuter au premier coup d’oeil les non-initiés (les visages des personnages ne sont pas très avenants, les yeux énormes et leurs postures parfois étonnantes afin que les protagonistes entrent dans les cases). Pourtant, son dessin est sublime et participe à l’ambiance proche des contes de 1001 nuits. Comme pour Orientalisme, Nicolas Presl souligne les objets ou émotions importants d’une autre couleur que celle dominant la page.

La narration est intelligente par ces récits qui s’entremêlent mais aussi par l’évocation des rapports femme/homme dans ces sociétés patriarcales prégnantes. Cachées derrière un voile, elles doivent se fondre dans la masse et ne charmer aucun homme. Levants parle aussi de la place prédominante de le religion qui fait découler ces relations entre les humains. Enfin, Levants parle d’un pays, ressemblant au Liban ou l’Irak, qui se trouve être en proie aux conflits armés et les deux héros croisent des soldats omniprésents à chaque coin de rue. Une réalité si triste dans ce coin du monde.

Malgré un passé fort et délicat de la femme, son rapprochement avec l’homme apporte de l’optimisme au récit. Plus fort encore, le lecteur se prend à inventer des dialogues et à commenter les scènes au fil des pages. Etonnant !

Levants : un album plein de charme(s), passionnant, à la narration intelligente et au dessin sublime. 336 pages de pur bonheur ! La petite pépite de cette rentrée littéraire !

Article posté le vendredi 20 octobre 2017 par Damien Canteau

Levants de Nicolas Presl (Atrabile) décrypté par Comixtrip
  • Levants
  • Auteur : Nicolas Presl
  • Éditeur : Atrabile
  • Prix : 29€
  • Parution : 24 octobre 2017
  • ISBN : 9782889230624

Résumé de l’éditeur : Sous le regard amusé d’une femme voilée, un homme se déshabille et plonge dans la rivière. Furieux de ce regard interdit, l’homme la poursuit jusque dans son foyer. Lui, vendeur itinérant, voyage à travers le pays dans un camion rempli de cartons, s’arrêtant au gré des rencontres. Elle, mystérieuse, cache un passé empli de douleurs, un passé fait de musique, de contes mais aussi de violence – et c’est là, quelque part, que réside la raison de sa main droite amputée de ses cinq doigts. Le temps d’un voyage, ces deux vies-là vont se rapprocher, et croiser bien d’autres vies, bien d’autres histoires, et bien d’autres destins. Alors, à la manière des Milles et Une Nuits, plusieurs récits et contes vont se suivre et parfois se répondre, dans une variation moderne et éminemment politique ; des histoires qui jaillissent de mélodies passées, pendant que des bombes explosent, au rythme des accords de vies dissonants. Sans lourdeur ni moralisme, Nicolas Presl aborde et questionne à travers ces pages des thèmes comme la place de la femme dans une société ultra patriarcale, l’influence de la religion, mais aussi la complexité du sentiment amoureux. Désormais converti à la couleur, mais toujours sans texte, Nicolas Presl livre avec Levants son oeuvre la plus complexe à ce jour mais sans doute aussi la plus fine, de par le nombre de récits qui s’y entremêlent mais aussi de par son regard, toujours à hauteur d’homme, qui semble vouloir comprendre et dire bien plus qu’expliquer ou juger.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir