L’homme qui ne disait jamais non

Violette, hôtesse de l’air, aide un passager à retrouver la mémoire. De lui, il ne se rappelle de rien. Embarquez vers L’homme qui ne disait jamais non, une aventure quasi policière concoctée par Didier Tronchet et Olivier Balez, aux éditions Futuropolis.

MONSIEUR, QUI ÊTES-VOUS ?

Depuis les attentats du 11 septembre, les compagnies aériennes recrutent des professionnels pour repérer des comportements à risque. Violette, hôtesse de l’air, n’a qu’une envie, c’est de devenir l’un d’entre eux : profiler. Pour l’entrainer à son concours, sa collègue lui propose de s’exercer sur un homme plutôt angoissé. Il n’a pas l’air de savoir où il est ni pourquoi il est dans cet avion.

Dans l’aéroport de Lyon, elle retrouve cet étrange trentenaire qui à l’air complétement perdu. Il ne sait pas comment il s’appelle; il a un grand trou de mémoire. N’ayant pas d’argent, elle lui paie un taxi et l’accompagne même jusque devant la porte de sa maison. En thèse de psychologie, en retour de son aide, elle lui demande d’être son sujet de mémoire. Elle découvre ainsi qu’il se nomme Etienne Rambert.

UN DÉBUT D’ENQUÊTE TRÈS ÉTRANGE

Dans sa demeure de style contemporain, on découvre des photos et tableaux d’une femme dont on a découpé le visage. Son téléphone sonne : c’est Max, son patron, il est en retard pour une réunion importante. Ni une ni deux, Violette et Etienne se rendent en scooter dans les locaux de Kerozen, une agence de pub…

La jeune hôtesse de l’air est excitée à l’idée d’aider l’homme à retrouver la mémoire mais tombe aussi amoureuse de lui.

DE LYON A QUITO, UN PUZZLE A RECONSTRUIRE

L’homme qui ne disait jamais non est un excellent récit de Didier Tronchet, construit comme une belle comédie policière à la manière de Alfred Hitchcock. Haletante, son histoire repose pourtant sur une thématique peu originale – faire retrouver la mémoire à un amnésique – mais l’auteur de Vertiges de Quito (Futuropolis) en fait une histoire punchy teintée d’humour.

Il faut souligner qu’il met en scène un duo improbable qui fonctionne à merveille : Violette, fin limier et excellente psychologue et Etienne, au passé des plus troubles. Le lecteur suit alors les pérégrinations de ce couple – oui, ils tombent amoureux – de Lyon à Quito, de rires en rebondissements, de cadavre en zones dangereuses et ainsi reconstruit le puzzle de la mémoire du héros au fil des pages, grâce aux indices découverts par les deux protagonistes.

On lit cet album, qui alterne les moments policiers et les moments plus amusants, avec un grand plaisir. Il faut souligner que Didier Tronchet aime glisser de la pure comédie dans ses publications (Raymond Calbhut, Jean-Claude Tergal, La bite à Urbain ou Patacrèpe et Couillalère).

ACCOMPAGNEMENT RÉUSSI AU DESSIN

Pour mettre en musique cette belle histoire policière, Didier Tronchet a fait appel à Olivier Balez; et bien lui en a fait ! Son dessin semi-réaliste au trait clair est idéal pour restituer l’ambiance à la fois amusante et dramatique du récit. Le dessinateur français qui vit au Chili agrémente ses belles planches de couleurs en aplats très abouties. Le public a découvert un très bel auteur notamment avec l’excellent album J’aurai ta peau Dominique A (avec Arnaud Le Gouëfflec, Glénat) ou encore Robert Moses, le maître caché de New-York (avec Pierre Christin, Glénat). Il est à la tête de pas loin d’une vingtaines de bandes dessinées mais aussi une vingtaine d’albums jeunesse et de nombreux romans illustrés.

L’homme qui ne disait jamais non : une excellente comédie policière !

Article posté le mercredi 02 mars 2016 par Damien Canteau

Couverture de l'album L'homme qui ne disait jamais non de Didier Tronchet et Olivier Balez (Futuropolis)
  • L’homme qui ne disait jamais non
  • Scénariste : Didier Tronchet
  • Dessinateur : Olivier Balez
  • Editeur : Futuropolis
  • Prix : 21€
  • Parution : 11 février 2016

Résumé de l’éditeur : Violette est hôtesse de l’air. Elle prépare le concours pour devenir profiler. Depuis les attentats du 11 Septembre, les aéroports recrutent ces professionnels pour repérer les comportements dits «à risque». Violette s’est tout de suite lancée dans l’aventure. Dans l’avion, à l’approche de l’aéroport de Lyon, elle remarque un homme qui semble perdu. L’homme ne se souvient de rien. Ni pourquoi il a pris l’avion, ni de la date du jour, et pas même de sa propre identité…
Alerte et savoureuse, menée avec vivacité, L’homme qui ne disait jamais non est une comédie policière palpitante.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir