L’ombre aux tableaux

Il ne faut pas confondre artiste de rue et peintre sans domicile fixe. Jean Claude Denis, dans L’ombre aux tableaux édité chez Albin Michel/L’écho des savanes, nous raconte les destins incroyables de deux passionnés de peinture.

DESCENTE AUX ENFERS …

Arthur Cornier, alias Art Corner, est un artiste peintre talentueux qui n’arrive pas à vivre pas de son art. A tel point qu’il se voit obligé de quitter sa petite chambre d’hôtel parisien en pleine nuit, sans régler la note.

Désormais livré à la rue, avec sa valise, quatre tableaux et son matériel de peinture, il rencontre Carlos, un SDF et de son chien Macadam, qui après avoir tenté d’obtenir quelques pièces, décide de l’aider. Mais les plans débrouille de Carlos sont plutôt bancales.

Plus tard, les deux compères réussissent à sortir en douce (et sans payer les consommations) d’un bistrot où Arthur est tombé sous le charme d’une élégante brune, mais ses affaires personnelles y sont restées. Carlos se décide alors à aller les chercher.

… ET MONTÉE EN PUISSANCE

Arianne est marchande d’art, hautaine et snobe, qui possède une galerie à Paris, avec son frère Albin. Ils se trouvent ce soir là dans un bistrot, à attendre un taxi, quand les yeux de la jeune femme se posent sur quatre tableaux, signés Corner, oubliés là. Elle les achète 400 francs au  »propriétaire » venu les réclamer. Un des tableaux est exposé rapidement dans la galerie et suscite la curiosité d’Arnaud, un riche amateur d’art.

Arianne, en romançant l’acquisition de l’œuvre et en exagérant la popularité de l’artiste, convainc Arnaud à débourser 30 000 francs pour le tableau. Alors que la côte de l’artiste Corner commence à grimper en flèche, celle d’Arthur Cornier dégringole. Il se fait voler son portefeuille et son argent, s’enivre dans un petit troquet et finit par mourir, seul, dans un squat, allongé sur un misérable bout de carton. Mais son esprit, tel un fantôme, reste là.

De retour d’une soirée chez Arnaud, Arianne et son frère ont un accident de voiture : la jeune femme, très choquée, est frappée d’amnésie…

L’ombre aux tableaux : DESTINS CROISÉS

D’un côté, la rue et un artiste qui doit user de stratagèmes douteux pour survivre et de l’autre, le monde bourgeois des galeries, des acheteurs et forcement, des spéculateurs. Deux mondes radicalement opposés mais les deux faces d’une même pièce.

Arthur meurt. Arianne a un accident. Deux drames qui vont pourtant les rapprocher.

JEAN CLAUDE DENIS, UN AUTEUR ÉLÉGANT

Jean Claude Denis est un auteur complet : il écrit, il dessine et colorise ses albums qui sont toujours dotés de beaucoup d’élégance.

Son trait réaliste, ses dessins parsemés de milles détails, ses couleurs directes intimistes épousent formidablement l’ambiance de ses belles histoires qu’il sait nous raconter pour mieux nous emmener avec lui. Il a ce talent de capter notre attention avec des personnages que l’on pourrait croiser dans notre vie quotidienne, attachants et quelquefois fragiles à qui il arrive des aventures incroyables.

L’univers artistique de Jean Claude Denis est teinté de poésie, de drame, de fantastique, d’amitié, d’amour et de musique. Avec cet album, l’auteur marque la rupture (temporaire) avec son héros peu héroïque Luc Leroi (que l’on aperçoit sur la planche 9) avec qui il a commis cinq albums chez les éditions Futuropolis et Casterman.

Suivront ensuite de magnifiques ouvrages tels que Le Pélican, Quelques mois à l’Amélie, Le sommeil de Léo et plus récemment La terreur des hauteurs.

L’ombre aux tableaux a remporté le Prix des libraires de bandes dessinée sen 1992. A l’origine éditée chez Albin Michel/L’écho des Savanes, cette aventure est disponible dans le recueil L’ombre aux tableaux et autres histoires édité chez Drugstore en 2011. On y trouve également Le Pélican, Bonbon piment, Le jeu des animaux et Maï Pen Raï.

Article posté le vendredi 13 novembre 2020 par Fabrice Bauchet

L'ombre aux tableaux de Jean-Claude Denis (Albin Michel / L'écho des savanes / Drugstore)
  • L’ombre aux tableaux et autres histoires
  • Auteur : Jean-Claude Denis
  • Éditeur : Drugstore
  • Prix : 25 €
  • Parution : 30 mars 2011
  • ISBN :9782723480666

Résumé de l’éditeur : Des histoires sensibles et oniriques, par un maître de la peinture des sentiments. Un peintre méconnu meurt dans la rue et accède à l’amour et à la célébrité à l’état de fantôme ; un bar de quartier est le théâtre d’étranges rencontres ; un jeune homme doit racheter la femme qu’il aime à la déesse de la mer, tandis qu’ailleurs encore une jeune femme veut retenir son amant grâce à des bonbons piment. Redécouvrez le monde à travers le regard lucide et tendre de Jean-Claude Denis avec ce recueil de trois albums parus à l’aube des années 90 : L’Ombre aux tableaux, Bonbon Piment et Le Pélican. Auteur majeur du Neuvième Art depuis les années 80, il excelle à mettre en scène la vie quotidienne de ses protagonistes sous forme d’instantanés doux-amers, sous le signe de l’amour et des rencontres. Dans ces fables amoureuses et humanistes prenant place dans des lieux variés (Paris, la Thaïlande, la Réunion.), on retrouve le talent de l’auteur de Quelques mois à l’Amélie (prix du dialogue et de l’écriture – Angoulême 2003) et de Tous à Matha. De vraies leçons de vie, choses à quoi la bande dessinée nous a peu habitués.

À propos de l'auteur de cet article

Fabrice Bauchet

Fabrice Bauchet

Très grand amateur de bandes dessinées depuis ses jeunes années, Fabrice Bauchet partage ses coups de coeur anciens pour les lecteurs de Comixtrip. Instagrameur BD qui commence à compter, vous allez aimer cet(te) (h)auteur d'1m80 ! https://www.instagram.com/fab_de_yf/

En savoir