Lune du matin

Dans une Italie sous une chaleur étouffante, le lecteur suit 24h de la vie de Tommi, un jeune adolescent qui ne sait plus trop où il en est. Francesco Cattani nous emporte dans ce tourbillon urbain et désenchanté avec Lune du matin, un superbe roman graphique édité par Atrabile.

Chaleur étouffante

Un hiver en Italie. Tommi et son frère – un peu voyou et tire-au-flanc – doivent échapper à leur propriétaire qui leur réclame des loyers impayés.

Après une course-poursuite dans la maison, ils montent dans leur voiture. Ils ont chaud, très chaud. Surprenant en pleine hiver, les ouvriers de la ville installent les décorations de Noël, en short !

Pendant le trajet, c’est le plus petit – Tommi – qui fait la morale à l’aîné : il lui demande s’il est allé au bureau du chômage et souligne que leur mère se saigne pour qu’ils ne manquent de rien. Lui n’en a que faire, il tente de soustraire de l’argent à son petit frère.

Lycée

A peine arrivé au lycée , Tommi est interpellé par sa camarade qui vient d’être surprise avec sa petite amie dans les toilettes. Elles ont peur que la proviseur prévienne leurs parents.

De son côté, le grand frère fait du charme à Terri, la belle professeur des écoles. Le reste de la journée, il la passe dans sa voiture décapotable et tente de refourguer ses vieux DVD porno dans un sex-shop.

Lune du matin : tourbillon de vie(s)

Après Baracazza en 2011, Francesco Cattani revient avec Lune du matin, un superbe roman graphique sur l’Italie contemporaine, celles des années 2010. A travers le personnage de Tommi, il dépeint cette Italie à la dérive, pauvre et qui survit comme elle peut. Les petites arnaques s’entremêlent à l’école et au travail.

Tout va très vite dans Lune du matin. L’auteur italien emporte son lecteur dans un tourbillon de vies qui vont et viennent pour se rapprocher à la fin de l’album, une fin inexorable. Des professeurs, des ouvriers, des lycéen.n.e.s, des clients de sexe shop et un serveur chinois, tout se bouscule dans cette histoire âpre et forte.

Cette folie est aussi visible dans le rapport aux corps : Tommi – adolescent – qui aimerait lui aussi toucher des filles, ses deux amies qui s’aiment ou son grand frère qui drague tout ce qui bouge. Cette période charnière mais délicate perturbe le jeune héros qui pourtant semble plus mature que son aîné qui a passé la vingtaine.

Climat et grève

Lune du matin bénéficie d’une toile de fond sociale et sociétale intelligente. Francesco Cattani sous-entend les rapports au travail : les ouvriers de l’usine qui se mettent en grève par peur d’être remplacés par des robots, ainsi qu’un management pyramidal avec un classement noté des employés. Cette entreprise est en cela d’une grande violence envers les hommes qu’elle emploie.

La violence est aussi perceptible dans les rapports entre Tommi et ses camarades de lycée, qui n’hésitent pas à le frapper, devenant ainsi leur souffre-douleur. Sans oublier, un professeur qui publie sur les réseaux sociaux la danse du jeune adolescent habillé alors en fille. Cette soudaine viralité n’est pas pour arranger les tensions avec ses harceleurs.

Le lieu où habitent ces femmes et ces hommes est aussi important pour la tension narrative. Cette ville est sans âme et laissée à l’abandon.

Lune du matin se déroule aussi sous un canicule étonnante pour un hiver en Italie. Elle joue un rôle important dans les rapprochements des corps. Une sorte de printemps en hiver qui fait frétiller les hormones des garçons. Francesco Cattani parlerait-il aussi du réchauffement climatique ? Cette tension due à la chaleur était déjà visible dans son précédent ouvrage, Barcazza.

L’album est porté par une partie graphique graphique simple mais d’une redoutable efficacité. Le gris mêlé au noir apporte de la chaleur (la canicule) mais aussi de la tension.

Lune du matin : Après Cosmo de Marino Neri, les éditions Atrabile dévoilent un récit dans la même veine réaliste. Une histoire forte et intelligent, un tourbillon moderne qui marque le lecteur !

Article posté le mardi 22 mai 2018 par Damien Canteau

Lune du matin de Francesco Cattani (Atrabile) décrypté par Comixtrip
  • Lune du matin
  • Auteur : Francesco Cattani
  • Editeur : Atrabile, collection Flegme
  • Parution : 17 mai 2018
  • Prix : 24€
  • ISBN : 9782889230693

Résumé de l’éditeur : Un jour de canicule extraordinaire, dans une banlieue italienne. Un décor tristement urbain, fait de ronds-points, d’usines, d’entrepôts géants et de décharges sauvages. On y suit vingt-quatre heures de la vie de Tommy et de son entourage, dans un grand chassé-croisé frénétique, une danse un peu folle pleine d’alcool, d’adrénaline, de soleil, et d’hallucination : un grand frère un peu voyou qui tente désespérément de fourguer ses vieux dvd porno ; un serveur chinois qui dissimule dans son bar un bordel clandestin ; un professeur qui filme un étudiant travesti ; des ouvriers qui menacent de faire grève parce que l’on veut les remplacer par des robots – autant de personnages qui convergent dans un final que l’on devine dramatique. Francesco Cattani décrit dans Lune du matin un monde à la dérive comme pris sur le vif, en plein flagrant délit d’une folie aussi ordinaire que contemporaine. Une oeuvre rare, forte, belle, essentielle, qui convoque dans un tour de passe passe inédit aussi bien Katsuhiro Otomo, Andrea Pazienza que Paul Thomas Anderson (époque Magnolia).

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir