Macadam Byzance

Avec Macadam Byzance, Pierre Place et Pierrick Starsky livrent une série d’histoires courtes pleines de gouaille et de tendresse. Une belle chronique sociale où galère et amitié font bon ménage aux éditions Fluide Glacial.

HISTOIRES COURTES

On est parfois embarrassé quand il s’agit de chroniquer un album. Pour faire chic et choc, on cherche la ou les références qui donneront envie au lecteur de se plonger avec délices dans l’histoire proposée, la phrase, le dessin, la manière, la « punch line » comme on dit aujourd’hui qui déclenchera chez lui l’envie de lire et au final l’acte d’achat.

Avec ce « Macadam Byzance », proposé ici par le duo Pierre Place au dessin et Pierrick Starsky au scénario, la question est tout autre. Au fil de ces histoires courtes, dont les premières furent publiées dans la défunte revue AAARG!, stoppée en 2016, le lecteur pourra tour à tour sourire ou s’émouvoir. D’autres ont suivi dans les pages du magazine Fluide glacial avant d’être regroupées aujourd’hui en album chez les éditions du même nom.

FRÈRES DE GALÈRES

Bienvenue dans une galerie de portraits hauts en couleur, dans un monde de petits boulots, de Rmistes et de glandeurs patentés. Il y a d’abord Illitch, qui fait ici office de narrateur et rêve d’écrire un bouquin, sans cesse remis au lendemain. On est quelque part au Sud, en bord de mer, peut-être Marseille… En tout cas pas dans les beaux quartiers. Ici, c’est terrain vague et compagnie, décharges sauvages et caravanes cabossées plantées en bordure d’improbables zones commerciales. C’est de là que partent ces histoires d’amitié poussées comme le chiendent dans un décor qui fait irrésistiblement penser à ces films italiens des années soixante-dix, genre « Affreux, sales et méchants « .

BRAQUAGES et BASTONS

Illitch a des copains. Des potes à tout faire, un peu perdus, pas bien intégrés en tout cas dans le grand bazar de l’économie marchande mais toujours là quand il s’agit de descendre force bières ou d’improviser quelque braquage minable comme dans « Faut voir », l’histoire qui ouvre l’album. Parmi eux il y a Hervé, largué lui aussi, adepte des longs séjours dans les canapés mais toujours prêt à en découdre s’il le faut pour aider les copains s’il y a bagarre, Mado, « Madeleine », la patronne du bar Le Rallye qui ne s’en laisse pas conter, Claudine Pinchon, fringante octogénaire permanentée qui croque encore la vie à pleines dents…Ces personnages sont des rois de la débrouille et de la magouille, évoluant dans une sorte de monde parallèle, entre rires et larmes.

CHRONIQUE SOCIALE

Admirablement campés par le trait souple et subtil de Pierre Place dont on avait déjà pu apprécier le talent dans Zapatistas en 2015, les héros de Macadam font grâce au talent de dialoguiste de Pierrick Starsky la courte échelle à un imaginaire littéraire qui aurait fort à voir avec les héros déjantés de l’américain Bukowski ou gouailleurs d’un John Fante. Côté cinéma, on pense tout de suite à un film qui aurait été dialogué par Audiard et tourné par Tarantino. Ils vivent au jour le jour dans les mêmes galères, ils se racontent les mêmes brèves de comptoir, ils font presque les mêmes rêves.

Tout cela sent le vécu comme on dit. Pierrick Starsky en convient : « C’est un monde que l’on connaît qu’on raconte là, et ces personnages ressemblent de près ou de loin à bon nombre de nos copains et de nos copines, même sil es traits et le ton sont exacerbés. Quoi que… Il y a des éléments tirés de faits réels, et pas les moins dingues! On est proches de ces drôles de zigues, et au grand jamais on ne verse dans la moquerie. C’est que de la tendresse, même si on l’exprime comme si la vie était une blague. Ce qui est un peu le cas, non ? ».

Véritable ode à l’amitié, cette version BD des Copains d’abord du regretté Brassens joue à elle seule une belle petite musique, sans pathos et sans cruauté. On ne peut qu’aimer ces antihéros fatigués, porteurs chacun à leur manière d’une philosophie de la vie, celle des tapes dans le dos et des mains qui se tendent…

Article posté le samedi 02 mars 2019 par Jean-Michel Gouin

Macadam Byzance de Pierre Place et Pierrick Starsky (Fluide Glacial)
  • Macadam Byzance
  • Auteurs : Pierre Place et Pierrick Starsky
  • Editeur : Fluide Glacial
  • Prix : 15, 90 €
  • Parution : février 2019
  • IBAN : 9782378781569

Résumé de l’éditeur : « Je m’appelle Ilitch, le drôle de blase que j’me trimbale, mais tu verras, j’te raconterai l’anecdote… Et puis des histoires, enfin, notre histoire, aux copines, aux copains et à mézigue. Parole, tu vas te marrer, malgré la drôle de mouscaille dans laquelle on patauge. »
S’il est question ici de braquage bancal, de basions mémorables, de bars, beaucoup, de bancs, un peu, de poursuites, d’enterrement, de bottes magiques ou encore d’un étrange mariage, ce livre ne raconte qu’une chose : l’amitié.

À propos de l'auteur de cet article

Jean-Michel Gouin

Jean-Michel Gouin

Passionné par l'écrit, notamment l'histoire, la littérature policière et la bande dessinée, Jean-Michel Gouin est journaliste à Poitiers.

En savoir