Magasin général

Magasin général ferme boutique ! La sublime fable mettant en scène la vie des habitants du petit village isolé québécois s’achève avec le neuvième tome, Notre-Dame-des-Lacs, publié par Casterman. Pour cet ultime volet de la saga, Régis Loisel et Jean-Louis Tripp content les derniers instants avant l’accouchement de Marie.

SOUS LA NEIGE

Notre-Dame-des-Lacs porte ses plus beaux habits d’hiver avec des dizaines de centimètres de neige qui lui confère encore plus d’isolement. Les hommes sont partis travailler dans les forêts d’Abitibi, loin de leurs femmes et enfants, restés au village. Comme par habitude, tout le monde vaque à ses occupations et l’attente du printemps n’est pas si lourde pour les habitants : les plus anciens coupent le bois, Marie continue tranquillement d’attendre l’arrivée de son futur bébé, toujours aussi belle et radieuse, Serge et Gaëtan préparent de bons petits plats pour les Madames Gladu, Réjan continue de se poser des questions sur sa vocation de prêtre et Noël, vieil anarchiste, peaufine les derniers réglages de son futur bateau.
Alcide fabrique ses fameuses chaussures rouge, les femmes confectionnent leurs robes pour le retour de leurs hommes, on mange au restaurant et on joue même au hockey-sur-glace. Les préparatifs pour la fête du printemps et le baptême du navire de Noël se poursuivent. La vie est tellement paisible et il fait bon vivre à Notre-Dame-des-Lacs.

UNE FIN PLEINE D’ÉMOTIONS

L’ultime récit proposé par Régis Loisel et Jean-Louis Tripp est savoureux, délicat, sensible et la gamme d’émotions est variée : angoisse, rire, larmes ou tendresse. Le lecteur referme ce dernier volume avec un sentiment d’apaisement, de bien être, comme lorsqu’il a pu découvrir les huit autres tomes de la série publiée pour la première fois en mars 2006. Les ingrédients chers aux deux auteurs sont de nouveau réunis pour achever cette belle aventure humaine, pour les deux créateurs mais aussi pour les amateurs de la fiction : le village isolé par la neige, la musique, la danse, Marie enceinte, le magasin-restaurant, Noël arrivé deux ans auparavant et qui a révolutionné la vie quotidienne des habitants, Gaëtan toujours aux fourneaux, Noël achevant son bateau, les Madames Gladu de plus en plus en prise avec leurs petites gourmandises, Réjean prêtre qui doute et tous les autres autour qui vivent et s’épanouissent. Les moments de bonheur sont entrecoupés de moments de tension, de rebondissement et de surprises, qui rythment agréablement l’histoire et qui maintiennent un petit suspens bienvenu.

L’ALBUM PHOTOS DE JACINTHE

A Montréal, Philomène avait offert un appareil photos à Jacinthe lors de leur rencontre. Le lecteur découvre à la fin de l’album, la centaine de clichés qui met en lumière les scènes importantes et les personnages de la série. Ce très beau travail graphique permet de finaliser l’aventure d’une manière des plus originales.

UNE GRANDE SAGA FAMILIALE

Régis Loisel et Jean-Louis Tripp ont réussi le tour de force de faire de cette histoire simple lors de l’écriture de leur synopsis, une très grande saga familiale, une excellente chronique sociale, un classique de la bande dessinée. Prévu en triptyque dans un premier temps, ils l’ont ensuite décliné en neuf albums par la force des choses. Les personnages secondaires ayant pris de l’importance et leurs aventures se sont alors imposées naturellement pour enrichir la série.

DES THÉMATIQUES CONTEMPORAINES

Le duo d’auteurs reconnus, par leur grande sensibilité, ont décliné des thèmes contemporains que le lectorat a tout de suite adopté : l’émancipation des femmes, la mort, la religion, la filiation ou l’homosexualité. Ils ont distillé intelligemment par petite touche ses thématiques universelles et les ont transposé dans le Québec des années 20.

UN SUBLIME DESSIN

L’ingéniosité de la série réside aussi par le travail à deux des auteurs. En plus du scénario, ils se sont partagés le travail sur la partie graphique. Loisel s’occupant de la mise en scène et de la documentation, tandis que Tripp s’occupait de l’encrage et de la finition. Ce travail en commun est rare puisque c’est la première fois qu’un duo fonctionnait ainsi. Les couleurs de François Lapierre concluant admirablement les planches pour un rendu magnifique.

Nous avons pris énormément de plaisir à suivre Marie et les autres personnages pendant ses neuf années. Merci pour ces petits moments de bonheur partagés.

Pour connaître les secrets de fabrication de la saga québécoise, retrouvez le documentaire exclusif Comixtrip , Magasin général derniers traits.

Article posté le mercredi 15 octobre 2014 par Damien Canteau

  • Magasin général, tome 9 : Notre-Dame-des-Lacs
  • Auteurs : Régis Loisel et Jean-Louis Tripp
  • Editeur : Casterman
  • Prix : 16.50€
  • Sortie : 15 octobre 2014

Résumé de l’éditeur : Le dernier épisode de Magasin général, point final d’une exceptionnelle série à succès. Plus de maire à Notre-Dame-des-Lacs, plus de curé ou presque, Marie enceinte d’un père que personne ne connaît et les femmes du village prises d’une frénésie d’achats comme on n’en avait encore jamais vue… Le monde s’est-il mis à marcher sur la tête, là-bas au fin fond du Québec rural ? Est-ce là l’oeuvre du démon, le commencement de la fin ? Non, bien sûr, car ce qui imprègne avant tout chaque image, chaque scène, chaque dialogue et chaque personnage de ce spectaculaire dénouement en forme d’apothéose joyeuse, c’est le bonheur ! Loisel et Tripp ont manifestement pris un plaisir fou à mener jusqu’à son terme le destin de chacun des protagonistes de cette truculente histoire chorale à l’humour irrésistible, au fil des quelques mois de l’année 1928 où l’on passe des neiges profondes à la chaleur de l’été sur fond de retour des hommes de leur hivernage. On y apprendra, parmi bien d’autres surprises, ce qu’il advient du bateau du vieux Noël, ce qui tourmentait tant Réjean le jeune prêtre ou encore ce que cachait la grossesse inattendue de Marie… Et le village de Notre-Dame-des-Lacs, au terme de ce final enfiévré célébré comme il se doit par un grand feu de la Saint-Jean, entre à son tour dans la modernité. Près de deux ans et neuf albums après la mort de Félix, feu l’époux de Marie, qui marquait l’amorce de la saga, Magasin général est devenu un classique de la bande dessinée. Pour l’occasion, ce neuvième et dernier volume est enrichi d’un copieux bonus en forme de générique de fin, traité à la manière d’un album photo réunissant tous les acteurs de cette inoubliable et si attachante tribu.

Tous les albums

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir