Monsieur Désire ?

Edouard est un jeune noble plutôt antipathique, coureur de jupons et très arrogant. Lisbeth entre à son service et rapidement devient sa confidente. Jalousie, ambiguïté, frasques en tout genre parsèment Monsieur Désire ?, un album de Hubert et Virginie Augustin.

EDOUARD A TOUT

Dans l’Angleterre victorienne du XIXe siècle, Lisbeth, nouvelle venue, entre au service de Monsieur Edouard, un riche noble. Il a tout pour lui : il est beau, il a de l’argent. Dans son immense demeure de nombreux domestiques et servants sont aux petits soins pour lui. Il y a là, Miss Oliver, la gouvernante en chef sévère, James le majordome ou encore Molly, l’une des servantes amie de Lisbeth.

LISBETH NOUVELLE CONFIDENTE

Alors qu’un soir elle dîne avec la cuisinière, un homme ramène Edouard, ivre mort et méchamment amoché. Lisbeth s’en occupe, le soigne, le déshabille et le couche.

Le lendemain, le châtelain demande à sa servante ce qu’il s’est passé et si elle en a profité. Il décide alors que ce sera uniquement elle qui se chargera de lui lorsqu’il rentrera en pleine nuit.

Une étrange relation se noue alors entre eux, Lisbeth devenant sa confidente. Il lui raconte toutes ses frasques sexuelles ou ses histoires d’ivrogne. Subjugué, il ne comprend pas pourquoi elle l’écoute, elle, cette femme si simple et pas très belle.

MONSIEUR DESIRE : LUTTE DES CLASSES ?

Scénariste talentueux (L’ordre de Ciceron, Quintett, Le legs de l’Alchimiste ou Miss pas touche), Hubert dévoile une excellente histoire, proche de la chronique sociale. Pour mettre en lumière cette étrange relation entre Lisbeth et Edouard, il utilise la toile de fond de l’époque victorienne. Ainsi, il peut dépeindre deux mondes qui s’opposent : la vieille noblesse anglaise, engoncée, riche, arrogante et qui vit dans l’entre-soi; de l’autre côté, les plus pauvres, serviles et dociles comme la jeune domestique. Cette société patriarcale et inégalitaire est parfaitement restituée par l’auteur, qui a toujours été attiré par la littérature classique.

Les deux univers qui se côtoient pour des raisons professionnelles, ne se mélangent jamais, les deux sont en circuit fermé. Dans Monsieur Désire ? le lecteur perçoit rapidement les injustices sociales; le pouvoir qui écrase les petites gens. Mais étonnamment Edouard casse ses codes en permettant à Lisbeth d’entrer dans son cercle – les autres serviteurs jalouseront cela – en lui racontant tout.

MONSIEUR DESIRE : LE VICE CONTRE LA VERTU

Sa vie de débauché, il va la confier à Lisbeth, elle qui ne demandait rien. Dévergondée, multipliant les aventures sexuelles à deux ou à plusieurs, une femme différente chaque soir; tout, il lui raconte tout ! Étrangement, il lui parle de tout cela, elle si sage, si prude. Mais cela n’a pas l’air de dégouter la pauvre servante, elle qui n’a jamais du connaitre le plaisir de la chair. Un combat entre le vice et la vertu s’installe alors, entre attirance et répulsion (à cause de sa vie dissolue, à la limite du dégoût).

Cette destruction physique et mentale – pour se sortir des conventions de l’époque ? – le rend attachant aux yeux de Lisbeth. Avec l’approche de ce jeune noble vers elle, le lecteur sent que l’armure se brise, qu’il devient plus doux.

LE TRAIT SUBLIME DE VIRGINIE AUGUSTIN

Pour accompagner cette belle chronique sociale, Hubert a fait appel à Virginie Augustin. Ayant travaillé dans l’animation pour les Studios Disney et France 3, la dessinatrice a publié par la suite les 4 volumes de Alim le tanneur avec Wilfrid Lupano (Delcourt) et le diptyque Whaligoë avec Yann (Casterman).

Son trait semi-réaliste est d’une belle élégance, les yeux de ses personnages sont d’une grande expressivité. La reconstitution des décors et des costumes est très réussie.

Article posté le mardi 11 octobre 2016 par Damien Canteau

Monsieur Désire de Hubert et Virginie Augustin (Glénat) décrypté par Comixtrip le site BD de référence
  • Monsieur Désire ?
  • Scénariste : Hubert
  • Dessinatrice : Virginie Augustin
  • Éditeur : Glénat, collection Hors collection
  • Prix : 17.50€
  • Parution : 21 septembre 2016

Résumé de l’éditeur : Dans l’Angleterre victorienne, Lisbeth, une domestique plutôt discrète, vient d’entrer au service d’Édouard, un noble irritant de suffisance, provocateur et blasé. Habitué à choquer son entourage par le récit de ses frasques, ce jeune dandy découvre en sa nouvelle servante quelqu’un de moins docile et impressionnable qu’il ne le croyait. Face à ses piques, celle-ci reste imperturbable, ne répondant que par un regard empreint de compassion sincère. Entre les deux, malgré leurs disparités sociales, une étrange complicité va naître au gré de joutes verbales plus ou moins intenses. De servante, Lisbeth va devenir confidente. Non sans éveiller quelques jalousies chez les autres domestiques… Avec Monsieur désire ?, Hubert signe un ouvrage aux dialogues brillants, aussi fins et élégants que d’une acuité impitoyable, où les rapports dominant-dominé entre les deux personnages principaux changent subtilement d’équilibre. Un récit « so British » – entre les romans d’Oscar Wilde pour la plume enlevée et la série Downton Abbey pour la mise en scène des rapports de classes entre maîtres et servants – illustré avec finesse et grâce par la talentueuse Virginie Augustin qui signe son entrée au catalogue Glénat. En fin d’ouvrage, un appendice rédigé par Hubert revient en détail sur le contexte historique et social développé dans l’album, illustré de gravures d’époque et de dessins inédits.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir