Mortelle vinasse

La jeune auteure angoumoisine Mai Li Bernard publie Mortelle Vinasse, un ambitieux projet graphique au trait minimaliste.

HISTOIRES SANS PAROLES

C’est un petit Ovni qui en dit plus qu’il n’y paraît. Deuxième bande dessinée de Mai Li Bernard ( la première, Pigmentation d’un discours amoureux, avait été publiée chez Dédales en 2014 ), Mortelle Vinasse s’inscrit dans la longue lignée des bandes dessinées muettes qui propose au lecteur une autre façon d’appréhender les images.

Il s’agit ici d’un petit livre en 7 sept parties, construit à la manière d’une pièce de théâtre, en l’occurrence ici du vaudeville. L’auteure qui dédicace cette oeuvre « aux copains de bistrot, du matin et du soir «  y campe trois couples: Georges et Georgette, Léon et Léonie, Raymond et Raymonde. Leur point commun: un goût prononcé pour la boisson et les engueulades…

UNE APPARENTE FROIDEUR

Au sein de ces trois couples installés, c’est la crise. « C’est une sorte de vaudeville meurtrier «  expliquait Mai Li Bernard en août dernier dans une interview,  » mes bandes dessinées sont des fictions cependant elles s’inspirent très souvent de mes expériences personnelles. Je n’ai pas trop d’imagination et les choses du quotidien sont celles qui me viennent le plus naturellement. De même l’absence de mot dans ma production induit un rapport très différent dans l’élaboration du récit. Cela m’impose de recourir à un vocabulaire propre et conditionne complètement ma pratique de la bande dessinée ».  

C’est ainsi que chaque case, chaque geste, chaque cadrage proposé par l’auteur nous impose une lecture plus lente, plus posée, différente en tout cas de celle requise par une relation texte image. Ainsi, d’une apparente froideur esthétique ( le trait est minimaliste) peut naître un langage intéressant.

LES HISTOIRES D’AMOUR FINISSENT MAL

Mais revenons à l’histoire. Chaque chapitre de ce petit polar alcoolisé nous conduit inexorablement vers une fin tragique. Les trois femmes de cette histoire vont en effet chacune envisager de mettre fin à leur relation amoureuse de manière radicale, en se débarrassant de leur compagnon. Ici, pas d’effusion de sang ou de violence trash. Entre deux verres et une réunion aux Alcooliques anonymes, l’auteur sait d’un trait, d’une attitude, de la position d’un objet dans la case nous laisser entrevoir l’issue fatale. Une expérience graphique inhabituelle à signaler.

Article posté le mardi 05 mai 2015 par Jean-Michel Gouin

  • Mortelle Vinasse
  • Auteur : Mai Li Bernard
  • Editeur : The Hoochie Coochie
  • Prix : 8 euros
  • Parution : 4 mai 2015

Résumé de l’éditeur. Mortelle Vinasse est le premier projet long de Mai-Li Bernard, achevé avant même Pigmentation d’un discours amoureux(publié chez Dédales en octobre 2014). Ce livre chapitré en 7 parties, vues comme autant d’actes d’une pièce de théâtre muet, associe les systèmes narratifs du vaudeville à ceux du jeu de massacre en faisant montre d’une position toute féminine, si ce n’est féministe. On y assiste à la description clinique de situations de crise au sein de trois couples installés, avant que soit envisagée une solution radicale par chacune des protagonistes à l’encontre de leur compagnon.

À propos de l'auteur de cet article

Jean-Michel Gouin

Jean-Michel Gouin

Passionné par l'écrit, notamment l'histoire, la littérature policière et la bande dessinée, Jean-Michel Gouin est journaliste à Poitiers.

En savoir