Oklahoma Boy

Trois étapes de la vie d’un gamin né dans l’Oklahoma rural sous la férule d’un père ultra-religieux, grandi dans les tranchés de la seconde guerre mondiale, mort dans les rues de New York. C’est ce que propose cette belle intégrale Oklahoma Boy, rassemblée par le petit éditeur Nantais Vide-Cocagne.

Nous avons tous des démons. Ceux d’Oklahoma Boy le poursuivront toute sa vie, où qu’il aille. Son combat contre lui-même, c’est ce que raconte, en trois étapes, cette très belle BD. Trois récits très différents, mais tous trois puissants. Trois personnages qui n’ont au final que peu à voir l’un avec l’autre, même s’ils sont le passé, le présent, l’avenir du même homme, mais qui fascinent le lecteur. Que Thomas Gilbert nous raconte l’enfance d’Oklahoma Boy, ou sa guerre face aux allemands, ou ses errements dans les rues de New York, il arrive à poser une ambiance, un sujet, un vrai moment-clé.

Un trait de crayon qui sait ce qu’il fait

Autant que le fond, c’est la forme qui séduit dans cet album. Le trait est plein de vigueur. Les choix d’images sont efficaces. C’est une BD, et Thomas Gilbert utilise toutes les possibilités offertes par ce médium pour représenter la folie et les démons qui gravitent autour de son héros. En choisissant délibérément de nous mettre dans sa tête, il nous fait vivre plus que suivre ses errances. Et il n’hésites pas à donner une page entière à ses métaphores les plus violentes, lorsque c’est justifié. On voit l’auteur évoluer, aussi, au cours de ces trois tomes. La narration du premier est encore hésitante, parfois, avec des images accompagnées d’inutiles bulles explicatives. La suite ne fait pas ces erreurs, laisse parler le dessin et les ambiances. Et peu à peu, Thomas Gilbert se révèle comme un auteur à suivre (ça tombe bien, il a un blog, et d’autres projets en cours).

Un petit éditeur nantais

Et pourtant, ce triple album aurait pu ne pas voir le jour, le troisième volet aurait pu rester dans les cartons de l’auteur. Les deux premiers volets de l’histoire d’Oklahoma Boy ont d’abord publié par feu Manolosanctis, qui a mis la clé sous la porte avant la sortie du troisième. L’éditeur Nantais Vide-Cocagne a heureusement repris le flambeau ensuite, permettant à l’auteur de terminer son histoire, et publiant l’intégrale d’un bloc dans ce beau et grand album, dont les planches hanteront longtemps le lecteur imprudent.

 

 

 

Article posté le samedi 28 septembre 2013 par Thierry Soulard

Oklahoma Boy

 

  • Oklahoma boy
  • Auteur : Thomas Gilbert
  • Editeur: Vide Cocagne
  • Prix: 24,90€
  • Sortie: septembre 2013

Résumé de l’éditeur: L’enfance et la vie d’Oklahoma Boy, un jeune américain élevé par un père fanatique, puis enrôlé comme tueur impitoyable pendant la grande guerre. Plus que le portrait d’un homme détruit par la religion, l’honneur, la patrie, toutes ces valeurs vantées et chantées par l’Amérique triomphante, c’est un portrait impitoyable du tournant du siècle que l’auteur dépeint : comment notre monde, dominé par l’Amérique, glisse du barbare, rudimentaire et sauvage XIXème siècle au monde moderne, pervers, complexe mais tout aussi barbare du XXème.
Et ce tournant c’est l’immonde boucherie de la Grande Guerre qui l’opérera, non pas comme un habile chirurgien mais comme un boucher sanguinaire. Oklahoma boy n’est dans cette histoire qu’un témoin, un fil rouge, un enfant perdu, puis un homme comme un autre piégé dans cette tourmente. Aveuglé par les propos d’un père qui voyait en lui un messie, OB croit pouvoir maîtriser son destin comme le dieu antique qu’il croit être, il n’en sera rien, il n’est qu’une victime brisée par le monde.

À propos de l'auteur de cet article

Thierry Soulard

Thierry Soulard

Thierry Soulard est journaliste indépendant, et passionné par les relations entre l'art et les nouvelles technologies. Il a travaillé notamment pour Ouest-France et pour La Nouvelle République du Centre-Ouest, et à vécu en Chine et en Malaisie. De temps en temps il écrit aussi des fictions (et il arrive même qu'elles soient publiés dans Lanfeust Mag, ou dans des anthologies comme "Tombé les voiles", éditions Le Grimoire).

En savoir