Pollock Confidential

On connaissait Jackson Pollock (1912-1956), peintre américain, artiste majeur du XXe siècle, figure de l’expressionnisme abstrait, réalisant plus de sept cents œuvres où il inventa le fameux dripping, technique qui consistait à laisser couler différentes couleurs sur une toile.

Un pan méconnu de l’histoire de l’art

Par contre, la plupart des gens ignorait que dès 1948, en pleine Guerre Froide, la CIA voulut lutter contre l’attrait exercé par le bloc de l’Est sur les artistes et intellectuels occidentaux. Et dans la bande dessinée d’Onofrio Catacchio, intitulée Pollock confidential (édition du Chêne), on apprend que Jackson Pollock fut choisi, à son insu, comme la figure idéale incarnant cette stratégie, celle d’un homme farouche et incontrôlable, propre à favoriser l’éclosion d’une nouvelle culture Made in USA.

Auteur de l’album Le Fils de l’enfer (Albin Michel, 2004) et encreur sur plusieurs comics comme Daken : Dark Wolverine, le dessinateur italien, également au scénario, nous fait découvrir une galerie de personnages ayant croisé le génie américain : son épouse Lee Krasner, sa maîtresse Ruth Kligman, la collectionneuse Peggy Guggenheim, le dirigeant de la CIA Tom Braden

Mais pour raconter son histoire, Catacchio crée un personnage fictif : celui de Dan Atkins, attaché culturel de l’ambassade des États-Unis à Rome et agent de la CIA, qui se lance sur les traces du peintre

Un portrait intime de Pollock

Au long de ces pages, on côtoie un Pollock bourru, misanthrope et sévèrement porté sur la bouteille… mais aussi influencé par son enfance passée dans les grands espaces de l’Ouest américain. Un homme consumé par son talent et ses tourments intérieurs. Jusqu’au drame final. Peggy Guggenheim le définissait comme « un animal sauvage qui n’aurait jamais dû quitter son Wyoming natal ». Cet album nous offre une vision à hauteur d’homme qui se révèle intéressante.

Au bout du compte, en lisant Pollock Confidential, on passe un agréable moment, enrichi par une postface qui apporte des détails intéressants.

Article posté le mercredi 18 mars 2020 par Medionok

Pollock Confidential d'Onofrio Catacchio (Editions du chêne)
  • Pollock Confidential
  • Auteur : Onofrio Catacchio
  • Éditeur : Editions du chêne
  • Prix : 19.90 €
  • Parution : 25 février 2020
  • ISBN : 9782812303463

Résumé de l’éditeur : Raconter Jackson Pollock, c’est comme suivre quelqu’un dont vous connaissez déjà la destination. À bien des égards, son histoire est classiquement celle de l’artiste maudit, voué à une fin tragique.

Dans le parcours de Pollock, il existe cependant un élément qui autorise un récit à la frontière de la fiction : dès 1948, en pleine guerre froide, la CIA a voulu lutter contre l’attrait exercé par le bloc soviétique sur les artistes et les intellectuels occidentaux. Jackson Pollock a été choisi, à son insu, comme la fifure idéale pour incarner cette stratégie, celle d’un homme farouche et incontrôlable, propre à favoriser l’éclosion d’une nouvelle culture « made in USA ».

À propos de l'auteur de cet article

Medionok

Medionok

Né la même année que le festival d'Angoulême, Medionok a toujours aimé la BD et comme il adore écrire, c'est tout naturellement qu'il rédige des chroniques.

En savoir