Quatre couleurs

Grégoire et Pierre, deux amis étudiants, échangent leur identité pour améliorer leur moyenne. C’est le propos de Quatre couleurs est un drame contemporain de Blaise Guignin, publié par les éditions Vraoum.

Grégoire décroche son téléphone. Au bout du fil, son père, homme d’affaires aisé qui lui reproche son manque d’investissement dans ses études. En effet, l’étudiant, nonchalant, plutôt porté sur les filles que ses cours, a déjà redoublé sa première année. Excédé par sa vie décousue, son père le menace de lui couper les vivres s’il ne réussit pas ses examens.

Le lendemain à la piscine, il retrouve Pierre, son ami avec lequel il aime faire des longueurs. Il lui propose une petite combine : échanger leur identité dans un de leur cours afin d’améliorer leur note de fin de trimestre. Si Pierre est étudiant en géographie, il a des difficultés en histoire de l’art, tout l’inverse de Grégoire.

Une blague qui se transforme en drame

Quelques jours plus tard, à la fac. C’est l’effervescence et l’effroi : une étudiante gît sur le sol ; elle s’est suicidée. Rapidement, la police se déplace pour avoir des indices parce que ce suicide serait louche et peut être un meurtre maquillé. Si l’un des amis de Grégoire est touché par cet événement, le jeune étudiant lui reste de marbre.

En cours d’histoire de l’art, Grégoire qui a changé d’identité pour Pierre, fond devant les charmes de sa belle professeur aux lunettes vertes. Cette attirance, il en parle à son ami qui lui demande d’être discret et prudent s’il veut que leur plan fonctionne. De son côté, le vrai Pierre est tombé amoureux de Mathilde, une étudiante dans le cours de géo.

Mais la supercherie risque d’être mise à mal par l’arrivée de Chloé Dejais, une ex de Grégoire, dans son nouveau cours. La jeune étudiante le reconnaît, l’appelle par son vrai prénom et commence une entreprise de chantage. En effet, le jeune homme s’est servi d’elle lors de leur rencontre pour passer à l’acte lors de sa première fois (pour elle comme pour lui) et l’a ensuite laissé tomber. Pour protéger son secret, il lui dit qu’il a changé de prénom pour se cacher d’un psychopathe…

Narration originale

Voilà un très bon album ! Le récit subtil et très bien écrit de Blaise Guignin permet de passer un excellent moment de lecture. Cette histoire qui commence par une blague potache et un petit mensonge pour blouser tout le monde, se transforme rapidement en un drame contemporain sombre et proche du polar : entre les amours blessés ainsi qu’un suicide et Grégoire ne sait plus où il en est. Proche des teen moovies américains, l’histoire est fondée sur un narration originale : les quatre couleurs du stylo bic (noir, bleu, rouge et vert) déclinés en petit chapitre, avec pour introduction la couleur qui reprend un objet, un sentiment… « Rouge comme ce cendrier en plastique, Vert comme le délicieux regard de ma prof, Noir comme le regard inquisiteur de Chloé, Bleu comme le fond de la piscine municipale ». Ce procédé singulier permet de lier admirablement les scènes, de donner un réel esprit à l’album et de rythmer parfaitement le récit. Le trait de l’auteur de En attendant que le vent tourne (Casterman) est rafraîchissant et agréable à l’œil. Pour dessiner et colorier ses planches, il a utilisé le fameux stylo quatre couleurs Bic : cela peut surprendre mais le rendu est très réussi. Il hachure souvent ses décors afin de mettre en valeur ses personnages.

Quatre couleurs : des histoires d’amours originales qui se transforment en un récit sombre, dessiné en quatre couleurs. Une belle réussite graphique !

Article posté le mardi 20 mai 2014 par Damien Canteau

  • Quatre couleurs
  • Auteur : Blaise Guignin
  • Editeur: Vraoum
  • Prix: 16€
  • Sortie: 14 mai 2014

Résumé de l’éditeur : Grégoire et Pierre sont deux amis étudiants qui, le temps d’un cours, échangentleur identité pour améliorer leurs moyennes dans les matières que chacun des deux maîtrise. En suivant les cours dans la fac de l’autre, ils y rencontrent quatre femmes, sous le signe des quatres couleurs du bic du même nom. Noir pour Chloé de Jais, l’ex du cynique Grégoire, qu’il a traumatisé sans mêmesans rendre compte, Vert comme les lunettes de sa troublante enseignante, Rouge comme la cheveleure de Mathilde dont Pierre tombe amoureux et qu’il séduitsous l’identité de son ami et Bleu comme cette brune mystérieuse que ne cesse de croiser Grégoire. Chloé, toujours amoureuse, une romance qui commence sous le sceau du mensonge, un accident et l’histoire sans conséquence va alors prendre un tour beaucoup moins anodin…La chronique au bic d’un échange d’identité qui tourne mal.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir