Saga

Les éditions Urban Comics proposent le troisième volet de la très belle série Saga. Dans un monde en guerre, Alana et Marko donnent naissance à Hazel, symbole pour leurs deux peuples respectifs. Cet album est scénarisé par Brian K. Vaughan et mis en image par Fiona Staples.

UNE GALAXIE MOURANTE, UN MONDE EN GUERRE

Sur la planète Clivage, Alana et Marko, amants que tout opposent, issus de peuplades différentes sont en proie au doute. Elle, possède des ailes de papillon dans le dos et lui, des cornes de boucs sur la tête et qui développe des dons pour la magie. La guerre fait rage. Pourtant dans ce monde de chaos, ils donnent naissance à Hazel, véritable symbole de paix, de respect. Cet espoir fragile, ils doivent le protéger contre vents et marées. Considérés comme des parias, de nombreuses personnes veulent leur tête, à commencer par un baron-robot ou des soldats de la coalition, qui règne sur la planète.

UNE VISITE AU ROMANCIER OSWALD HEIST

Dans ce troisième volume, le couple est toujours pourchassé par Gwendolyne et Le Testament, dont la vengeance est à son paroxysme. Accompagnés par une jeune esclave et son chat, ils vont prénommer cette fillette Sophie.
Le père de Marko, tout juste décédé, c’est sa mère qui décide de prendre en main, le futur. Le couple souhaite aller rendre visite à Oswald Heist, un romancier, qui connaît très bien les tenants et les aboutissants de leur situation. Vivant comme un ermite sur la planète Quiètus, après mainte péripéties, ils arrivent à le rejoindre. Etonné, l’homme consent néanmoins à les héberger et à répondre à leurs nombreuses questions.
De leur côté, Upscher et Doff, deux journalistes enquêtent sur Hazel et ses parents pour le compte de leur quotidien. Ce couple d’hommes aux mains et pieds palmés jouent des coudes pour sortir un bon scoop.

UN MAGNIFIQUE SPACE OPERA

Le comics book Saga est formidable. Publiée par Image Comics aux Etats-Unis, l’histoire de Brian K. Vaughan est aux confluences de plusieurs genre : le space opera, la romance, l’aventure, l’action et la science-fiction. Ce récit d’anticipation est construit comme une fable qui se délite au fil des pages. Sorte de Roméo & Juliette du 30e siècle, il met magnifiquement en scène deux héros, Alana et Marko, qui n’auraient jamais du se rencontrer et s’aimer, parce qu’issus de deux peuplades en guerre depuis des décennies. D’ailleurs, leurs propres pairs les pourchasseront jusqu’à la mort.
L’univers du scénariste d’Ex-Machina ou Pride of Baghdad (Urban Comics) est foisonnant de monstres et de robots en tout genre. Les dialogues sont ciselés et l’humour bien présent.
Du côté graphique, c’est étonnant. Fiona Staples est pétrie de talent. Le bestiaire et les baron-robots sont merveilleusement dessinés. De plus les décors minutieux et les couleurs sont fabuleux.

A noter que la série fut multi-récompensée. Des Eisner Award, en 2013 : meilleure série, meilleur scénariste et meilleure nouvelle série. Et en 2014 : meilleure série, meilleur scénariste et meilleure dessinatrice. Le prix Hugo du roman graphique en 2013 et plusieurs prix Harvey en 2013 et 2014 : meilleure série, meilleure nouvelle série, meilleur scénariste, meilleure dessinatrice, coloriste ou illustratrice de couverture.

Article posté le vendredi 11 avril 2014 par Damien Canteau

  • Saga, volume 3
  • Scénariste : Brian K. Vaughan
  • Dessinatrice : Fiona Staples
  • Editeur : Urban Comics
  • Prix : 15€
  • Sortie : 11 avril 2014

Résumé de l’éditeur : Depuis la mort de son père, Marko peine à recouvrer l’ardeur qui l’animait jusqu’alors. Klara, inquiète pour l’avenir de son fils et de sa nouvelle petite famille, prend donc les rênes de la situation. Une bravoure dont ils auront tous besoin sur Quietus, la planète où vit reclus le romancier D. Oswald Heist. De leur côté, le Testament et Gwendolyne, stimulés par leur désir de vengeance, poursuivent leur traque assidue du couple.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir