The cute girl network

Jane, jeune skatebordeuse, tombe amoureuse de Jack, brave et gentil vendeur de soupe. Que faire quand toutes ses amies la mettent en garde contre ce « simplet » ? L’amour plus fort que tout dans The cute girl network, une très belle chronique sociale de Greg Means et MK Reed mise en image par Joe Flood et publiée par Glénat.

TOMBER EN AMOUR

Tout juste arrivée à Brookport, Jane, la vingtaine, a trouvé un travail dans un magasin de skatebord. La jeune femme, elle aussi pratiquante de ce sport, vit en colocation avec 4 jeunes autres filles. Alors qu’elle ride sur la 10e avenue de la ville, elle tombe devant le stand de soupe tenu par Jack. Tel un ange qui atterrit devant lui, Jack tombe sous son charme. Il l’aide à se relever et lui donne un bouteille de thé glacé pour mettre sur ses fesse endolories.

De retour chez lui, il retrouve sa coloc et son coloc. Si ces deux derniers sont cyniques sur sa rencontre, Jack a toujours autant d’étoiles dans les yeux. Pourtant pour eux, ce n’est pas gagné, il faut dire que le jeune homme a une étrange personnalité.

LA MALADRESSE COMME ATOUT

Jack est un charmant jeune homme, la vingtaine lui aussi, maladroit, malchanceux mais d’une infinie gentillesse. Pas très futé, ayant terminé ses études très tôt, il aime son travail simple et qui lui permet d’être toujours dehors. Peu fortuné, il aime les chips, les films Z et peu le rangement. Tout cela, il en a conscience; il le sait, il n’est pas un intello. Pourtant, il a des qualités de cœur importantes qui font de lui un homme bien, malgré les dires. Il ne juge personne, est protecteur, serviable mais toutes ses histoires avec les femmes sont des fiasco. Il faut souligner que sa maladresse lui colle à la peau. Entre son pull qui se prend dans les palles du ventilateur ou son téléphone qu’il perd parce qu’il l’a mis dans le paquet de chips vide; rien ne fonctionne.

RÉSEAU SOCIAL INTRAITABLE

Jack invite Jane dans un parc de la ville, lui offre des fleurs et l’emmène dans un magasin de disques. Tout cela charme la jeune fille et malgré un nez qui saigne, elle tombe amoureuse de lui. Préoccupées par la situation, ses amies essaient de lui ouvrir les yeux sur le jeune vendeur. Dans la ville, il existe un réseau social tenu par les filles qui donne des indications sur tous les hommes. Cette application permet aux ex de donner leur version, des explications – souvent vachardes – sur leurs mauvais coups. C’est ainsi que la skateuse se retrouve en face d’ex de Jack qui lui expliquent que c’est le pire de tous…

UNE VRAIE COMÉDIE ROMANTIQUE

Greg Means et MK Reed imaginent une vraie comédie romantique, drôle, enlevée et très bien écrite. Très en phase avec l’époque actuelle, l’histoire est de ce fait une vraie chronique sociale, critique de nos sociétés actuelles. Si le récit se déroule aux Etats-Unis, celui-ci aurait très bien pu l’être en France, tant il est moderne. En plus de fustiger les réseaux sociaux, le duo de scénaristes laminent aussi tous les préjugés et le machisme ambiant. En effet, les hommes qui entourent Jane, les skateurs ou le colocataire de Jack sont brutes de décoffrage, sans filtre envers les femmes. Ils les prenent de haut, ne pensant pas qu’elle puissent pratiquer ce sport et juste bonnes à donner des conseils de maquillage. Mais ils font de leur héroïne, une femme forte, rembarrant les récalcitrants et cela fait un bien fou.

Pleine de tendresse et d’humour, leur histoire revisite le couple et les relations entre les amoureux ou couple-reste du monde. Ils font de Jack, le loser magnifique, un homme amoureux, mué par des sentiments nobles et simples. Le triomphe de l’amour, point fort du récit, est notamment souligné par Jane qui répond à ses amies : « Je ne veux pas de n’importe quel mec, juste pour qu’il fasse bien sur les photos de Noël ou parce qu’il a un super CV. Je veux quelqu’un avec qui je sois heureuse tous les jours ». Et voilà, tout est résumé dans cette phrase !

Joe Flood, le dessinateur, apporte une vraie touche humoristique par son dessin. Si Jack à de faux airs de Sammy de Scooby-Doo, il met en scène de vraies tronches, de vrais personnages que l’on apprécie et même les plus désagréables. Son trait en noir et blanc est idéal pour restituer l’ambiance drôle et empli d’amour du récit.

The cute girl network ou le triomphe de l’amour, contre tout, contre tous !

Article posté le vendredi 26 février 2016 par Damien Canteau

Couverture française de The cute girl network de Greg Means, MK Reed et Joe Flood (Glénat)
  • The cute girl network
  • Scénaristes : Greg Means et MK Reed
  • Dessinateur : Joe Flood
  • Editeur : Glénat, collection 1000 feuilles
  • Prix : 18€
  • Parution : 24 février 2016

Résumé de l’éditeur : Jane est nouvelle à Brookport. Alors qu’elle fait une chute en skateboard en face du stand de soupe ambulant de Jack, ce dernier prend son courage à deux mains et lui propose un rencard. À l’issue de leur premier rendez-vous, Jack, à la fois mignon et touchant de maladresse, laisse une très bonne impression à Jane. Mais c’est sans compter sur le « Cute Girl Network » : un réseau d’information ultra-pointu alimenté par toutes les jeunes femmes du quartier. Elles y recensent leurs bonnes et, surtout, leurs mauvaises expériences avec certains garçons. Jane s’apprête donc à découvrir dans les moindres détails la vie sentimentale trouble – et c’est un euphémisme – de Jack… L’amour sera-t-il plus fort malgré tout ? Greg Means, MK Reed et Joe Flood signent un roman graphique touchant et teinté d’humour, qui se permet de bousculer les idées préconçues sur les notions de bien et de mal dans une relation de couple. Des personnages très bien écrits, une narration impeccable et un ton résolument contemporain… enfin une comédie romantique véritablement drôle, et véritablement romantique !

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir