Time is money

Un vendeur itinérant se retrouve devant la porte d’un manoir appartenant à un drôle de savant ayant inventé une machine à voyager dans le temps. Il lui propose alors de devenir son associé et de gagner de l’argent grâce à cette découverte scientifique. Les éditions Dargaud proposent la réédition de Time is money, un recueil qui reprend les 3 histoires parues dans Pilote entre 1969 et 1973 et signées des talentueux Fred et Alexis.

MACHINE A ROULER LES CIGARETTES ET MACHINE A VOYAGER DANS LE TEMPS

Vendeur itinérant, Timoléon se rend de maison en maison, son étonnante machine à vapeur sur dos : elle fabrique des cigarettes. Ainsi : « Sur la lande inculte et désolée un homme inculte se désole de son manque de culture qui l’oblige à faire le désolant métier de marchand-de-machines-à-vapeur-pour rouler-les-cigarettes-une-à-une-sans-se-fatiguer. »

Ce n’est pas faute d’essayer, mais l’invention du camelot n’a pas de succès et il perd même beaucoup d’argent. Se retrouvant en face d’un manoir délabré, il tente alors sa chance, une dernière fois avant de rentrer chez lui. La porte s’ouvre et apparait alors un vieil homme frêle en robe de chambre. Cet étonnant personnage, c’est Stanislas, un savant un peu fou.

Après une démonstration de son invention – qui ne convainc guère le scientifique – Timoléon est invité à observer le chef-d’œuvre de Stanislas : une machine à voyager dans le temps. Plus étonnant encore, le vieil excentrique lui propose de devenir son associé et d’amasser ainsi une maximum d’argent.

TIMOLEON ET STANISLAS : VOYAGEURS DU TEMPS

« Timoléon, commerçant du temps », voilà comment Stanislas flatte le petit homme moustachu au chapeau melon. Pas très futé, il cède facilement devant les arguments du génie. Lui, fera fonctionner sa machine à voyager dans le temps, tandis que son disciple se rendra sur place.

Pour le premier voyage, Stanislas lui indique d’aller à Florence en 1469 afin de rencontrer Léonard de Vinci – pas encore connu – afin de lui acheter la Joconde pour une bouchée de pain. Au retour, ils vendront le célèbre tableau et ainsi deviendront riches. Mais la mission ne se déroule pas de la meilleure des manières…

TIME IS MONEY : HISTOIRES PARUES DANS PILOTE

Créé en 1959 par, entre autres, René Goscinny, Albert Uderzo, François Clauteaux, Jean-Michel Charlier, Jean Hébrard et René Ribière, le journal Pilote accueillait en son sein de nombreuses séries devenues cultes par la suite : d’Astérix à Barbe Rouge, en passant par Tanguy et Laverdure, Valentin le vagabond, Valérian ou Le grand Duduche.

En 1969, Fred et Alexis proposent les personnages de Timoléon et Stanislas dans 5 aventures différentes : Times is money (30 pages), Une peau de banane dans le temps (32 pages), Quatre pas dans l’avenir (44 pages), Joseph le borgne (44 pages) et Entracte (28 pages) auxquelles on ajoutera Sale temps (2 pages). Plus tard, ces 5 récits seront publiés en 3 albums entre 1974 et 1975 sous les titres : Time is money, Quatre pas dans l’avenir et Joseph le borgne. D’ailleurs, pour les besoins de ces compilations, Alexis effectuera des retouches. Les deux premiers volumes seront de nouveaux publiés dans la célèbre collection 16/22 entre 1977 et 1980. Les éditions Vents d’Ouest réimprimèrent les 3 tomes en 1992 et enfin Dargaud effectue une réédition digne de ce nom en intégrale aujourd’hui.

FRED : AUTEUR DE GENIE

Né en 1931 à Paris, Frédéric Othon Théodore Aristidès dit Fred met son talent au service d’Alexis à travers 5 récits loufoques. Il faut souligner que le talentueux auteur est adepte d’un humour subtil et imagine des histoires décalées et poétiques. Il créera un univers original et singulier où le lecteur sera plongé dans une folie-douce d’une rare intelligence. Si l’on peut citer Philémon – son œuvre phare – Fred propose des récits qui sont de véritables petits bijoux : Le petit cirque, Y a plus d’saison, Ca va ça vient, Hum!, le Fond de l’air est frais, Cythère l’apprentie sorcière mais aussi Le corbac aux baskets.

Récompensé par le Grand Prix de la Ville d’Angoulême en 1980, il est lauréat de nombreuses récompenses. Après un long passage à vide, en 2013, il propose le dernier tome de PhilémonLe train où vont les choses – qui bouclera la boucle. Il décèdera quelques mois plus tard, le 2 avril.

ALEXIS : DESSINATEUR DE GENIE

Né en 1946, Dominique Vallet dit Alexis intègre la revue Pilote en 1968 où il illustre des gags, histoires courtes ou l’actualité. Son talent est repéré par Fred. « Mon père était […] impressionné par la rapidité d’exécution d’Alexis qui réussissait à maintenir une grande qualité » confie Eric Aristidès, le fils de Fred.

Après Time is money, le talentueux dessinateur se met au service de Gotlib dans Cinémastock (1974/1975) puis La publicité dans la joie publié dans L’écho des savanes. Il devient alors l’un des piliers de Fluide Glacial notamment grâce à Superdupont imaginé par Jacques Lob et Gotlib. Sa carrière sera de courte durée mais forte de petites pépites graphiques. Il décèdera en 1977 à l’âge de 31 ans.

TIME IS MONEY : DELIRES POETICO-HUMORISTIQUES

Fred imagine des délires poético-humoristiques dans Time is money. L’univers proposé dans ces cinq aventures est d’une grande richesse notamment par l’opposition de Timoléon et Stanislas. Le premier est un homme simple, pas très intelligent, terre à terre « un bonhomme rustre [qui] symbolise un monde matérialiste peu enclin à la fantaisie » comme le souligne l’éditeur. Le second est un savant excentrique, caricature du savant fou. D’ailleurs, le seul ressort qui l’anime étant l’appât du gain. Son esprit étriqué de petit bourgeois est un des thèmes favoris de Fred dans son œuvre.

Les passes d’arme entre les deux protagonistes sont savoureuses, n’ayant ni l’un ni l’autre leur langue dans leur poche. Les dialogues et les reparties s’enchaînent pour le plus grand bonheur des lecteurs. L’on peut aussi observer le glissement de Timoléon vers plus de corvéabilité de la part de Stanislas qui n’hésite pas à utiliser l’homme au chapeau melon comme bon lui semble. L’humour est grinçant et parfois noir, les situations rocambolesques. A chaque voyage, l’aventure n’est pas un succès, renvoyant les deux hommes dans le manoir à leur point de départ, sans argent.

Le dessin à la fois réaliste et humoristique d’Alexis est idéal pour restituer l’ambiance folle du récit. Son trait en noir et blanc est tout simplement merveilleux.

Article posté le jeudi 04 août 2016 par Damien Canteau

Le chef d'oeuvre de Fred et Alexis, Time is money réédité par Dargaud et décrypté par Comixtrip le site BD de référence
  • Time is money
  • Scénariste : Fred
  • Dessinateur : Alexis
  • Éditeur : Dargaud
  • Prix : 29€
  • Parution : 17 juin 2016

Résumé de l’éditeur : Créée en 1969 dans Pilote par deux génies de la bande dessinée, cette série comprenait trois albums publiés chez Dargaud dans les années 1970 (Time is Money ; Quatre pas dans l’avenir ; Joseph le borgne). Time is money met en scène un scientifique et un vendeur en porte-à-porte qui voyagent dans le temps pour… de l’argent. Après avoir été partiellement reprise par les éditions Vents d’ouest dans les années 1990, la série bénéficie enfin d’une édition intégrale, digne de l’immense talent de ses créateurs !

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir