Une mystérieuse mélodie

Comment Mickey rencontra Minnie ? Voilà le défi que s’est imposé Bernard Cosey dans Une mystérieuse mélodie, une très jolie petite histoire autour du célèbre couple inventé par Walt Disney.

MICKEY ÉCRIVAIN

Juin 1927. Mickey met la touche finale à son nouveau scénario de Dog the dog. Le lendemain, il quitte sa coquette demeure pour Los Angeles afin de se rendre chez Big Boss, son éditeur. Là, il lui refuse son écrit et lui demande de s’inspirer du plus écrivain William Shakespeare. Pour se remonter le moral, il passe alors voir Pluto alias Dog the dog et Dingo qui l’emmène faire un tour de bateau.

UNE MYSTÉRIEUSE MÉLODIE

Sur le chemin du retour dans le train, les voyageurs sont surpris par une panne d’électricité. Dans la pénombre, à ses côtés, Mickey entr’aperçoit une jolie jeune femme. Le lendemain matin, la souris est étonnée, on lui a volé son scénario. A coup sûr, c’est sa voisine qui s’était assoupie sur son épaule. Peu importe, son écrit ne valait rien. Reste alors dans sa tête, une mystérieuse mélodie. Pourquoi la fredonne-t-il ? Il ne sait pas…

« DESSINER MICKEY : JE N’AI PAS EU BESOIN DE RÉFLÉCHIR LONGTEMPS »

Quelle excellente idée Jacques Glénat a eu de proposer à Bernard Cosey d’imaginer une aventure de Mickey ! On le sait depuis longtemps, l’auteur de Jonathan (Le Lombard) est un artiste sensible et d’une rare intelligence dans ses scénarios et à l’élégance dans son trait. Tout cela se ressent de nouveau dans Une mystérieuse mélodie.

Alors qu’en 1978, l’auteur du merveilleux A la recherche de Peter Pan (Le Lombard) avait tenté de rejoindre les Studios Disney, il avait rapidement déchanté car le travail à la chaîne ne lui plairait pas. Pourtant, lorsque l’éditeur grenoblois lui présenta le projet, il y a deux ans « [il] n’a pas eu besoin de réfléchir très longtemps – après avoir fait un bond de 3 mètres ! »

LA VRAIE RENCONTRE DE MICKEY ET MINNIE

Attiré par la simplicité des dessins et de l’aspect sympathique des personnages, Bernard Cosey a imaginé la rencontre entre Mickey et Minnie. Etonnament personne ne l’avait fait avant lui. Alors qu’il découvrit la toute première aventure de Mickey datée de 1928, la petite souris était déjà accompagnée de sa future fiancée; c’est pourquoi il situe Une merveilleuse mélodie en 1927.

Un challenge relevé de haute-volée tant cette histoire est agréable, grand public et dans le veine des récits des premiers Mickey, le tout teinté d’une grande mélancolie. D’une belle et grande poésie, son scénario fait la part belle à tous les personnages de la galaxie Disney : Pluto, Dingo, Horace, Pat Hibulaire, Clarabelle ou Gus.

COSEY CHEZ MICKEY

Si scénaristiquement, cet album est un petit bijou, graphiquement c’est aussi le cas. Loin de Zélie Nord-Sud (Le Lombard) ou Le bouddha d’azur (Le Lombard), le dessin de Bernard Cosey enchante le lecteur. Son trait est d’une belle rondeur et ses cadrages sont d’une grande précision. Pourtant, le naturel revient au galop notamment dans les décors extérieurs qui sont purement dans le style coséen. Il le confesse lui même : « J’ai donc cherché à me fondre dans ce style initial – même si mes amis dessinateurs qui ont vu mes premières planches m’ont dit qu’on reconnaissait immédiatement mon travail ».

Dans le même temps, les éditions Glénat dévoilent Mickey’s craziest adventures signé Lewis Trondheim et Nicolas Keramidas. Après sa lecture, on est beaucoup moins emballé qu’avec le sublime album de Cosey. A venir en octobre 2016, dans la même collection Imaginez Mickey vu par …, un de Régis Loisel ainsi qu’un autre de Tebo.

Article posté le mercredi 09 mars 2016 par Damien Canteau

Couverture de Une mystérieuse mélodie de Bernard Cosey (Glénat -Disney) ou Comment Mickey rencontra Minnie ?
  • Une mystérieuse mélodie ou Comment Mickey rencontra Minnie
  • Auteur : Bernard Cosey
  • Editeur : Glénat – Disney
  • Prix : 17€
  • Parution : 02 mars 2016

Résumé de l’éditeur : États-Unis, 1927. Mickey avale sa quiche au gruyère en terminant son nouveau scénario des joyeuses aventures de Dog the Dog (qui deviendra Pluto) avant de sauter dans le train qui l’emmène jusqu’à Big Boss, son producteur à Los Angeles. Big Boss, nouvellement entiché de Shakespeare, demande à Mickey d‘oublier ses « happy ends » et d’écrire une vraie et sombre tragédie. Dans le train du retour, Mickey, désemparé, s’efforce d’envisager des scènes dramatiques, lorsque l’éclairage du wagon tombe en panne. Impossible dans la nuit de distinguer les traits de la passagère qui s’est installée sur la banquette à côté de lui et qui bientôt fredonne doucement un air de musique. À l’arrivée, le matin, Mickey seul sur la banquette, remarque la disparition de son scénario. Tout semble confirmer que le document a été enlevé par sa voisine, ce qui serait sans importance puisque le scénario était refusé, sauf qu’il y a eu un malencontreux échange : Mickey a emporté par erreur un manuscrit original de Shakespeare que Dingo avait déniché aux puces et vendu à prix d’or à Big Boss ! Comment retrouver l’énigmatique voyageuse, avec pour seul indice, une mélodie inconnue ?

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir