Voir des baleines

Le dessinateur basque espagnol revient sur l’histoire récente de son pays avec « Voir des baleines ». Une fresque intimiste sur fond de lutte armée.

TROIS PERSONNAGES EN QUETE D’EUX-MEMES

Depuis sa naissance, en 1958 jusqu’à l’annonce en juillet 2014 du démantèlement de ses structures logistique et opérative, le mouvement révolutionnaire basque de libération nationale, ETA, aura durablement marqué l’histoire de l’Espagne. Une histoire douloureuse, faite de sang et de violence, encore très présente dans a mémoire collective.

C’est une partie de ce temps-là que le dessinateur Javier de Isusi a choisi de nous montrer dans « Voir des baleines », à travers le parcours de trois hommes, Anton, Josu et Emmanuel. Trois « héros » plus ou moins ordinaires à la recherche de clés pour comprendre le passé…

INSPIRE D’UN FAIT REEL

ISoient Anton, uu prêtre dont le père a été assassiné par l’Eta, Josu, son ami d’enfance militant eterra qui purge une peine de prison depuis 8 ans, et Emmanuel, ancien tueur du GAL ( Groupes antiterroristes de libération) cette officine qui de 1983 à 1987 avait pour objectif d’éradiquer Eta par tous les moyens… Dans une interview réalisée récemment, Javier de Isusis expliquait dans quelles circonstances il avait imaginé ce roman graphique:

 » Cette BD est née d’une histoire vraie que mon frère m’a raconté: celle d’un militant d’ETA détenu dans une prison française qui a réussi à se confronter avec un membre du GAL, lui aussi prisonnier, en tant que personne et pas en tant qu’ennemi. Cette histoire m’ a impressionné au point de me faire dresser les cheveux sur la tête; elle renfermait à mes yeux la clé de la réconciliation et méritait donc d’être racontée…. »

PAS DE JUGEMENT

On a coutume de dire que l’histoire jugera. C’est le cas ici. L’auteur de ce livre, dont on devine par ses origines qu’il a pu connaître de près ce moment historique, ne porte pas de jugements. Il met en avant les blessures de personnages confrontés à des événements lourds, poursuivis par un passé qui ne passe pas et qui tentent de comprendre. Son dessin à l’aquarelle, ses lavis gris bleu réhaussés par de larges aplats jaunes sous-tendent efficacement l’art du récit. Un récit attachant et bien mené.

Article posté le mardi 04 novembre 2014 par Jean-Michel Gouin

  • Voir des baleines
  • Auteur: Javier de Isusi
  • Editions: Rackham
  • Parution: 21 octobre 2014
  • Prix: 22 €

 Résumé de l’éditeur : Tout en s’inspirant d’une histoire vraie, après un long et minutieux travail de documentation, c’est pourtant par une fiction que Javier de Isusi (Ometepe, Les voyages de Juan sans Terre) a choisi d’évoquer l’histoire récente de son pays ; ces trois personnages, qui en incarnent chacun une facette, sont le point de départ d’un questionnement sur la violence et ses conséquences, et en premier lieu les moins visibles : celles qui déchirent l’esprit humain jusqu’au plus profond de lui-même. Avec une extrême délicatesse et sans jamais tomber dans la stigmatisation manichéenne, Javier de Isusi entame dans Voir des baleines une profonde réflexion sur le conflit fratricide qui a ensanglanté sa terre natale tout en montrant le chemin qui mène à la réconciliation.

À propos de l'auteur de cet article

Jean-Michel Gouin

Jean-Michel Gouin

Passionné par l'écrit, notamment l'histoire, la littérature policière et la bande dessinée, Jean-Michel Gouin est journaliste à Poitiers.

En savoir