Denis Bajram: « Le monde de la bande dessinée a besoin d’un projet »

L’auteur des séries Universal War est devenu le porte-parole de la grogne des auteurs de bande dessinée. Pourquoi les auteurs sont-ils en colère ? Quelle est la situation du monde de la bande dessinée aujourd’hui ? Quelles sont les réflexions engagées sur le sujet ? Réponses.

Pouvez-vous résumer les problèmes actuels du monde de la bande dessinée ?

C’est une pièce en plusieurs actes. Tout dépend où l’on commence. Le gros déclencheur, récemment, a été l’annonce de la réforme du régime de retraite complémentaire des artistes et auteurs professionnels (RAAP). On doit passer d’une cotisation qui jusque-là était basée sur des tranches volontaires, à une perception obligatoire de 8% de nos revenus. En clair, pour beaucoup, c’est la perte d’un mois de revenu complet tous les ans ! Ça a secoué pas mal d’esprits. La section BD du Syndicat National des Auteurs Compositeurs (SNAC) avait tenté de mobiliser sur d’autres problèmes depuis pas mal de temps, mais d’un coup la réforme du RAAP a été le gros déclencheur. Un mois de salaire perdu, pour n’importe qui, ce serait inacceptable.

Mais il s’avère que ce n’est pas une première. Les auteurs se sont déjà fait avoir sur la TVA en 2014 : elle avait été à un moment augmentée pour le livre puis, suite à la pression des éditeurs, avait été rabaissée ensuite pour tout le monde… sauf pour les auteurs. Ce qui fait qu’on se retrouve depuis un an à payer 0,80% de TVA sur les revenus de notre travail. Ça peut paraître peu, mais à force de nous prendre quelques pour cents de plus tous les ans, cette succession de prélèvements va finir par assommer un métier qui est déjà à genoux.

Car la bande dessinée a de nombreux problèmes. Le principal est la multiplication du nombre de titres présents sur le marché. Je n’utilise pas le terme « surproduction » volontairement : pour moi, il n’y a pas de surproduction dans l’absolu, toute BD est bonne à être publiée, s’il y a des gens passionnés qui ont envie de la faire. Le problème actuel, c’est qu’il y a saturation commerciale : il y a trop de titres sur les tables des libraires. La conséquence, c’est qu’il devient très difficile de faire de la nouveauté, vu qu’elles sont noyées dans le bruit de fond. Et très difficile de rendre visibles ces nouveaux albums.

Quand j’ai commencé, il y avait 700 nouveautés par an. Maintenant, il y en a entre 3.000 et 5.000, selon les estimations. Le chiffre d’affaire global a cru, mais pas tant que ça. Ça veut dire que la part de marché de chacun a diminué. Ce ne sont pas tant les best-sellers qui sont touchés : c’est la middle class qui a été laminée, ceux qui vivaient moyennement de la BD. Ils se retrouvent beaucoup plus nombreux à partager le même gâteau. Inévitablement, ça fait s’écrouler le prix des planches, les ventes… Et à la fin, on se retrouve avec la moitié de la population de la bande dessinée qui ne gagne même pas l’équivalent d’un SMIC.

Cette « middle class de la bande dessinée » va-t-elle disparaître ?

Elle est déjà en train d’être liquidée. On ne parle plus d’un risque : c’était il y a dix ans qu’on tirait la sonnette d’alarme à ce niveau. Et pourtant, fondamentalement, historiquement, la BD est très middle class. C’était même, sociologiquement, un petit groupe involontairement caricatural d’une certaine classe moyenne française, blanche, éduquée, masculine… En accueillant plus d’auteurs, elle s’est ouverte à une vraie diversité, tant mieux. Mais économiquement, c’est une middle class en cours de prolétarisation : maintenant, on a beaucoup de gens qui n’arrivent plus à vivre de leur travail.

Risque-t-on d’avoir une reconfiguration totale du monde de la bande dessinée dans les prochaines années ?

Je ne sais pas si c’est mieux ou moins bien pour la BD. En tant que simple lecteur, quelque part, je me poserais sérieusement la question : qu’est ce que ça va changer à l’art, aux livres ?

La certitude, c’est que ça détruit lentement et sûrement une profession. Il y a plein de gens qui ont cru qu’ils pourraient gagner leur vie avec la BD et qui se rendent compte que ça ne va pas être le cas. Quand j’ai signé mes premiers contrats, en 1994, le fond de l’air était que la BD, c’était un métier. Un métier pas facile, où il fallait se battre, mais si on faisait bien son métier on pouvait en vivre. Des écoles ont été ouvertes, tout donnait cette impression d’une vraie profession. Aujourd’hui, quand on fait un album, il y a de fortes chances qu’il ait moins de 1.000 lecteurs. Moi, si on m’avait dit que mon premier bouquin ne se vendrait pas plus que mes fanzines, ça m’aurait fait un drôle d’effet… C’est extrêmement bizarre, dur, et démotivant, pour un travail dans lequel on s’investit autant… Et la question, c’est de savoir ce qui va se passer quand plein d’auteurs vont lâcher la rampe. Il n’y a pas d’assurance-chômage pour nous. Il va falloir qu’ils se reclassent, en pleine crise économique…

Votre analyse est très noire…

Oui. On n’y est pas encore totalement, mais ce vers quoi on fonce à 100 à l’heure, c’est un monde de la bande dessinée qui fonctionnerait sur le même modèle que le rock : tu fais ton groupe, mais ne t’attends pas à gagner ta vie avec. Il y aura de temps en temps des gens qui feront un tube, ramasseront le jackpot, et la grande majorité pour qui ça n’aura été qu’une passion de jeunesse.

Les États Généraux de la bande dessinée sont nés de ce constat. Quelle est l’idée générale de ce projet ?

Je suis au comité de pilotage du SNAC, le syndicat des auteurs de BD. Au niveau du syndicat, on est dans l’urgence. On se retrouve à gérer des situations et des problèmes très précis. En discutant cet été avec Benoît Peeters, qui lui n’est pas du tout au syndicat, on a remarqué que nos discussions allaient bien au-delà du territoire couvert par le SNAC, qu’on évoquait des grandes questions générales, mais qu’on avait très peu d’études sérieuses auxquelles se référer. Il faut le dire : il n’y a pas de sociologie de la bande dessinée. Ça a longtemps été un tout petit milieu. Il y a en fait très peu de personnes qui travaillent dans ce secteur et très peu d’études dessus. C’est un petit art, qui se fait quasiment entre amis.

Donc, on se retrouve avec des évolutions et questions sur l’avenir, mais on n’a pas les données qui permettraient de comprendre ce qui se passe et vers quoi on va. On s’est dit qu’il fallait rassembler ces données. On s’est aussi dit qu’il fallait rassembler les idées : il y a plein de gens qui en ont, du libraire au festival, de l’éditeur au journaliste en passant par les auteurs, évidemment. Mais un syndicat uniquement d’auteurs n’est pas fait pour gérer ce genre de projet. Cette demande là, c’est une demande de tout le peuple de la BD de savoir dans quel état il est, et d’être entendu. C’est une demande démocratique, et ça ressemble typiquement à des États Généraux. Et c’est pour cela qu’on s’est dit qu’il fallait en organiser. Car la population des auteurs est la première dans le collimateur mais les autres suivront : on ne voit pas trop comment les éditeurs s’adapteraient à un crash du corps professionnel des auteurs, comment les libraires peuvent survivre à cette saturation du marché… Les festivals sont tous dépassés par ce qui se passe, se réfugiant dans la dédicace en se demandant quoi faire de plus intéressant. Quelque part, tout le milieu est bâti sur un modèle construit entre les années 70 et 90 et qui n’a pas bougé depuis. Et puis il y a le numérique, et toutes les inquiétudes qui vont avec… Du coup, le cumul de l’ensemble justifie totalement ces États Généraux.

L’idée des États Généraux de la Bande Dessinée (EGBD) est très simple : ce sont les auteurs qui les convoquent, car à un moment il fallait bien que quelqu’un prenne la décision, mais ils sont bien ouverts à tous. L’idée, dans un premier temps, est de remonter des infos. Faire un état des lieux, du côté universitaire, sérieusement. Quelque chose qui soit à la fois sociologique, économique, historique. Dégager les tendances, voir ce qui s’est passé, regarder les statuts légaux, sociaux… Avoir les données, les compiler… Et faire cela avec intelligence, le faire faire par des gens dont c’est le métier, et qui peuvent le faire avec le détachement nécessaire, sans être dans le pathos. Des gens qui peuvent dire quand ça va bien, et quand ça va mal, ce qui se passe vraiment.

Dans le même temps, on va demander à tout ceux qui le veulent d’écrire des cahiers de doléances. Que les coloristes, les festivaliers, les auteurs, qui sais-je encore, se réunissent pour faire entendre leur parole, une parole pour le coup non aseptisée par l’analyse intellectuelle et scientifique. Et tout cela remontera aux États Généraux. Le but est de faire entendre la parole de tout le monde, que les choses soient dites. D’autant plus que ce matériel servira aux sociologues. Cela permettra aussi de faire entendre les bonnes idées de tous.

Le deuxième temps, ce sera de se réunir tous ensemble, et d’essayer de trouver un plan pour l’avenir. Ces États Généraux, on y invite tout le monde : associations représentatives du monde de la BD, syndicats d’auteurs, syndicats d’éditeurs, institutions culturelles, représentants de festivals… Que tous ces gens qui ont déjà une bonne connaissance des dossiers viennent, pour encourager la constitution de ce gros dossier commun. Les travaux universitaires seront rendus au fur et à mesure, quand ils seront prêts, ce qui permettra d’organiser des journées d’information ou des colloques intermédiaires. Dans le même temps, il y aura des réunions pour les cahiers de doléances. Ça va durer un an ou deux minimum. C’est sans doute long, mais ça permettra d’ouvrir un grand et vrai débat. Quand le second temps arrivera, beaucoup de choses auront déjà été discutées. Il sera temps, avec j’espère tout le monde rassemblé autour de la table, de construire un projet. Il nous en faut un. Pour l’instant, en se laissant guider par le quotidien, on va vers quelque chose qui n’est pas très plaisant.

Dans l’histoire de la bande dessinée, jamais encore l’ensemble de la profession ne s’était rassemblée et regardée…

Les auteurs sont par définition des hyper-individualistes. Rassembler des individualistes, c’est déjà un cauchemar. Les succès récents du SNAC en terme de mobilisation sont tout simplement ahurissants. Ce qui s’est passé à Saint-Malo – quasi 100% des auteurs qui débrayent pour aller dans une salle pour discuter – était impossible à imaginer il y a deux ans. Ça veut dire que la très grande majorité des auteurs admet que l’on va dans le mauvais sens, et s’inquiète surtout à titre individuel. Même les gros auteurs sont en train de prendre conscience que s’ils ne font pas gaffe, ils vont se retrouver dans un champ de ruines. A tous les niveaux de réussite, tous les auteurs se sentent concernés.

A côté de cela, rassembler tout le monde de la BD, c’est à dire les auteurs mais aussi les éditeurs et les autres acteurs, ça n’a jamais été facile. Même si l’initiative a été très bien accueillie par tous, on ne sait pas encore si on va réussir à rassembler tout le monde. On présentera toutes ces idées à Angoulême lors de la session d’ouverture des États Généraux, et on verra qui sont les gens de bonne et de mauvaise volonté. Ceci dit, nous sommes confiants sur leur engagement, il n’y a pas de piège, le but est même d’être totalement transparent, pour enfin sortir des visions de chapelle de chacun.

Que peut-il se passer, d’ici 3 ans, 5 ans, 10 ans… ?

J’ai bien sûr mes opinions et mes idées. Mais ce n’est pas à moi d’imposer ma vision. Je suis dans une phase où je veux essayer de représenter tout le monde. Je suis le secrétaire de l’association des EGBD, au côté du président Benoît Peeters et de la trésorière Valérie Mangin, mais j’en suis surtout le coordinateur général. Ce n’est donc pas le moment, pour moi, de présupposer ce qui pourrait sortir des travaux des États Généraux.

Pourquoi vous retrouvez-vous sur le devant, alors que vous n’êtes pas forcément le plus concerné financièrement ?

Justement parce que je ne suis pas le plus menacé. Moi, je ne suis pas inquiet à titre personnel : je me dis que dans 20 ans je serai toujours là. C’est plus facile pour des gens comme Benoît Peeters, Valérie Mangin ou moi de dire que la BD va mal, parce que ça ne va pas mal pour nous, à titre personnel. On ne va pas nous dire que l’on fait ça pour protéger nos intérêts. Dans ce genre de mouvement, il y a toujours le risque d’être vu comme corporatiste. C’est ce que l’on reproche trop facilement aux intermittents, par exemple. Moi, je n’ai que du temps à perdre dans cette histoire, je ferais mieux de faire des albums. Mais si mon métier ne va pas beaucoup changer, le contexte dans lequel je le fais risque, lui, de changer. Et je n’ai pas fait ce métier pour me retrouver parmi les derniers debout et faire partie des fossoyeurs d’un art que j’admire. Si dans 20 ans je me retrouve dans un champ de ruines, au moins, je n’aurai pas l’impression de ne pas avoir essayé. Si, finalement, il s’avérait que c’est un joli champ de coquelicots, je ne saurai pas forcément si c’est grâce aux États Généraux ou si ça devait bien se terminer de toute façon. Mais au moins, j’aurais fait quelque chose.

Article posté le samedi 13 décembre 2014 par Thierry Soulard

Ouverture des Etats Généraux lors du festival d'Angoulême

Lancement officiel.

La session d’ouverture des États Généraux de la Bande Dessinée se tiendra vendredi 30 janvier 2015 de 10h à 12h  dans la grande salle du Théâtre d’Angoulême. Les acteurs et le programme de travail des États Généraux seront présentés à cette occasion.

Aller plus loin.

Le site des Etats Généraux de la Bande Dessinée:  www.etatsgenerauxbd.org

Le site du syndicat des auteurs de Bande Dessinée: www.syndicatbd.org

À propos de l'auteur de cet article

Thierry Soulard

Thierry Soulard

Thierry Soulard est journaliste indépendant, et passionné par les relations entre l'art et les nouvelles technologies. Il a travaillé notamment pour Ouest-France et pour La Nouvelle République du Centre-Ouest, et à vécu en Chine et en Malaisie. De temps en temps il écrit aussi des nouvelles ou des romans (et il arrive même qu'ils soient publiés).

En savoir