La cire moderne

Surprise : Manu hérite d’une fabrique de cierges de son oncle disparu. Avec Sam sa copine et Jordan le petit frère, il part sur les chemins pour écouler le stock énorme afin de se faire un max d’argent. Ce voyage perturbe alors l’héritier. Max de Radiguès sur un scénario de Vincent Cuvellier dévoile La cire moderne, une excellent roman graphique Casterman.

DRÔLE D’HÉRITAGE

Manu et sa copine Sam vivent dans une vieille maison à la campagne. Dans la vingtaine, leur vie se résume à ne rien faire toute la journée, fumer de l’herbe et faire l’amour. Un matin, le facteur sonne à la porte, le recommandé d’un notaire à la main. Le jeune homme apprend alors coup sur coup que son oncle est décédé et qu’il lui cède les cierges qu’il fabriquait.

Quelques jours plus tard, Manu et Sam, accompagné de Jordan, le frère de cette dernière, se rendent à Châteauneuf pour voir la ciergerie. Dans le deal, l’héritage ne comprend que le stock énorme de cierges et les machines mais pas le hangar qui sera donné à une troupe de danse.

Arrive alors le Père Eugène de l’Eglise Sainte-Eulalie qui vient chercher sa commande. Après ses trois cartons récupérés et de l’argent en contrepartie, Manu et Sam se rendent compte du gros potentiel des cierges.

EN ROUTE VERS LES ÉGLISES ET LES MONASTÈRES

En plus des cierges, Manu hérite du vieux Van de son oncle. Malgré ses réticences vis-à-vis de Jordan, l’héritier décide de l’emmener avec sa sœur sur les routes de France pour vendre le stock de cierges dans les églises, les couvents ou les monastères sur leur chemin.

Carte routière en main, ils arpentent le pays pour aller vers Lourdes, le Saint des Saints. Comme la ciergerie, l’oncle et les produits – malgré leur odeur de pied –  plaisaient beaucoup, les ventes fonctionnent bien…

LA CIRE MODERNE : BEAU ROAD-TRIP AMUSANT ET SPIRITUEL

Belle comédie moderne, le récit de Vincent Cuvellier est construit comme un road-trip à la française. La cire moderne est son premier scénario de bande dessinée et c’est une réussite. Il faut souligner que le Brestois est un écrivain jeunesse qui commence à compter dans ce genre littéraire puisqu’il a déjà publié une cinquantaine de livres (notamment Staline avec Guillaume Long, Jules César avec Mathieu Sapin ou Toussaint Louverture avec Frédéric Rébena).

L’humour est présent par les relations entre les personnages, très bien campés et attachants. Même Jordan, jeune majeur qui vient d’avoir son BTS Force de vente, tête à claque car il se comporte mal avec les filles – ce qui énerve Manu – trop sûr de lui, se rapprochera du jeune héritier. Sam, jeune femme énergique et amoureuse, sent bien que Manu s’éloigne d’elle, appelé par la religion. Très croyant, le romancier met en scène le lent glissement du personnage principal vers la spiritualité. Cette interface est incarné par un prêtre mort avec qui il converse.

Dans La cire moderne, Vincent Cuvellier a fait un excellent travail sur les situations cocasses (les scènes de sexe se mélangent aux scènes de spiritualité et de contemplation) qui entravent la route de nos jeunes héros et sur les dialogues très drôles.

UN DESSIN D’UNE GRANDE QUALITÉ

Le dessin de Max de Radiguès est au diapason du récit de Vincent Cuvellier. Que dire de plus sur la partie graphique de l’auteur de L’âge dur (L’employé du moi) que nous n’ayons dit ? C’est d’une grande force, simple et efficace. Le trait de l’auteur belge – 520 km & Un été en apnée (Sarbacane) – est sobre et aérien. Comixtrip aime Max de Radiguès, encore une fois dans La cire moderne, il est très bon et on le dit !

Article posté le mercredi 18 janvier 2017 par Damien Canteau

La cire moderne de Vincent Cuvellier et Max de Radiguès (Casterman) décrypté par Comixtrip le site BD de référence
  • La cire moderne
  • Scénariste : Vincent Cuvellier
  • Dessinateur : Max de Radiguès
  • Éditeur : Casterman
  • Prix : 16.95€
  • Parution : 18 janvier 2017

Résumé de l’éditeur : Un jeune couple vivote dans une maison à la campagne lorsque surgit un héritage inattendu : une fabrique de cierges ! Lorsqu’un héritage improbable – un stock de cierges ! – lui tombe du ciel, Manu est bien obligé de se bouger un peu. Avec sa copine Sam et le frère de celle-ci, Jordan, ils élaborent un business plan du feu de Dieu (sic) : faire la tournée des monastères de France, y écouler leur marchandise et financer ainsi leurs vacances. Curieusement, ce road trip estival conduira Manu à bouleverser sa conception même de l’existence.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir