9ème Art Anthologie

Pari osé et pari risqué que de vouloir établir une anthologie du 9e art ! Thomas Mourier se frotte à l’exercice dans 9ème Art Anthologie. 358 pages pour (re)découvrir les meilleures (?) bandes dessinées et pourvoir ainsi se composer une bédéthèque idéale.

9ème Art anthologie : Exercice de style(s)

Thomas Mourier a décidé de s’attaquer à une grosse montagne : publier une anthologie du 9e Art ! Si ce genre de publication est rare, l’exercice est délicat. Ancien Community Manager, conférencier, membre du comité de sélection et commissaire d’expositions pour le Festival d’Angoulême, il prend le risque de ne garder que 150 albums dans une variété de milliers de titres.

Vous me direz : « il en manque », « c’est injuste » ou « machin n’y est pas ». C’est exact ! Mais le but, c’est de faire des choix. Et lorsque l’on fait des choix, on met de côté des albums ou des séries que l’on apprécie aussi. Sélectionner, c’est un parti-pris assumé.

Pour 9ème Art Anthologie, Thomas Mourier – aujourd’hui rédacteur en chef de Bubble BD – découpe son ouvrage en trois grands chapitres (eux même redécoupés) : bande dessinée, comics et manga.

Bande dessinée : de Tintin à Pinocchio

Le premier grand chapitre de 9ème Art Anthologie se penche sur la Bande dessinée. On y découvre 8 œuvres cultes, des Nouveaux classiques, des Romans graphiques, les Maîtres de l’humour, des Pépites méconnues et des Auteurs à suivre.

Ainsi l’on parcourt les pages de Tintin, Astérix ou Corto Maltèse, mais également Valérian & Laureline, Les Cités obscures, Le cri du peuple, Gaston Lagaffe, Philémon ou Barbarella.

Comics : les super-héros côtoient les maîtres du comic-strip

Bien évidemment, dans cette partie comics du 9ème Art Anthologie, l’on retrouve les super-héros américains tels Superman, Batman ou Spider-Man.

Ces grandes figures de l’Age d’or du comics côtoient aussi des nouveaux venus comme notamment Hellboy, Walking Dead ou Sandman.

Mais le spectre des comics ne se limitent pas aux super-héros. Ainsi, Thomas Mourier se penche sur les artistes ayant réalisé des graphic novels ou travaillé dans les structures indépendantes : Maus de Spiegelman, Gaza de Sacco ou Grave de Corben.

Sans oublier les Pépites méconnues telles La jeunesse de Picsou ou Mon ami Dahmer. Tout ce petit monde est rejoint par les Maîtres du comic-strip comme Walt Kelly et son Pogo, Charles Schulz et ses Peanuts ou Bill Watterson et son Calvin & Hobbes.

Manga : shônen, seinen, shôjo ou josei, ils sont tous là

Que serait 9ème Art Anthologie sans une partie consacrée aux mangas. Thomas Mourier décline ainsi les titres classiques shônen comme Dragon Ball, City Hunter ou Death Note.

Les shôjos ne sont pas en reste puisque le journaliste parle de La rose de Versailles, Orange ou Sailor Moon.

Akira, Gunmm ou One Punch Man ne sont pas oubliés pour la partie composée de 14 pages concernant les seinens et les joseis classiques.

La partie patrimoniale est aussi visible et compile ainsi Ayako de Tezuka, Le club de divorcés de Kamimura, Ranma 1/2 de Takahashi ou encore Quartier lointain de Taniguchi.

Le mari de mon frère de Tagame se mélange à Gen d’Hiroshima de Nakazawa ou à L’homme sans talent de Tsuge. Sans oublier les auteurs à suivre que sont Asano, Kaneko, Matsumoto ou Mochizuki.

9ème art anthologie : une sélection très variée et lisible

Au-delà de la non-sélection de certains titres, 9ème Art Anthologie est un ouvrage très varié. En plus d’un index et d’un lexique à la fin du livre, la composition des pages est agréable.

Chaque titre bénéficie d’une double-page comportant le titre, le ou les auteurs, la ou les autrices et un texte très lisible. D’autres conseils de lecture sont aussi visibles dans un coin intitulé « A lire ensuite ». Les textes sont accessibles à tous.

La composition est aérée et avenante. Des illustrations imaginées par Bunka Design viennent pallier les absences de visuels lorsque les droits non pas été obtenus. Ainsi, les personnages sont stylisés par de grands aplats de couleurs, très pop.

Dans les légers bémols, on regrettera quelques coquilles (inversion ou erreurs de lettres) et ce fameux « ème » qui n’existe pas. La typographie impose le « e » dans la numérotation. Ainsi, on écrit 9e art, Xe arrondissement ou XXIe siècle. Mais ce ne sont que des broutilles tant l’ouvrage est original et bon !

Article posté le mardi 29 décembre 2020 par Damien Canteau

9ème Art Anthologie de Thomas Mourier (Bubble)
  • 9ème Art Anthologie
  • Auteur : Thomas Mourier
  • Illustrations : Bunka Design
  • Editeur : Bubble
  • Prix : 25 €
  • Parution : 16 novembre 2020
  • ISBN : 9782956991502

Résumé de l’éditeur : Cette anthologie explore l’extraordinaire richesse de la bande dessinée, depuis ses oeuvres fondatrices jusqu’aux derniers talents à suivre, et sur tous les continents. Une sélection thématique, chronologique et contextualisée pour découvrir le 9ème art, à mettre en toutes les mains ! C’est aussi le premier livre édité par Bubble éditions qui garantit un contrat équitable pour l’auteur. Il permet à tout un chacun de découvrir l’essentiel du 9ème art ou tout simplement d’élargir son horizon bd.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir