Airboy

James Robinson, auteur de comics américains, se voit proposer de reprendre Airboy, un super-héros un peu oublié des années 40. Accompagné de Greg Hinkle aux pinceaux, il se lance dans ce drôle de pari. Airboy est un titre inclassable hallucinatoire et complétement barré, aux éditions Jungle Comics.

REPRENDRE AIRBOY

Auteur reconnu de Starman et des 4 Fantastiques, James Robinson est à un moment charnière de sa vie : il aime de moins en moins son travail de scénariste chez DC Comics et son couple bat de l’aile. C’est à cette période que Eric Stephenson, directeur de publication d’Image Comics, lui propose de reprendre la série Airboy, super-héros très populaire dans les années 40 mais un peu tombé aux oubliettes aujourd’hui.

Après quelques hésitations, il finit néanmoins par accepter mais se retrouve vite en panne d’inspiration. Jann, sa femme, le convainc de rejoindre Greg Hinkle, son dessinateur, chez lui à San Francisco, pour commencer sa réflexion.

MOTEL, ALCOOL ET DROGUE

Pour s’isoler et travailler efficacement, James et Greg se retrouvent dans un motel. Malgré leurs efforts, aucune idée ne germe. Ils décident alors d’aller boire un verre mais rapidement ils s’enchainent, les prostituées travelo apparaissent et la drogue est vite consommée.

Le lendemain de cette soirée délirante, ils aperçoivent à la fenêtre Airboy. Surpris, ils prennent leurs jambes à leur coup et s’enfuient. Au détour d’une ruelle, ils recroisent le super-héros. Etonnés, ils doivent pourtant composer avec leur nouvel ami et leur futur personnage…

AIRBOY : RÉCIT INTROSPECTIF

Etonnant et surprenant récit, Airboy laisse un goût d’intelligence et d’irrévérence gratinée en bouche. En choisissant de remettre en lumière Airboy, un super-héros très connu outre-Atlantique mais tombé en désuétude, James Robinson prend pourtant le risque de perdre les plus jeunes lecteurs. Paru dans la revue Air fighters comics en 1942, il était l’un des héros de la Seconde Guerre Mondiale, sauveur des Etats-Unis et pourfendeur de la menace nazie. Inconnu chez nous – cela ne dérange en rien la lecture de l’album – cet homme est un as du pilotage, à la tête d’une escouade de super-héros (Skywolf, le Hollandais volant, Iron Ice, Black Angel et Valkyrie).

Avant tout, cette histoire permet au scénariste de parler de lui-même, de faire sa propre introspection intime. Cela lui permet aussi de faire un bilan de sa vie professionnelle et de son couple. Reconnu pour la création de la série Starman, James Robinson propose de se mettre en scène lui et son dessinateur et d’évoquer ainsi les affres de la création, tel Comme un oiseau (Steven T. Seagle et Teddy Kristiansen, Urban Comics et chroniqué par Comixtrip). Sorte de pamphlet sur l’univers des comics américain, l’auteur s’en donne à cœur joie pour nous montrer l’envers du décor (éditeur insistant, contrat mirobolant, délais à tenir…) et les difficultés d’être auteur aux Etats-Unis.

AIRBOY : UNE VRAIE FOLIE

Teinté d’un humour décapant et complétement fou du début à la fin, Airboy ravira les amateurs de comics un peu à la marge et underground. Pas du tout politiquement correct, il met en scène tous les vices des jeunes trentenaires américains : sexe débridé et à outrance – avec des femmes, des travestis – un langage cru, de l’alcool qui coule à flots et de la drogue. Les deux auteurs vivent-ils vraiment ce qui leur arrive ou sont-ils victimes d’hallucinations ? Etrange aussi car ils les perçoivent en même temps.

Cela se matérialise aussi dans la seconde partie d’album lorsque Airboy vexé, envoie les deux auteurs en première ligne contre les Nazis. Surprenant aussi ces derniers ont muté et se trouvent être des Robots 2.0.  Ces monstres d’acier et l’aviation tirent sur tout ce qui bouge dans un chaos militaire de folie.

UN DÉCOUPAGE ORIGINAL ET TRÈS ASTUCIEUX

La partie graphique proposée par Greg Hinkle est merveilleuse. Son trait semi-réaliste est idéal pour restituer la folie du récit de son comparse, qui n’hésite pas à charger la mule dans ses dessins – belle autodérision – comme a pu lui demander James Robinson.

Le rythme est imprimé par un découpage moderne et très original. La lecture des cases peut s’effectuer classiquement mais aussi sur une bande passant d’une page à l’autre. Les cadrages et la mise en scène sont formidables ! A montrer à tous les apprentis dessinateurs.

Article posté le vendredi 08 juillet 2016 par Damien Canteau

Déjanté et fou, Airboy est signé Greg Hinkle et James Robinson aux éditions Jungle Comics, décrypté par Comxitrip le site BD de référence
  • Airboy
  • Scénariste : James Robinson
  • Dessinateur : Greg Hinkle
  • Éditeur : Jungle Comics
  • Prix : 17€
  • Parution : 02 juin 2016

Résumé de l’éditeur : James Robinson, l’auteur de Starman et des 4 Fantastiques, est embauché pour relancer le super-héros des années 40 : Airboy. Il est cependant retissant à rebooter à nouveau une série de l’âge d’or. Mais qu’est-il arriver à sa carrière ? Son mariage ? Sa vie ?? Après une nuit de débauche en compagnie du dessinateur Greg Hinkle, le projet Airboy commence à prendre forme. Littéralement d’ailleurs, puisque le véritable Airboy vient de se matérialiser devant eux pour les remettre sur le droit chemin : une tache trop difficile, même pour un super-héros ?

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir