Aria

Sur Néo-Venise, Akari suit les cours pour devenir une ondine, une batelière de gondole. Les éditions Ki oon publient Aria, une série de Kozue Amano, dans une version masterpiece. Dépaysant, doux et rafraichissant !

Mars, la Néo-Venise

Néo-Venise au XXIVe siècle. Il y a plus de 150 ans, la planète Mars a été terraformée. Ses calottes glacières ont fondu et maintenant 90% de sa surface est recouverte d’eau. Elle est alors devenue Aqua, la planète de l’eau.

Une ville portuaire est sortie des eaux sur le modèle de la cité italienne de Venise. Comme sa grande soeur, Néo-Venise possède de nombreux canaux et l’on ne se déplace qu’en gondole. La batellerie est donc la profession la plus importante de la ville.

Akari future ondine

Dans un vaisseau spatial venu de Manhome (la Terre) se trouve Akari Mizunashi, une jeune terrienne dont le rêve est de devenir ondine, c’est-à-dire une batelière.

A peine débarquée du spatioport international Marco Polo, qu’elle se précipite dehors pour admirer cette ville lacustre. Elle tombe alors sur un gros chat à qui elle offre un peu de son déjeuner. Elle attend avec lui son employeur.

Le félin saute alors dans une gondole et décide de le suivre. Akari se retrouve alors dans la barque d’un facteur. Elle lui explique qu’elle va devenir ondine. Il lui laisse alors la manœuvre. Après un trajet mouvementé, elle s’endort. Lorsqu’elle se réveille, elle est devant Aria, la société pour laquelle elle va travailler. Elle découvre alors que le gros chat est le patron de l’entreprise. C’est le début d’un apprentissage joyeux et folklorique…

Aria, une série futuriste rafraichissante

En 2007, les éditions Kami publiaient les sept tomes d’Aria, ainsi que son préquel Aqua. Mais la maison d’édition – qui possédait aussi Carabas – ferme en 2010. Ki oon propose aujourd’hui la série dans une version Masterpiece (version deluxe). Un format plus grand pour donner plus de visibilité au très beau travail graphique de Kazue Amano. Calque et pages couleurs sont aussi les plus de cette nouvelle édition. C’est une très belle initiative de Ki oon qui rend enfin hommage à cette belle série de science-fiction.

Aria est une saga futuriste rafraichissante, drôle et enlevée. Joyeux et bienveillant, ce shônen plaira au plus grand nombre. Le gros point fort de cette série est sans nul doute le dessin de Kazue Amano. Riches et emplis de détails, les décors sont somptueux. Néo-Venise sous ses pinceaux est une cité lacustre de toute beauté. Le trait de la mangaka donne une transparence aux eaux d’une grande force. Les lecteurs sont sous le charme des canaux, des bateliers et des bâtiments rappelant la cité italienne.

L’ambiance est douce, poétique et calme, comme les eaux qui coulent les canaux. Il faut souligner que sur Aqua, tout est plus lent et dure plus longtemps que sur Manhome (la Terre). Les saisons sont multipliées par deux. Kazue Amano y glisse aussi quelques touches de steampunk bien senties, notamment de beaux engins volants.

Les bateliers, un monde d’hommes

Au milieu des gondoles, les lecteurs suivent les pas d’Akari. Cette jeune apprentie est douée, parfois gaffeuse mais tellement motivée. Aria, la société qui l’emploie, est l’une des seules de Néo-Venise qui accepte les femmes. En effet, le monde des bateliers est un univers d’hommes. Elle prend alors exemple sur Alicia, sa supérieure « fée de l’eau » (ondine la plus populaire de la ville) et Aika qui travaille chez Himeya, un concurrent. Ensemble, elles vont faire front pour réussir dans leur entreprise et s’émanciper.

L’on pourra aussi rapprocher Aqua de Zalem, la cité suspendue dans Gunnm. Comme dans la célèbre saga de Yukito Kishiro, il y a un bloc dans le airs au-dessus de la planète. Relié par un ascenseur, l’endroit sert de chauffage à la cité lacustre.

Décliné en OAV au Japon (série animée), Aria fut un vrai succès au pays du soleil levant. Les 12 volumes se classaient fréquemment dans les meilleurs ventes. En plus de la douceur et de la candeur de la série, il y a aussi de l’humour (notamment les relations entre Akari et Akatsuki, le salamander ou encore Aria Pokoteng, le chat-martien patron d’Aria) qui participe la fraicheur du titre.

Aria : deux volumes agréables, joyeux, drôles et doux !

Article posté le mardi 19 mai 2020 par Damien Canteau

Aria the masterpiece de Kozue Amano (Ki oon)
  • Aria the Masterpiece, tome 1
  • Autrice : Kozue Amano
  • Éditeur : Ki oon, collection Shônen
  • Prix : 15 €
  • Parution : 23 janvier 2020
  • ISBN : 9791032705759

Résumé de l’éditeur : Au XXIve siècle, la planète Mars a été terraformée sur le modèle de Venise. Elle abrite maintenant une magnifique cité bâtie sur les eaux, où les canaux jouent le rôle de routes et les bateliers celui de guides incontournables pour naviguer dans les méandres de cette ville au charme légendaire… Akari, terrienne d’origine, réalise un rêve d’enfance quand elle débarque à Néo-Venise afin de commencer son apprentissage du métier d’ondine, qui fera d’elle une professionnelle de la gondole. Pour cela, elle entre chez ARIA, une société tenue par… un chat doué d’intelligence ! L’unique employée, la belle et douce Alicia, sera son mentor et sa protectrice dans ce monde dont Akari a tout à apprendre… La série phénomène qui a rendu célèbre Kozue Amano (Amanchu !) est enfin de retour dans une édition somptueuse aux couvertures et pages couleur inédites qui ravira les fans comme les nouveaux venus ! ARIA vous fera voguer dans une Venise imaginaire empreinte de mystère, futuriste et nostalgique à la fois… Prenez un grand bol d’air avec cette chronique d’un quotidien atypique et plein de fraîcheur !

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir