Chez toi

Forte émotion chez moi à la lecture du  roman graphique « Chez toi ». Histoire poignante de Mona, une réfugiée syrienne enceinte qui, tout en pensant à son enfant encore protégé de l’exil dans l’abri chaleureux de son ventre, va être confrontée à un long périple pour essayer de lui offrir un toit à ciel ouvert sur la liberté.

Au début de mes mains sur le clavier , j’ai eu peur d’être illégitime à essayer de raconter Mona par mon privilège de citoyenne qui a toujours vécue sans avoir connu directement l’effrayante résonance des bruits de la guerre . Pourtant, je me suis sentie si proche de son cœur illustré que l’enjeu du partage humain était bien trop fort pour que je n’essaye pas de proposer à d’autres lecteurs à l’inviter également chez eux.

UN EXIL QUI CHERCHE UN TOIT

En 2016, au travers des nuits frissonnantes parcourues sous la peur du chemin de leur exil et des jours réfugiés dans l’incertitude des lendemains, Mona et son mari Suleiman cherchent une terre d’accueil en Europe. Dans leur parcours tourmenté à l’insécurité permanente, ils se retrouvent, en transit, installés  sous une tente spartiate plantée dans un camp de réfugiés en Grèce.

Un matin, en apprenant sa grossesse lors d’une consultation au Centre Médecins du Monde d’Athènes, Mona se met à rêver d’un ailleurs paisible qu’elle espère bâtir en Allemagne. Ce souhait d’un autre part meilleur est également partagé sous un autre regard, celui  de Monika, une sage-femme rencontrée lors du rendez-vous médical. Cette femme aussi rêve d’un autre avenir face à l’austérité de la crise qui secoue non seulement son pays mais aussi son intimité familiale vécue au crochet de la belle famille.

Entre la réfugiée Mona qui doute, qui affronte et qui rêve et l’engagée humanitaire Monika qui étouffe, qui se cherche et qui espère, un lien instinctif nait, se tisse et noue une belle relation amicale sincère faite d’entraide.

UNE RENCONTRE QUI ABRITE UNE LIBERTÉ IDENTITAIRE

Dans ce dialogue qui se met en place ou le destin de l’une répond à celui de l’autre, la question de l’identité entre en scène grâce à un jeu de miroir. La quête partagée entre ces deux femmes va faire jaillir en reflet toutes leurs émotions traversées. Nous parcourons ainsi leurs vulnérabilités communes exprimées dans le choix de leurs trajectoires de vie mais nous ressentons aussi vivement toute la  force engagée dans la réalisation de leurs envies pour concrétiser des notes d’espérance.

Au delà de leurs différences, Monna et Monika se ressemblent et nous rassemblent dans la lecture bouleversante de leur rencontre imaginaire pour nous inciter à réfléchir sur le cours du monde en empruntant le discours intérieur de notre propre regard.

UN ROMAN POIGNANT QUI SE LOGE CHEZ NOUS

La richesse du roman graphique « Chez toi » réside dans l’histoire des défis bien réels affrontés par les femmes syriennes et leurs familles qui ont fui la guerre.

Afin d’enraciner son roman graphique dans l’expression la plus perceptible de toutes ces femmes en situation d’exil, l’autrice de bandes dessinées et illustratrice (Petites Niaiseuses, Niki de Saint-Phalle : Le jardin des secrets) Sandrine Martin s’inspire d’une étude  anthropologique comparative menée par Vanessa Grotti et prolongée dans le cadre de l’enquête de l’ethnologue Cynthia Malakasis consacrée aux relations entre femmes enceintes migrantes et personnel médical aux frontières de l’Europe.

Suite à un séjour  en Grèce avec le projet EU Border Care où elle a pu observer quelle est la vie des femmes réfugiées, elle a décidé de réaliser un livre engagé et nourri de faits réels pour offrir un saisissant témoignage fictionnel intime sur la vie morcelée de ces femmes.

Le crayonné moderne tout en belle dualité de rouge/orange et d’unité en bleu s’intègre délicatement dans de belles planches où les dessins s’invitent sans cadrage et format défini. La sensibilité du trait de Sandrine Martin apporte un fort réalisme sur  la lecture des maux de ces portraits féminins.

L’architecture de cette histoire, qui a trouvé un joli refuge chez Casterman, est construit autour d’un suspens en longueur par les attentes administratives qui jalonnent la grossesse jusqu’à ce qu’on découvre si un toit, message d’espoir, sera offert pour la venue au monde cet enfant du monde. Ce roman est un très joli passeport humain sans frontières entre nos cœurs.

Article posté le vendredi 30 avril 2021 par Gwénaëlle Favrais

Chez toi de Sandrine Martin (Casterman)
  • Chez toi
  • Autrice : Sandrine Martin
  • Editeur : Casterman
  • Prix : 23 euros
  • Parution : 7 avril 2021
  • ISBN : 9782203152434

Résumé de l’éditeur : En 2016, Sandrine Martin s’est rendue en Grèce avec le projet EU Border Care et a suivi les sages-femmes et les médecins qui prennent en charge les réfugiées pendant leur grossesse. Cette expérience humaine marquante lui a inspiré un récit bouleversant qui entremêle le parcours de deux femmes que les grandes crises contemporaines vont confronter à l’exil : une sage-femme grecque et une jeune syrienne. Un roman graphique d’une grande acuité, qui témoigne autant de l’enlisement de la société grecque que de l’espoir et de l’énergie déployés dans l’expérience de déracinement.

À propos de l'auteur de cet article

Gwénaëlle Favrais

Gwénaëlle Favrais

Passionnée de lecture et de course à pied, Gwénaëlle aime dénicher des trésors de bande dessinée. Instagrameuse influente en BD, elle aime les récits intimistes et humains. Son Insta : https://www.instagram.com/runforbook/

En savoir