Le don de Rachel

Mars 2021, dans une nuit au camaïeu d’un noir charbonneux , un regard bleu d’une forte intensité se pose sur moi et me révèle des failles en jonglant avec mes songes. Elle me raconte un espace de ma vie et devine le rêve que je cherche à réaliser dans mon horizon.

Rachel, « comment arrives-tu à regarder en moi? », j’ai tant à voir et à savoir de toi .

Envie de comprendre comment ton regard, sur ce qui nous est invisible, peut t’offrir une transparence de lecture sur ce que l’on n’arrive pas encore nous-même à entrapercevoir.

Rachel, tu confies dans tes bulles : « J’ai quelque chose en moi que les autres n’ont pas. Et je veux le partager. » Alors j’ai trouvé un bel espace sur la page de Comixtrip pour essayer de faire la part belle à ton don.

UN REGARD QUI EN DIT LONG

Toute petite, Rachel Archer a pris conscience de sa singularité en percevant, au delà du visible, la réalité profonde des choses. Avec les yeux de son âme, elle lit dans le passé et l’avenir.

Elle est cette personne intermédiaire entre deux mondes, celui du ciel et de la terre, celui du matériel et de l’esprit, celui des vivants et des morts. Elle communique avec des entités spirituelles qui la mettent sur une voie de partage, d’élévation et de perfectionnement.

Sa prouesse questionne et déstabilise mais son don attire et captive. Le tout Paris intrigué l’invite dans des salons privés pour se servir de ses yeux  afin de voir juste leur propre reflet sans mesurer la générosité de ce don. Et pour celui qui possède un tel regard, le chemin d’une vérité invisible est finalement empreint de solitude dans un monde rationnel où la science est gouvernail.

Malgré le don de son amoureux Page à lui combler le cœur, le regard de Rachel s’use au fur et à mesure devant la volonté des autres à ancrer sa vison sous la gravitation terrestre.

Rachel dotée d’une sensibilité à fleur de peau et d’une empathie naturelle se retrouve submergée par les émotions et les peurs. Elle a la sensation d’être au cœur de sa vie mais aussi à côté de ce monde à rencontrer, elle est perdue dans un endroit où l’envers ne lui parle plus au point de vouloir s’effacer.

Le don de Rachel : UN PORTRAIT HORS DU TEMPS QUI DEVIENT PLURIEL

Sous une fiction, Rachel a ce don de nous faire évoluer dans le cadre réaliste du Paris 1848 en nous faisant croiser des personnalités  notamment du monde artistique et littéraire comme l’illusionniste Robert-Houdin ou l’écrivain Alexandre Dumas.  L’ingénieur-opticien photographe Charles Chevalier et le comédien Frédérick Lemaître accueilleront quant à eux  le regard de Rachel comme une muse à leurs arts réciproques apostrophés à l’époque comme voleur d’âme ou balourdise.

Le don de Rachel a ce pouvoir de transmettre sa part de rêves et redeviendra lumière quand  deux femmes artistes feront réapparaître sa légende pour en restituer sa mémoire. Rachel va ainsi tisser des liens entres les exigences d’orchestration de la chorégraphe danoise de ballet Liv NexØ et celles de la photographe londonienne Virginia Day.

La magie d’une rencontre sans en chercher à tout prix à analyser son essence ne serait-elle pas finalement la plus belles des coïncidences pour créer le plus bel art de vivre en laissant passer les rêves ?

UN ROMAN GRAPHIQUE HYPNOTIQUE

Ce one-shot, sous la belle édition de Casterman, construit une belle passerelle onirique pour traverser trois époques, trois ambiances et trois entités féminines.

Le tandem intuitif entre la sensible écriture d’Anne-Caroline Pandolfo et le graphisme raffiné de Terkel Risbjerg (ensemble, ils ont réalisé La lionne, Perceval, Enferme-moi si tu peux, Serena) a le don de créer une histoire romanesque et délicate dans laquelle se mélangent tour à tour le réel, l’imaginaire, le surnaturel et le rêve.

Je termine la lecture du don de Rachel en regardant son daguerréotype qui s’est révélé à la lumière de sa lecture et il me vient  tout d’un coup une vision. Je vois un très bel album singulier qui  porte son éponyme et je lui prédis un merveilleux avenir sous notre regard de lecteur conquis.

Article posté le dimanche 18 avril 2021 par Gwénaëlle Favrais

Le don de Rachel de Anne-Caroline Pandolfo et Terkel Risbjerg (Casterman)
  • Le don de Rachel
  • Scénariste : Anne-Caroline Pandolfo
  • Illustrateur : Terkel Risbjerg
  • Editeur : Casterman
  • Prix : 24,50 euros
  • Parution : 17 Mars 2021
  • ISBN : 9782203208193

Résumé de l’éditeur : Paris, 1848. Rachel a un don. Elle peut lire à travers le temps, les lieux, les gens et leurs histoires. Elle rêve de provoquer chez ses semblables une ouverture vers de nouveaux horizons. Sorcière pour les uns, phénomène de foire pour les autres, elle s’épuise et peine à trouver sa place. Un jour, elle disparaît sans laisser de traces… Bien des années plus tard, Liv, metteure en scène de théâtre, et Virginia, photographe, croisent le chemin de Rachel au coeur de leur démarche artistique. Rachel aurait-elle enfin trouvé sa voie par le biais d’une sororité créative défiant les lois de la raison ?

À propos de l'auteur de cet article

Gwénaëlle Favrais

Gwénaëlle Favrais

Passionnée de lecture et de course à pied, Gwénaëlle aime dénicher des trésors de bande dessinée. Instagrameuse influente en BD, elle aime les récits intimistes et humains. Son Insta : https://www.instagram.com/runforbook/

En savoir