Clinton Road

Entre rêve et cauchemar, Vincenzo Balzano nous invite à suivre la Clinton Road. Un récit passionnant et envoûtant paru chez Ankama.

« ON DIT QUE DES FANTÔMES RÔDENT SUR LA CLINTON ROAD… »

Cela fait quelques semaines que Ted le Rouge voit ses animaux disparaître : ses deux chevaux d’abord, puis son chien…

Des braconniers sans doute… Mais après tout, qui s’en préoccupe ?… Pas grand monde…

A part John Morgan, le garde forestier du comté de Passaic.

Caché derrière ses cheveux hirsutes et sa longue barbe châtain, il est en charge de la zone forestière qui longe la Clinton Road.

Depuis le bar de Sam, jusqu’au lac, il connaît chaque parcelle, chaque recoin, chaque cachette : que ce soit la cabane du vieux Lincoln ou le vieux four de l’usine désaffectée que les jeunes en mal d’émotions fortes prennent pour un temple païen.

Si des braconniers rôdent aux alentours de la Clinton Road, John les attrapera : pas question qu’il les laisse s’approcher de son fils Benjamin, la prunelle de ses yeux.

Le scénario rappelle bon nombre de films, de romans, de chansons… Et c’est volontaire.

UNE MOSAÏQUE D’INSPIRATION

Dans le New Jersey, la Clinton Road existe réellement, et de nombreuses légendes urbaines et autres phénomènes paranormaux sont bel et bien liés à son nom.

Le terreau est fertile, et Vincenzo Balzano le savait en plantant son histoire le long de la route la plus hantée des Etats Unis.

A chaque page du magnifique roman graphique, car c’est ainsi qu’il convient d’appeler désormais ce genre d’œuvres, le lecteur attentif repèrera avec plaisir, malice et parfois stupeur, des indices et des références qui le guideront, aux côtés de John Morgan, au bout de la mystérieuse route de Clinton.

Ainsi, sans qu’on s’en rende compte, au rythme d’une chanson de Creedence Clearwater Revival ou des Pink Floyd, on est plongé dans un film des frères Coen, de M. Night Shyamalan ou de Brian De Palma, dans un roman de Stephen King ou d’Herman Melville, ou encore dans la série mythique X-Files.

L’alchimie est parfaite, et petit à petit, la magie opère ; d’autant plus que les dessins contribuent à ce phénomène.

UNE AMBIANCE ENVOÛTANTE

Graphiquement, le travail réalisé par Vincenzo Balzano est absolument somptueux et savamment élaboré. En parfaite cohérence avec la narration, les dessins portent l’histoire et les protagonistes dans une pénombre feutrée et sourde.

La multiplication de plans d’ensemble permet de s’immerger dans les sombres paysages boisés d’un New Jersey hivernal. Et en surimpression, viennent s’ajouter des vignettes en gros plans et des scènes au dynamisme saisissant.

Les couleurs sombres et volontairement ternes sont réalisées au moyen d’aquarelles grises, ocres ou verdâtres parfaitement maîtrisées. Tantôt opaques et profondes, tantôt diluées à l’extrême, elles finissent par ne laisser deviner que les ombres qui hantent la Clinton Road.

Les traits sont anguleux, presque dérangeants, en harmonie parfaite avec l’ambiance qui émane de cette œuvre fantastique, singulière et énigmatique.

UN AUTEUR À SUIVRE

Jusqu’alors inconnu en France, Vincenzo Balzano voit avec Clinton Road sa première œuvre publiée dans l’hexagone.

Cet artiste italien a pourtant réalisé quelques œuvres aux États-Unis pour les grandes maisons d’édition que sont Boom! Studios et Marvel.

A la fois scénariste, dessinateur et coloriste, c’est un artiste complet et sans l’ombre d’un doute extrêmement talentueux.

Avec Clinton Road, il fait montre d’un talent fabuleux pour développer une histoire onirique, terrifiante et fascinante au fin fond des États-Unis.

Article posté le lundi 23 mars 2020 par Victor Benelbaz

Clinton Road de Vincenzo Balzano (Ankama)
  • Clinton Road
  • Auteur : Vincenzo Balzano
  • Éditeur : Ankama
  • Prix : 17.90 €
  • Parution : 24 janvier 2020
  • ISBN : 9791033511403

Résumé de l’éditeur : New Jersey, 1978. Tous les matins, John, ranger du comté de Passaic, fait la route entre sa maison et le bar de son ami Sam afin de prendre un café et de bavarder avant sa journée de travail. Rien qui ne puisse sembler étrange jusque-là. Sauf que la Clinton Road 15km d’asphalte où il patrouille quotidiennement s’avère être la route la plus hantée des Etats-Unis : disparitions inquiétantes, phénomènes paranormaux… C’est aussi sur cette route maudite que son fils unique, Benjamin, a été vu pour la dernière fois avant de disparaître. Mais John, incapable de faire son deuil, se réfugie dans une réalité déformée dans laquelle ses fantasmes semblent prendre le pas sur la réalité…

À propos de l'auteur de cet article

Victor Benelbaz

Victor Benelbaz

Tombé dans la marmite de la bande dessinée depuis tout petit, Victor est un vrai amateur éclairé. Comics ou récits jeunesse sont les deux genres préférés de ce professeur de français.

En savoir