Les contes de la ruelle

Doubao  vit dans un petit quartier de Pékin avec sa petite fille Yu’er handicapée. Tous deux vont vivre quatre belles histoires dans le magnifique recueil Les contes de la ruelle de Nie Jun aux éditions Gallimard.

Doubao est heureux depuis que Yu’er est arrivée dans sa vie de vieil homme. Handicapée des deux jambes, il l’a quand même accueilli et adopté. Ils vivent dans un quartier du vieux Pékin.

LE RÊVE DE YU’ER

L’un des rêves de la petite fille est d’apprendre à nager. Sans l’usage de ses jambes, impossible de faire la Petite Sirène à la piscine. Mais c’était sans compter sur l’ingéniosité de Doubao, qui lui invente un harnais mobile qu’il accroche à la branche de l’arbre de la maison. Ainsi, elle commence à se mouvoir dans l’espace comme dans l’eau et glisse alors vers un rêve aquatique…

LE PARADIS DES INSECTES

Comme à son habitude, Doubao fait sa sieste dehors. Sur son nez, vient se poser un papillon multicolore qui s’envole ensuite vers l’extérieur. A l’aide de sa canne, Yu’er le suit mais elle se fait charrier par les trois garnements du quartier. Arrive alors un petit garçon qui la sauve de ce mauvais pas et l’emmène dans sa carriole à la chasse aux papillons…

LA LETTRE

En balade dans le quartier, Yu’er et Doubao repèrent une belle boîte aux lettres verte. Le grand-père explique que plus jeune, il fut facteur. Il possède depuis une très belle collection de timbres. Il lui raconte alors comment grâce à l’un d’eux, il a rencontré sa future femme…

LES CONTES DE LA RUELLE OU L’ÉLOGE DU RÊVE

De ces quatre nouvelles, Nie Jun en fait un sublime rêve éveillé, entre magie et poésie. Les très belles valeurs véhiculées raviront les plus petits et enchanteront les plus âgés : le handicap qui n’est pas une vraie différence, l’accomplissement de soi, le dépassement physique et la différence, l’entraide, l’amitié, la nature qui entoure comme un écrin, la solitude qui est brisée grâce à l’adoption, les relations inter-générationnelles mais aussi la beauté de la Chine contemporaine – le lecteur a même l’impression que le temps est suspendu dans ce beau quartier – en somme la vie de gens simples au grand coeur.

UN MAGNIFIQUE DESSIN

Né en 1975, Nie Jun est un auteur de manhuas (mangas chinois) qui a commencé très tôt à dessiner en décalquant des lianhuanhua (bandes dessinées traditionnelles chinoises) puis a découvert par la suite des auteurs étrangers qui  l’influenceront comme Hergé, Tezuka mais aussi les japonais Toriyama ou Otomo. Diplômé de l’Ecole des Beaux-Arts de Chine, ses premiers travaux sont publiés dans diverses revues à partir de 1995. Enseignant en dessin, il a imaginé trois séries My street, Diu Diu et Zobo (publié chez Paquet).

Son trait à l’aquarelle possède ce charme aérien à l’instar de son compatriote Golo Zhao (Au gré du vent, Pika), à la croisée de la culture chinoise et européenne. La beauté de son dessin est à la fois délicat, sensible et fort. Un vraie petite pépite !

Article posté le vendredi 01 avril 2016 par Damien Canteau

4 très belles histoires de Nie Jun dans Les contes de la ruelle aux éditions Gallimard, décryptés par Comixtrip le site BD de référence
  • Les contes de la ruelle
  • Auteur : Nie Jun
  • Editeur : Gallimard
  • Prix : 18€
  • Parution : 17 mars 2016

Résumé de l’éditeur : Dans un vieux quartier de Pékin, Yu’er et son pépé vivent leur quotidien à la manière d’un conte de fée.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir