Culottées, volume 2

15 histoires de femmes contemporaines qui ne font que ce qu’elles veulent… et ne renoncent jamais ! Déjà le volume 2 de Culottées, un formidable recueil signé Pénélope Bagieu qui rend hommage à des femmes précurseures, hors-norme et qui ont fait avancer la cause des femmes.

DE L’INTERPRÈTE DES ANIMAUX A UNE AMOUREUSE DE L’ART MODERNE

Comme pour l’excellent premier tome, Pénélope Bagieu brosse le portrait de 15 femmes d’exception qui ont osé… Osé défier la société ou leur milieu.

De Temple Grandin – qui a eu des difficultés à communiquer plus petite – qui obtint un doctorat autour des conditions d’élevage des animaux, à Peggy Guggenheim qui investira son argent pour soutenir les artistes et ouvrir un galerie; en passant par Sonita Alizadeh jeune rappeuse afghane qui fuira son pays pour vivre de sa passion; Cheryl Bridges la première femme à courir le marathon en 1971 alors que les membres de la Fédération Internationale d’Athlétisme refusait la participation des femmes; Nellie Bly journaliste d’investigation qui fit beaucoup pour ce genre; The Shaggs trois sœurs qui voulaient être des rock star ou encore Kathia Krafft, la célèbre volcanologue qui mourut au plus près d’une éruption volcanique.

CULOTTÉES : RECUEIL TENDRE, PÉDAGOGIQUE ET DRÔLE

Pénélope Bagieu poursuit son formidable travail de recensement de femmes Culottées qui ont osé défier leur milieu social pour porter des messages forts. Comme pour le premier volume, elle dépeint leur court portrait à travers 6 planches maximum. Il lui a donc fallu être synthétique, ne rien n’oublier des grandes lignes de leur vie, être clair, pédagogue – sans être rébarbative – et drôle. En effet, l’auteure de la série Joséphine (Jean-Claude Gawsewitch éditeur) se plait à apporter de la légèreté dans ses histoires malgré le côté dure et parfois sombre de certaines conditions de vie.

CULOTTÉES POUR DONNER PLUS DE VISIBILITÉ

Comme Pénélope Bagieu le confie à Vanessa Zocchetti, elle explique qu’il y a une gros problème de représentativité des femmes. Même si elles ne font ni l’objet d’un livre ni d’un film, elles sont de vraies héroïnes et surtout elles sont partout. « Le féminisme n’oppose pas les Hommes et les Femmes. Il le met sur une pied d’égalité » comme elle le souligne pour renforcer son propos.

Cette fois-ci, quelques lecteurs et lectrices ont soufflé le nom de femmes Culottées à l’auteure, par l’intermédiaire de son blog. En effet, les trente portraits sont visibles sur le blog Les Culottées hébergé par lemonde.fr. Elle explique qu’ils l’ont galvanisé et encouragé dans sa noble entreprise. Elle souhaite que ces Culottées soient un modèle pour les petites filles, pour leur faire passer le message qu’elles aussi peuvent le faire. Elle ajoute : « On fait croire aux filles que les maths et les sciences sont pour les garçons. C’est une construction de l’esprit. Avec ces stéréotypes, on les enferme, notamment dans les filières littéraires. Il n’y a qu’à voir l’astronaute Mae Jemison : dès la maternelle, elles s’est passionnée pour les sciences et elle a réalisé son rêve. Cela donne espoir ».

Elle n’oublie pas que les femmes sont aussi menacées dans leurs droits fondamentaux (contraception, avortement, instruction…) et qu’il faut sans cesse se battre pour cela. En ce sens, Pénélope Bagieu trace une route à poursuivre comme Till Lukat  a pu le faire dans Dures à cuire (Cambourakis).

SES CULOTTÉES PRÉFÉRÉES

Dans ce volume 2 de Culottées, l’auteure de California dreamin’ a rassemblé ses héroïnes préférées. Ainsi elle a brossé le portrait de Phulan Devi, Peggy Guggenheim ou Kathia Krafft. Elle voue une admiration pour la volcanologue qui était surtout représentée comme « femme de… » alors qu’elle prenait autant de risque que Maurice son mari.

Comme certaines de ses Culottées sont encore vivantes, Pénélope Bagieu a pu échangé avec elles. Afin de ne pas être trop dérangée dans son travail et surtout qu’elle ne voulait pas faire un documentaire, elle n’a pas souhaité trop dialoguer avec elles.

Elle termine par donner un conseil fort : « si on n’ose pas pour soi, on peut oser pour les générations futures. » Les femmes dépeintes ici ont toute ouvert la voie pour les autres.

Les volumes 1 & 2 de Culottées sont de très beaux albums qui auraient pu rejoindre notre Top 10 des BD sur le Féminisme.

Article posté le lundi 23 janvier 2017 par Damien Canteau

Culottées 2 de Pénélope Bagieu (Gallimard) décrypté par Comixtrip le site BD de référence
  • Culottées, volume 2
  • Auteure : Pénélope Bagieu
  • Editeur : Gallimard
  • Prix : 20.50€
  • Parution : 26 janvier 2017

Résumé de l’éditeur : Des femmes qui ne font que ce qu’elles veulent : deuxième volet ! Sonita, rappeuse afghane et exilée militante ; Thérèse, bienfaitrice des mamies parisiennes ; Nellie, journaliste d’investigation au XIXe siècle ; Cheryl, athlète marathonienne ; Phulan, reine des bandits et figure des opprimés en Inde… « Les Culottées » ont fait voler en éclat les préjugés. Quinze nouveaux portraits drôles et sensibles de femmes contemporaines qui ont inventé leur destin.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir