Espions de famille : Pater Monster

Rien ne va plus pour Alex et Leila : ils ont été radiés des services secrets. Retour donc à un quotidien routinier pour nos deux adolescents. Mais un danger se rapproche. Et s’ils devaient reprendre du service ? Thierry Gaudin et Romain Ronzeau dévoilent le sixième volume de Espions de famille, une série jeunesse coup de cœur Comixtrip !

Dissolution du programme junior des services secrets français

Après une catastrophe évitée dans l’usine dans le tome précédent, Leila et Alex ont été radiés des services d’espionnage et le ministère a procédé à la dissolution du Programme junior des services secrets français.

Il ne reste alors qu’aux adolescents la recherche de chats égarés sous le pseudo des Sauveurs de la nuit. Pas sûr que cela soit attrayant. Pas simple non plus de redevenir des personnes lambda après tant d’aventures trépidantes. En plus, la vie au collège est d’un ennui abyssal pour les deux amoureux. A cela, il faut ajouter le père de Leila qui ne veut plus que Alex « ce petit voyou » voit sa copine. La vie n’est plus toute rose.

Amédée en maison de retraite

A la maison, ce n’est pas la fête non plus : le grand-père de Alex, Amédée, lui aussi radié des services secrets, n’en peut plus. Il décide de s’installer à La maison du bonheur, l’EHPAD un peu sinistre de la ville.

Il faut dire qu’un énième sauvetage de Leila et Alex s’est mal terminé : un voleur en scooter a fini sa course dans la vitrine de La dimension fantastique, la librairie BD et les deux adolescents au commissariat après leur arrestation par Mike et son coéquipier. La cheffe des services secrets, Mathilda fait jouer sa position pour les sortir de là.

Quelques jours plus tard, c’est le début du stage d’observation de 3e : Alex est à la maison de retraite, tandis que Leila est à Biolab, le laboratoire où travaille sa mère…

Espions de famille : superbe série d’espionnage

Quelle série ! Elle plait aux jeunes lecteurs (à partir de 6 ans) par son récit très rythmé, drôle, intelligent et divertissant. Ancien conseiller principal d’éducation dans un collège de Montreuil (93) pendant 10 ans, Thierry Gaudin connait bien les univers des adolescents et cela s’en ressent dans Espions de famille. L’amitié, l’amour et les relations entre parents ou intergénérationnelles sont bien développées et subtilement amenées dans la série.

Ainsi, Alex et Leila sont dans la phase délicate de l’adolescence, à laquelle on ajoutera le refus catégorique du père de la jeune fille pour qu’elle continue de voir son copain. Les conflits et les sujets abordés avec les parents, les jeunes lecteurs pourront s’y retrouver.

Si le tome précédent portait un coup fatal à la formation des deux héros – ils sont renvoyés – ce volume est de nouveau un pivot dans la série : le couple entre dans la routine du quotidien, loin des aventures d’espionnage. Pourtant, ils ne peuvent s’en empêcher et poursuivent leur rôle de justiciers de la nuit.

Comme, il nous l’avait confié lors de notre entretien en janvier 2017 : «L’école d’espions, c’est donc aussi un discours sur la transmission, comment on transmet le passé, comment on transmet une expérience. Comment le grand-père passe le relais à son petit-fils. C’est aussi une histoire d’héritage».

Après les nouvelles technologies tombées aux mains d’individus louches, Thierry Gaudin glisse la thématique des modifications génétique dans ce volume 6 qui apporte du fantastique à l’histoire. D’ailleurs, le scénariste l’avait souligné ainsi : «J’aime cet équilibre délicat à trouver entre des choses assez légères et l’histoire un peu trépidante avec des enjeux humains». Il ajoute dans ce sixième opus une vision d’un grand pessimisme sur les maisons de retraite (locaux indécents et personnel débordé et/ou fatigué).

Le superbe trait de Romain Ronzeau

Si le scénario est formidable, que dire du dessin ? La même chose. Autodidacte, Romain Ronzeau réalise néanmoins de très belles planches. Nul besoin d’avoir fait des études de graphisme pour obtenir un excellent résultat. «Internet a été mon école» nous dévoilera le dessinateur de Carnet de mariage (Delcourt). Son découpage sur la série Espions de famille transpire de ses influences de mangas (Dragon Ball, One Piece, Akira), de comics (Batman) ou d’animation : un rythme enlevé et accrocheur.

On ne vous le dira jamais assez : Espions de famille est une série au top, intelligente et drôle, portée par un dessin de grande qualité !

Article posté le mercredi 28 mars 2018 par Damien Canteau

Espions de famille de Thierry Gaudin et Romain Ronzeau (BD Kids - Bayard) - Comixtrip
  • Espions de famille, tome 6 : Pater monster
  • Scénariste : Thierry Gaudin
  • Dessinateur : Romain Ronzeau
  • Editeur : BD Kids
  • Parution : 07 février 2018
  • Prix : 9.95€
  • ISBN : 9782747085991

Résumé de l’éditeur : Pour Alex et Leïla, il est très difficile de raccrocher la tenue d’espion… Malheureusement, leurs parents ne veulent plus entendre parler de services secrets, de missions ou d’enquêtes. Seul Amédée semble encore soutenir Alex depuis la maison de retraite où il a tenu à s’installer. Mais pendant un stage de Leïla au laboratoire de sa mère, une catastrophe se produit…

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir