Hâsib et la Reine des serpents #1

Auteur reconnu depuis l’excellente série L’ascension du haut mal (L’association), David B propose une sublime déclinaison d’un conté épique des Mille et une nuits, Hâsib et la Reine des serpents. Cette merveilleuse transposition est éditée par Gallimard.

SHERAZADE, LE SAGE DANIEL ET LES LIVRES

Comme toutes les nuits et afin de repousser son prétendant, Shérazade raconte une histoire légendaire. Ces soir-là, elle entame le récit fantastique de Hâsib, fils du sage Daniel. Alors qu’il n’avait jamais réussi à devenir père, le vieil homme fit un enfant à sa jeune épouse. Quelques jours plus tard, il essuya une violente tempête alors qu’il était embarqué sur un navire. Sa cargaison de livres savants fut engloutie par les eaux sauf cinq feuillets qu’il conserva dans un coffre. Il fit promettre à sa femme de les transmettre à Hâsib après sa mort.

L’enfant grandit mais ne fit que peu d’études. Il faut alors engagé par des bûcherons. Acculés par un orage, les hommes se réfugièrent dans une grotte. Le jeune garçon découvrit alors un puits rempli de miel. Cupides et malfaisants, ils abandonnèrent Hâsib dans la cuve, vendirent tout le précieux nectar et devinrent riches.

UNE BELLE RENCONTRE AVEC LA REINE DES SERPENTS

Triste et sans solution, Hâsib resta tapis longtemps dans le puits. Avec l’aide d’un scorpion, il réussit à trouver une sortie. Il rencontra alors la Reine des serpents qui lui offrit des fruits pour se nourrir et commença alors à lui raconter une belle histoire qui lui arriva il y a très longtemps : la légende de Buluqiyya, roi des Banu Isrâ’îl au Caire.

TROIS CONTES QUI S’ENTREMÊLENT

Ce très bel ouvrage jeunesse de David B. ravira aussi les plus grands, tant les qualités narratives et graphiques sont réelles. Pour décliner cette légende des Mille et une nuits, l’auteur a décidé d’entremêler avec une grande habileté trois contes, qui ont chacun un univers graphique différent même si l’album possède un belle unité. En effet, il met en image la destinée de trois protagonistes : Hâsib est composé d’un trait fidèle à son graphisme, celui de Buluqiyya est empreinte d’orientalisme, d’arabesque et d’entrelacs, tandis que celui de Jânshâh est extrêmement précis et méticuleux. Ce cheminement graphique permet d’apporter un souffle épique fort puisque le dessin se réinvente au fil des pages. Il n’y a plus qu’à attendre le second volet de cette belle fresque orientaliste.

Article posté le dimanche 06 décembre 2015 par Damien Canteau

  • Hâsib et la reine des serpents, tome 1/2
  • Auteur : David B.
  • Editeur : Gallimard, collection Fétiche
  • Prix : 19€
  • Parution : 13 novembre 2015

Résumé de l’éditeur : Héritier du sage Daniel, Hâsib est un jeune bûcheron promis à de grands desseins. Lorsque ses acolytes l’abandonnent au milieu de la forêt par cupidité, il fait la rencontre de la Reine des serpents. Elle lui raconte alors son histoire, une aventure fabuleuse peuplée de dieux et de démons, de princes et de prophètes…

Les intrigues s’entremêlent dans cette interprétation enchanteresse du Conte de Hâsib Karîm ad-Dîm, par lequel David B. nous ouvre les portes des Mille et Unes Nuits.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir