Il faut flinguer Ramirez

Jacques est un tueur mexicain qui enchaîne les meurtres. Pour passer inaperçu, il a choisi la meilleure des couvertures : expert en aspirateurs. Rattrapé par un cartel, il est la cible de tueurs à gage. Nicolas Pétrimaux met en scène la course-poursuite du moustachu dans le premier volet de Il faut flinguer Ramirez chez Glénat. Enthousiasmant !

Muet comme une tombe

Falcon City, Arizona. Dans les bureaux de la Robotop c’est l’effervescence : le président de la société va bientôt présenter à la presse Vacuumizer 2000, son nouvel aspirateur. Pourtant, le prototype n’est pas au point pour le lendemain. Le chef fait alors venir Jacques Ramirez dans son bureau pour lui expliquer le problème et le charge de trouver une solution. Il faut souligner que le Mexicain moustachu est un véritable expert : il sait tout réparer !

D’où vient ce don ? Personne ne sait vraiment. Muet comme une tombe, on ne sait pas grand chose de sa vie. Comme il sort ses collègues de toutes les plus grandes galères, il est énormément aimé dans la société.

A la recherche de Ramirez

En bas de l’immeuble de la Robotop, Raymond et Polo, deux hommes plutôt louche observent de loin. Armés de revolvers, ils tentent de rentrer un vieil appareil sous le bras. A l’intérieur, stupéfaits, ils découvrent Ramirez. Mais ils s’enfuient rapidement : ils ont peur d’avoir été découverts et surtout ils ont peur pour leur vie. Le Mexicain serait un dangereux tueur ! Comment un si gentil réparateur d’aspirateur muet peut-il avoir la double vie de meurtrier ?

A Paso del Rio, Hector Rodriguez, un parrain de la pègre locale, apprend la nouvelle. Le fils de Polo lui a envoyé les dernières informations concernant Ramirez. Le chef du cartel lui demande alors de partir avec deux hommes pour récupérer le traitre Ramirez… Il faut flinguer Ramirez, pas le choix !

Il faut flinguer Ramirez : polar haletant et drôle

Voilà un album qui nous a plu dès les premières pages ! Il faut flinguer Ramirez est un polar haletant, merveilleux graphiquement et très drôle ! Connu dans le monde du jeu vidéo (pour l’instant mais ça ne serait tarder qu’il perce dans le monde du 9e art), Nicolas Pétrimaux imagine un polar original, intelligent et surtout admirablement écrit. Début de série, ce premier acte est un album grand public, populaire dans le bon sens du terme.

Le lecteur est transporté tout au long de l’album par des personnages bien cernés psychologiquement, même les seconds rôles sont bien campés. Jacques Ramirez serait un dangereux assassin sous son air débonnaire, calme,  altruiste et mal fagoté (pantalon trop court et coupe afro très 70’s). L’auteur distille avec parcimonie les éléments du passé de son anti-héros pour que le lecteur reconstruise lui-même le puzzle de son existence.

Un album très pop

Le dynamisme de l’histoire se mêle aux multiples références de la pop-culture pour le plus grand plaisir des lecteurs. Les courses-poursuites en voiture et les explosions sont dignes des plus grands films d’action, comme ceux de Quentin Tarantino. De plus, Nicolas Pétrimaux parsème son album de fausses publicités rétro très 90’s, qui auraient très bien pu exister.

La grande force de Il faut flinguer Ramirez réside aussi dans son excellent humour. Un polar fort et bourré de gags, c’est rare pour être souligner. Dialogues incisifs, hommes-de-main crétins ou la société Robotop, tout est là pour faire sourire le lecteur. La société conceptrice d’aspirateurs semble figé dans les années 80 et ses salariés (trop ?) béats d’admiration pour le Vacuumizer 2000.

Que dire de la partie graphique ? Quelle est folle et sublime ! Nicolas Pétrimaux sait dessiner les poursuites en voiture dignes de jeux vidéo grâce à un découpage hyper-dynamique. Il croque avec force les trognes de ses protagonistes. Son trait semi-réaliste est agrémenté d’un palette de couleurs très réussies.

A noter que l’auteur a créé un site dédié à sa série avec la galerie de personnages, des extraits, des goodies, des vidéos et même une publicité pour le nouvel aspirateur !

Il faut flinguer Ramirez : ça pulse, ça dézingue, ça rigole et c’est excellent ! Parfait à lire pendant ses vacances !

Article posté le samedi 30 juin 2018 par Damien Canteau

Il faut flinguer Ramirez 1 de Nicolas Pétrimaux (Glénat) décrypté par Comixtrip
  • Il faut flinguer Ramirez, acte 1
  • Auteur : Nicolas Pétrimaux
  • Editeur : Glénat
  • Parution : 30 mai 2018
  • Prix : 19.95€
  • ISBN : 9782344011881

Résumé de l’éditeur : Muet comme une tombe. Silencieux comme la mort. Falcon City, Arizona. Jacques Ramirez travaille à la Robotop, une entreprise d’électroménager et l’un des fleurons industriels du coin. Employé modèle, il bosse vite, bien, et sait surtout se faire discret. Pour cause : il est muet. Mais un jour, deux Mexicains appartenant à un dangereux cartel pensent reconnaître en lui l’homme qui aurait trahi leur organisation par le passé. Derrière le réparateur d’aspirateurs sans histoires se cacherait une véritable légende : Ramirez, le meilleur tueur à gages de tous les temps. Depuis 8 ans, il s’était mis au vert, attendant son heure. Maintenant, il est temps que Ramirez renoue avec sa véritable nature… Pour marquer son entrée au catalogue Glénat, Nicolas Pétrimaux livre un hommage réjouissant au film noir et à la série B américaine des années 1970. Un récit brutal et sans temps mort servi par une ligne à la puissance cinématographique, convoquant autant Friedkin que Tarantino ou Rodriguez.

 

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir