Judge Dredd Origines

Judge Dredd est de retour pour faire régner l’ordre dans les rues de Mega-City One. Les éditions Delirium proposent Judge Dredd Origines, un excellent recueil de John Wagner et Carlos Ezquerra, les auteurs de la saga originale.

UNE LIVRAISON AUX PORTES DE MEGA-CITY ONE

Mega-City One, porte Ouest. Keever et Tooey, deux livreurs se présentent dans un camion devant les Judges pour le contrôle. Sans s’en rendre compte, ces derniers autorisent l’entrée à ces hommes qui ne sont pas du tout des leurs – ils veulent pénétrer dans les locaux attenants pour récupérer une boîte importante – ce sont des malfrats. Pour entrer dans la cité ultra-sécurisée, ils ont tué deux hommes et ont pris leur place, du côté de la Terre Maudite. L’alerte a pourtant été donnée mais ils sont déjà dans les murs.

MUTANT ET RANÇON

Si Keever est une sorte de punk, Tooey est un mutant qui possède un visage intégré dans sa poitrine, qui est le cerveau de l’équipe appelé Chuck. En tentant de prendre la fameuse boîte, ils découvrent que cette dernière est vide. La faute à Sven, le veilleur de nuit de l’entreprise, qui s’est servi avant. Chez lui, il l’ouvre et découvre un message étrange : un demande de rançon après un kidnapping.

Pour tenter de démasquer les malfaiteurs, Judge Dredd est dépêché sur place. Mais trop tard, Sven a été abattu et laissé pour mort dans un conteneur de poubelles.

LA GENÈSE DE JUDGE DREDD

A la fin des années 70, Patt Mills (scénariste de la formidable saga historique La grande guerre de Charlie, Delirium) lance le magazine 2000 AD avec Kelvin Gosnell. Dès le début, l’auteur britannique souhaite que la nouvelle série d’anticipation Jugde Dredd figure au sommaire et c’est chose faite dans le numéro 2 en mars 1977.

Pour cette saga anti-militariste et forte des années 80, ils imaginent la Terre au 23e siècle après plusieurs conflits atomiques, dévastée et irradiée. Les quelques âmes-qui-vive, ce sont des bandits voire des mutants (comme Chuck-Tooey). Alors qu’il n’y plus de police, un nouvel ordre se dessine : les Jugdes, forts et violents, ils sont à la fois policiers, juges et bourreaux. Leur devise est claire et nette : « La violence contre la violence ». Pour faire régner l’Ordre et la Loi – qui devient de plus en plus fascisante – , ils sillonnent les rues de Mega-City One – la forteresse – sur des motos rutilantes et surpuissantes.

Parmi ces nouveaux gros-bras, il y a Joseph Joe Dredd – le Judge Dredd -, le plus fort d’entre-eux et le plus craint. Impitoyable, il est investi du pouvoir de condamnation instantanée. C’est un judge des rues pourtant pas si blanc que cela. Derrière son casque qu’il ne quitte jamais, il a une personnalité plus complexe qu’il n’y parait.

LES MEILLEURES HISTOIRES RÉCENTES

Datant de 2006, la première histoire de ce recueil La connexion est signée Kev Walker au dessin sur un scénario de John Walker (A history of violence) et ensuite Origines du même scénariste avec Carlos Ezquerra (Bloody Mary) le dessinateur qui créa le personnage, de retour aux pinceaux après une longue pause (de nombreux auteurs reprennent à leur compte l’univers comme Brian Bolland qui signe ici la couverture ou encore Rob Davis).

Avec un petit humour so british bien senti, les épisodes publiés ici sont forts, intelligents et haletants. Les lecteurs retrouvent avec plaisir le Jugde Dredd, infaillible (?), l’univers post-apocalyptique, les intrigues fortes et des scènes de combats. Mutations génétiques, vols, esclavagisme, pacifisme à Fargoville ou engins, tout est là pour satisfaire le curieux qui apprendra quelques petites choses sur la personnalité du héros.

Si le premier récit de Walker est très bon -trait anguleux et décors a minima – la partie graphique de Carlos Ezquerra est admirable ! Quelle claque visuelle ! Du bon, du très bon, de l’excellent ! Les visages des protagonistes sont très durs et font transpirer leurs émotions.

DELIRIUM ET JUGDE DREDD

Pour amorcer la publication de la licence Judge Dreed, Delirium – par son éditeur Laurent Lerner – propose de commencer par des récits inédits datant de 2006 (Origines) puis de retrouver certains personnages-clefs de l’univers dans Les liens du sang (sortie en septembre) et enfin les grands classiques de la série par ordre chronologique – enfin ! – à partir de novembre avec Affaires classées 01.

Il faut dire qu’en France,  Jugde Dredd a été malmené. Les publications anarchiques et non-chronologiques se sont succédé par des maisons d’éditions différentes dont pêle-mêle Arédit, Les Humanoïdes Associés ou Soleil US, ce qui a perdu un peu le lecteur. Le tout couplé à un film avec Stallone en 1995 – en justicier primaire occultant le côté subversif du personnage – et les Français sont peut-être passés à côté de cette formidable saga. C’est quasi réparé grâce à Delirium.

Article posté le mardi 15 mars 2016 par Damien Canteau

Judge Dredd de Carlos Ezquerra, Kev Walker et John Wagner, Brian Bolland (Delirium) décrypté par Comixtrip le site BD de référence
  • Judge Dredd origines
  • Scénariste : John Wagner
  • Dessinateurs : Kev Walker et Carlos Ezquerra
  • Editeur : Delirium
  • Prix : 23.90€
  • Parution : 14 mars 2016

Résumé de l’éditeur : 

Pour tous les amateurs de Judge Dredd, frustrés par l’absence quasi totale chez nos libraires de cette série géniale, Origines marque enfin son retour en France !Après la découverte d’une information jugée ultra-sensible, Judge Dredd est envoyé dans la Terre Maudite, zone irradiée recouvrant la majorité du territoire américain, dans une mission qui le plongera dans l’histoire « confidentielle » des Juges et de Mega-City One, entre Rednecks mutants et scènes d’apocalypse… LA LOI EST DE RETOUR !Cette première saga inédite de Judge Dredd publiée en France depuis des décennies, est réalisée par ses co-créateurs : John Wagner (auteur notamment de A History of Violence, adapté à l’écran par David Cronenberg), et Carlos Ezquerra (Preacher, Strontium Dog…), toujours à l’œuvre avec ce personnage et cet univers qu’ils n’ont jamais lâché tout au long de leur immense carrière ! Avec également une superbe introduction signée Kev Walker (Thunderbolts, ABC Warriors…) Mega-city One est bien le cadre d’un univers génial aux possibilités scénaristiques et graphiques infinies, dans lequel on navigue entre thriller politique, policier, science-fiction, avec toujours une dose certaine d’humour corrosif.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir