Kingdom of Knowledge

Kingdom of Knowledge, de Serina Oda, nous plonge dans un monde de dark fantasy sanglant et intelligent. Pour survivre, la connaissance du passé pourrait bien être la clé.

Derrière la bibliothèque

Fei est un gnome. Comme tous les gnomes, il est petit : 1,25 cm. Il est très malin et travaille avec son ami Hui, pour l’Empire des Hommes. Alors qu’il rêve d’aller voir le monde extérieur, il est coincé dans l’immense bibliothèque de l’Empire. Son travail consiste à traduire les livres retrouvés dans de mystérieuses boîtes veilles d’on ne sait quand. Grâce à ces ouvrages que seul les gnomes peuvent traduire, l’Empire a pu prospérer. Dans ce monde sombre où les races s’entretuent, la protection des hommes est bienvenue pour les faibles gnomes. C’était une vie harmonieuse entre les deux races.

Mais le jour où les petits êtres aux oreilles pointues finissent leur traduction, les hommes se retournent contre eux. Ils tentent de fuir. Mais l’Empire est cruel. Il les extermine tous. Fei est le seul à s’en sortir. Sa dernière vision sera la tête décapitée de ses camarades.

Commence alors la découverte du monde extérieur. Un monde que l’Empire des hommes a mit à feu et à sang grâce à la traduction de vieux livres de guerre. Les traductions de gnomes. L’Empire a asservi les autres créatures, les hommes qui refusent de s’incliner devant lui finissent dévorés. Fei subit la haine et la souffrance, mais rien ne l’arrêtera. Désormais, il vit pour se venger.

L’Histoire et le futur

Kingdom of Kowledge est assurément un récit de fantasy. Il est peuplé de créatures appartenant au folklore du fantastique. Tel les gnomes, les gobelins, les hommes et d’autres sans doute. Pourtant le monde de Kingdom of Knowledge est le nôtre. Notre Terre, dans un futur indéterminé s’est métamorphosée. Cependant un élément du passé persiste : L’histoire.

Dans des cubes ensevelis, des livres ont traversé les époques. Ils racontent les guerres, Hannibal, Alexandre le grand, Rome, les batailles nippones, les stratégies guerrières. Une histoire qui nous est très familière. Cet univers de fantasy est bâti sur notre passé. C’est un voyage dans l’Histoire à travers les stratégies militaires.

Peut-être auront nous l’occasion de revoir des batailles légendaires, ou des affrontements étonnants ayant vraiment eut lieux.

Les humains et les autres

Kingdom of Knowlegde est à la fois un conflit d’humain et un conflit racial. L’empire s’est emparé de toutes les espèces « disgracieuses » pour soumettre toutes les autres. C’est dans ce contexte que surgit le Royaume d’Est Garden. Une Eden pour les migrants, les chassés, les blessés de guerre. Mais dans ce conflit d’humain, l’avantage du héros est justement de ne pas en être un. Petit, fragile, mais diablement intelligent. Un gnome qui ferait une parfaite main du roi.

Un duo prometteur

Et le roi justement, arrive. Il ne l’est pas encore. Marc est l’héritier du souverain d’East Garden. D’un caractère timide, altruiste, il est effacé derrière son frère plus volontaire. Il est submergé par le doute et la peur de ne pas être à la hauteur. Pourtant le peuple d’East Garden l’adore. C’est un prince proche des réalités du quotidien, bien loin du piédestal royal.

C’est dans la rue que Fey et Marc se rencontre. Alors qu’un émissaire de l’Empire vient d’échouer à obtenir la reddition du Royaume, les deux jeunes hommes se croisent, dans l’ignorance la plus totale de leur identité respective.

S’installe une relation vive, coincée entre la spontanéité espiègle de Fey et celle, bon-enfant, de Marc. Une amitié presque évidente surgit entre eux sans qu’ils mesurent l’impact que celle-ci aura sur le monde.

Car elle en aura certainement une, décisive dans la lutte contre l’Empire.

Encre dark fantasyste

Serina Oda dessine des paysages très contrastés et des mises en pages dynamiques. Avec un trait vif et claire, elle nous plonge complétement dans son univers sombre. Tout en nous laissant profiter pleinement des moments de paix, qu’elle rend très lumineux.

Kingdom of knowledge reste de la dark fantasy. Et qui dit dark fantasy, dit gore (souvent). Ici, la violence heurte, mais reste raisonnable, sans envahir les pages.

Kingdom of Knowledge – de Serina Oda aux éditions Kana – est une super lecture : vivifiante, divertissante et intelligente. Sa fantasy couplée à la stratégie militaire bien réelle de notre Histoire créent un duo amusant. Chargé de promesses pour l’avenir. C’est un début de série réussi, qui rend le lecteur très vite addictif.

Article posté le vendredi 18 décembre 2020 par Ma Lo

kingdom of Knowledge 1 de Serina Oda (Kana)
  • Kingdom of knowledge
  • Autrice : Serina Oda
  • Editeur : Kana
  • Prix : 7,45€
  • Parution : 18 octobre 2020
  • ISBN : 9782505085164

Résumé de l’éditeur : Fei et Hui sont des créatures de petite taille, aux oreilles pointues, possédant une grande intelligence. Leur peuple a la particularité d’être le seul capable de déchiffrer les écrits anciens retrouvés dans les ruines d’une civilisation perdue. Fei et Hui ont grandi reclus dans la bibliothèque, traduisant sans relâche ces précieux textes pour le compte de l’Empire, qui espère en faire une arme contre les attaques de monstres auxquelles il fait face. Car le savoir, c’est le pouvoir ! L’empire avait promis la liberté aux gnomes, une fois tous les textes traduits. Mais ce jour arrivé, la bibliothèque est incendiée et les petits traducteurs sont massacrés ! Car le pouvoir ne se partage pas ! Fei, l’unique survivant, s’engage alors sur le chemin de la vengeance ! Son objectif : détruire l’Empire en utilisant le savoir qu’il a acquis notamment en ingénieuses stratégies militaires !

À propos de l'auteur de cet article

Ma Lo

Ma Lo

"C'est fou ce qu'on peut raconter avec un dessin". Voilà comment les arts graphiques ont englouti Ma Lo. Depuis, elle revient de temps en temps nous parler de ses lectures, surtout quand ils viennent du pays du soleil levant. En espérant vous faire découvrir des petites pépites à savourer ou à dévorer tout cru !

En savoir