La farce des Hommes foudre

Européen venu au Népal, Albertus prend fait et cause pour le peuple tibétain dans la guerre qu’il l’oppose à l’envahisseur chinois à la fin des années 50. Il prendra même les armes pour lutter avec des cavaliers nomades. Etonnante aventure historique et politique, La farce des Hommes foudre est signée Loïc Verdier et Matthieu Alexandre aux éditions Casterman.

De Katmandou…

Février 1959. Accompagné de quelques amis, Albertus – artiste et dessinateur – est venu à Katmandou pour un trip sur le toit du Monde. Lorsque l’on fume, cela altère sa capacité de réflexion et les esprits viennent rapidement à s’échauffer dans ce petit groupe.

Alors qu’il se rend chez un Indien pour acheter du bicarbonate, Albertus a une étrange vision, la même que dans son dernier rêve nocturne, celle d’une cavalière armée donnant l’assaut contre des envahisseurs.

Alors qu’il tente de discuter avec elle, la jeune femme sort précipitamment du troquet. Albertus la suit et la retrouve dans une maison, énervée contre son hôte. Il est alors interpellé par un grand gaillard qui l’entraine à l’intérieur.

Mais des soldats chinois sont annoncés et tout ce petit monde doit déguerpir. Pas le temps de faire de sentiments, le dessinateur doit partir avec eux.

… aux steppes de l’Himalaya

La fuite se déroule à cheval sur les contreforts de l’Himalaya. Albertus ne se sent pas bien, le mal des montagnes le fait même divaguer. Après une nuit sous tente et un tisane pour guérir, le jeune Européen peut enfin se tenir droit sur sa monture.

Sanké et Dolma – la femme du rêve – ne sont pas d’accord sur la suite à donner à Albertus. Cette dernière souhaite s’en débarrasser, tandis que le premier pense qu’il pourra toujours « servir ».

Le dessinateur apprend alors que ces cavaliers font partis des Khampas, une tribu nomade en rébellion contre l’autorité chinoise. Ces Hommes foudre aimeraient lui reprendre le Tibet.

Après des jours de trajet, les cavaliers arrivent enfin au campement et Albertus est accueilli dans la tente du chamane de la tribu qui décidera bientôt de son sort…

La farce des Hommes foudre : très belle aventure en Himalaya

Imaginée avec Matthieu Alexandre, l’histoire de La farce des Hommes foudre plait dès les premières pages. Ce récit prenant et haletant glisse d’un trip à Katmandou à une vraie course-poursuite entre les Khampas et les Chinois.

En choisissant d’incarner cette guérilla  par Albertus, un jeune Européen, cela permet au duo de scénaristes de lui faire jouer le rôle de Candide, de faire comprendre aux lecteurs les tenants et les aboutissants de cette lutte armée. Arrivé dans cette tribu parce que certains pensaient qu’il était un espion, il se rend indispensable aux Khampas et devient alors un frère de lutte. Artiste en recherche d’inspiration sous herbes illicites, gentil et sans prétention, il s’avérera un allié loyal à Dolma et ses compagnons.

Depuis que le Tibet a été envahi et que le Dalaï-Lama a pris la route de l’exil vers Lhassa, les combats sont acharnés. Si les forces semblent très déséquilibrées – char et mitraillettes pour les Chinois, chevaux et vieux fusils pour les Khampas – le terrain montagneux est un allié solide pour les Hommes foudre. Ajouter à cela une aide financière et logistique de la part de la CIA pour ces cavaliers nomades et les rapports pourraient s’inverser.

D’une grande justesse, La farce des Homme foudre est fondé sur une solide documentation. Les relations dans la tribu sont bien campées. Cette très belle fiction romanesque est aussi une ode à toutes les personnes qui luttent dans le monde contre des régimes dictatoriaux et ceux qui aimeraient soulever le joug d’un envahisseur.

Le souffle épique jusque dans le dessin

Par son passé de globe-trotteur (Pakistan, Abu Dhabi, Singapour et Hong-Kong) Loïc Verdier sent et restitue admirablement les ambiances du bout du monde. Si La force des Hommes foudre est sa première bande dessinée, il imprime beaucoup d’énergie dans ses planches, comme le veut cette aventure qui glisse vers la course-poursuite en montagne.

Ses cadrages en plongée ou contre-plongées pour donner de la profondeur et de la hauteur à ses décors montagneux sont impeccables et efficaces. Il prête aussi une grande attention dans les scènes en vis-à-vis, notamment entre Dolma et Albertus. Au-delà de la lutte, il y a aussi une belle histoire d’amour qui se noue entre ses deux personnages.

La farce des Homme foudre : une superbe aventure romanesque faite d’amour, d’humour et de luttes. Un beau moment de lecture !

Article posté le lundi 17 septembre 2018 par Damien Canteau

La farce des Hommes foudre de Loïc Verdier et Matthieu Alexandre (Casterman) - Comixtrip
  • La farce des Hommes foudre
  • Scénariste : Loïc Verdier et Matthieu Alexandre
  • Dessinateur : Loïc Verdier
  • Editeur : Casterman
  • Parution : 22 août 2018
  • Prix : 22€
  • ISBN : 9782203168336
Résumé de l’éditeur : Comment un beatnik parti en trip à Katmandou, se retrouve enrôlé dans la résistance contre l’armée chinoise. Printemps 1959, Albertus, un jeune Européen venu au Népal avec un groupe d’amis, y croise Dolma, une jeune Tibétaine farouche et énigmatique. Cette rencontre le conduit malgré lui au Tibet, auprès des guerriers Khampas. Ces cavaliers nomades, surnommés les Hommes-Foudre par les Tibétains, mènent une guérilla contre l’armée chinoise, aidés secrètement par la CIA, et préparent une opération des plus sensibles…

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir