La saveur du printemps

Alors qu’il aimerait quitter la ville et la boulangerie de ses parents, Ari croise la route d’Hector. Et si ce garçon le faisait changer d’avis ? Kevin Panetta et Savanna Ganucheau imaginent leur rencontre dans La saveur du printemps, un joli boy’s love entre pâtisserie et musique.

Partir pour la musique

Aristote, dit Ari, est un jeune adolescent dont la passion pour la musique lui dévore la vie. Alors que sa sœur vient de se marier, il doit pourtant aider ses parents, propriétaires d’une boulangerie-pâtisserie. Mais cela ne l’enchante guère. Son diplôme en poche, il veut quitter le foyer familial et accompagner ses amis dans leur conquête de la ville. Leur groupe de musique, il y croit dur comme fer. Si c’est clair dans sa tête, il doit convaincre ses parents. Pas simple.

En attendant, il continue de travailler le pain et les viennoiseries. Comme la boutique ne tourne pas très bien, il est multi-tâches : il fait aussi les livraisons.

Hector, le beau cuisinier : une arrivée inattendue

Ari le sait bien, s’il veut partir, il va falloir qu’il trouve un remplaçant à la boulangerie. Il publie alors une annonce mais les candidats sont tous décevants. Jusqu’au jour où Hector sonne à la porte. Juste en touchant sa main, le jeune adolescent est bouleversé. Surtout que le nouveau venu est doué en cuisine. Arrivé d’un autre pays pour d’obscures raisons, il a suivi des cours dans une école culinaire.

Au fur et à mesure que le temps passe, Ari et Hector deviennent proches, au point que le premier tombe amoureux du second…

De la saveur du printemps, un album rafraîchissant

La saveur du printemps est construit comme une très jolie romance adolescente, à l’image des boy’s love en manga (Our Colorful of Days, Mes yeux rivés sur toi). Kevin Panetta imagine la rencontre tout en douceur entre Ari et Andrew. Pas d’effusions ni d’artifice dans cet album, tout est simple et au niveau des deux êtres humains. Ce récit intimiste est accrocheur malgré un début un peu poussif. Sa mise en place est parfois un peu longue.

Ce printemps (au niveau des saisons, et au niveau du cœur des adolescents, une nouveauté par Ari) est rafraichissant et agréable. Si Hector a déjà était en couple avec un garçon, Ari découvre tout cela. Il laisse parler son moi profond, tombe amoureux, peu importe le sexe de l’être aimé. Ainsi, les lecteurs observent cette idylle naissante et les premiers émois. C’est beau et très pur.

Si l’on  se doute facilement de ce qu’il va se passer dans l’histoire, l’intrigue est plus complexe, comme les affaires de cœur. Ari est intimidé, mais ne se pose pas de questions sur son homosexualité. Son esprit est bouleversé. Il navigue à vue, en étant à la merci de tout faire échouer comme il en a l’habitude. Hector va néanmoins apporter sa bienveillance et sa sagesse dans leur relation. Il fait du bien à Ari.

Cuisine et musique

La saveur du printemps est aussi agréable par deux autres thématiques en dehors de la romance entre Ari et Hector. Il a la cuisine. Comment cette boulangerie-pâtisserie devient l’écrin de leur amour ? Ce lieu, près de la fermeture, est aussi agréable, fait de moments de bonheur et de rires. Les lecteurs sont charmés par l’arrière-cuisine, les recettes et les ventes. Pour agrémenter son histoire, Kevin Panetta glisse deux/trois recettes faciles à confectionner.

L’autre thème : c’est la musique, avec en sous-texte l’indépendance vis-à-vis des parents. Si Cameron n’est pas un personnage sympathique (pourquoi, surtout qu’il ne change pas d’attitude), les ami.es d’Ari sont unis et aiment se réunir. Ensemble, ils avaient un projet de déménager dans une ville plus grande pour faire décoller leur groupe. Cette envie est contrecarrée par l’arrivée d’Hector et le nouveau couple de Cameron.

Un joli dessin aux tons vert-bleu

La saveur du printemps est aussi très agréable à la lecture grâce à sa partie graphique. Savanna Ganucheau réalise de belles planches construite numériquement. Pour son premier album de bande dessinée, elle crée des personnages chaleureux et attachants. Les pages sont rehaussées de teintes vert-bleu très réussies et apportant de la douceur au récit. Elle n’hésite pas à accentuer les ombres et les émotions des visages par un joli tramage. Son dessin est à la croisée du manga, du comics et même des standards européens, elle pourtant autrice australienne.

Loin d’être mièvre et sans intérêt, La saveur du printemps est une belle romance entre deux adolescents qui aiment la musique et la cuisine. Une jolie surprise proche des boy’s love manga.

Article posté le jeudi 20 août 2020 par Damien Canteau

La saveur du printemps de Kevin Panetta et Savanna Ganucheau (Jungle)
  • La saveur du printemps
  • Scénariste : Kevin Panetta
  • Dessinatrice : Savanna Ganucheau
  • Editeur : Jungle
  • Parution : 10 juin 2020
  • Prix : 17 €
  • ISBN : 9782822230445

Résumé de l’éditeur : Avant de déménager dans une grande ville avec ses amis pour se consacrer à la musique, Ari doit trouver quelqu’un pour aider son père dans leur boulangerie familiale qui connaît des difficultés. Alors qu’il fait passer des entretiens d’embauche, Ari fait la connaissance de Hector, un garçon passionné de cuisine. Peu à peu, une histoire d’amour naît entre eux.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir