La tournée

Après avoir écrit Sans K, Fretwell se lance dans un grande tournée de promotion de son livre dans des libraires, mais sans succès. Pire, il est soupçonné de meurtre. Andi Watson imagine ses aléas dans La tournée, un album surprenant et drôle chez çà et là.

Tournée Sans K

G.H. Fretwell prépare sa valise. Il emporte une douzaine d’exemplaires de son nouveau livre : Sans K. Il doit effectuer une tournée promotionnelle de son titre dans des librairies du pays.

Il dit alors au-revoir à sa femme, qui semble peu concernée, mais pas à son fils Oliver qu’il ne veut pas réveiller. Il prend le train et en profite pour lire les pages littéraires de son quotidien préféré.

Fretwell est accueilli par un homme moustachu qui part avec sa valise. Etonné par tout cela, il attend l’homme parti chercher sa voiture. Mais, il ne reviendra jamais, emportant avec lui ses livres. Un premier déboire qui en appellera bien d’autres.

Aucun livre vendu

Dans la première librairie, Fulgents, il fait la connaissance de Rebecca, l’employée. Rapidement, ils se rendent compte qu’aucun client n’est venu pour la dédicace.

Sans être vraiment vexé, il signe les livres de la vendeuse et regagne son hôtel. Le lendemain, chez Underwood, un nouveau libraire, des clients sont présents mais encore une fois, personne n’achète son livre…

La tournée vire au fiasco

Andi Watson laisse les récits intimistes (Points de chute, Ruptures) pour la vie en solitaire des auteurs en dédicace. Pour La tournée, l’auteur britannique mise sur les événements qui s’enchainent autour de Fretwell pour livrer un album étonnant et drôle.

L’auteur de Sans K ne semble pas être un grand écrivain, en tout cas reconnu. Plutôt réservé, intelligent et poli, il ne comprend pas bien tout ce qui lui tombe dessus, et en premier lieu une tournée de dédicaces qui tourne au fiasco. Les libraires d’habitude si enthousiastes, ne comprennent pas pourquoi aucun client ne pousse la porte de leur boutique pour acheter le livre et discuter avec Fretwell. Ils s’épanchent sur leur vie mais n’écoute pas celle de l’auteur en retour. Les petits tracas quotidiens des uns ne font pas le bonheur des autres.

Andi Watson met donc en scène les conditions pas toujours joyeuses d’un auteur en dédicace. Vraisemblablement sur ses propres souvenirs ou ceux de ses collègues.  Tel un VRP, Fretwell doit assurer lui même la promotion et la vente de ses livres, sur sa simple présence. Délicat. Il se retrouve souvent seul à l’hôtel. Ici, le romancier n’a en plus pas l’appui de son épouse. C’est avant tout lui qui l’appelle et se préoccupe de son fils Ollie.

Petit bijou surréaliste

En plus de ses déboires, Fretwell n’est pas gâté par Andi Watson. L’auteur de Breakfast after noon y ajoute une mystérieuse affaire de meurtres. Pris dans une spirale infernale, tout échappe au romancier. Dans un tourbillon, il est rattrapé par ce dossier. Pire, les policiers mais aussi les libraires, le soupçonnent. Tout cela à cause de cette maudite valise qu’on lui a volé. Le meurtrier en possède aussi une. Un rapprochement rapide qui inculpe le pauvre homme.

La deuxième partie de La tournée est donc surréaliste. Pris dans les affres de l’administration – ici Scotland Yard – Fretwell se retrouve comme les personnages de Kafka, en face de l’absurde et de l’illogisme. Cela apporte de la distance, ainsi que de la folie à l’album et c’est ce qui est drôle. Un homme pris dans la tourmente et qui ne sait pas comme s’en défaire.

Ambiance désuète et charmante

L’intrigue de La tournée est magistralement mise en scène par Andi Watson. La graduation de l’intensité se sent au fil des pages. Si les événements l’encerclent, Fretwell reste souvent stoïque et garde son flegme so british.

L’ambiance est à la fois désuète et charmante. Même s’il n’est pas daté, l’album semble se dérouler dans la première moitié du XXe siècle. Pas de portable, des cabines pour téléphoner et des librairies dans chaque ville.

Le charme de La tournée se situe aussi dans le dessin. Très simple, telles des caricatures du début du XXe siècle, il dégage pourtant une grande puissance.

La tournée : Dans quoi Fretwell a-t-il bien pu plonger ? Tourbillon kafaïen, cet album est d’une grande réussite !

Article posté le mercredi 20 février 2019 par Damien Canteau

La tournée de Andi Watson (çà et là)
  • La tournée
  • Auteur : Andi Watson
  • Editeur : çà et là
  • Prix : 22€
  • Parution : 15 février 2019
  • IBAN : 9782369902638

Résumé de l’éditeur : G. H. Fretwell, un petit auteur de romans peu connus, vit dans une petite ville anglaise, avec sa femme, Rebecca, qui ne lui prête pas une grande attention. Son nouveau roman, Sans K, vient de sortir et Fretwell se lance dans une tournée de rencontres en librairie pour en faire la promotion. Plus ou moins bien accueilli dans les librairies de son circuit, Fretwell ne réussit jamais à signer le moindre livre et passe des journées à arpenter des ruelles pour trouver son chemin. Délaissé par son éditeur qui a manifestement d’autres chats à fouetter, il attend impatiemment la parution d’une recension de Sans K dans la rubrique littéraire d’un grand quotidien, chronique qui ne viendra jamais. Les ennuis de Fretwell commencent quand il est interrogé par la police à propos d’une valise volée car son circuit est étrangement similaire à celui du « Tueur à la valise » , un tueur en série qui sévit à ce moment là. Fretwell va progressivement comprendre que la police le soupçonne… Le nouveau livre d’Andi Watson, qui paraît en première exclusivité en France, est un petit bijou d’humour noir au style graphique retro. On suit avec délice les déboires de cet auteur confronté à une situation où tout lui échappe, une histoire kafkaïenne, qui prend une tournure surréaliste au fur et à mesure que les problèmes s’amoncellent sur le chemin de Fretwell.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir