Le dernier des étés

Avant de se marier, Dani retourne dans la cité balnéaire où il passait ses vacances plus petit. Il pense pouvoir revoir son ami d’enfance. Ce très joli retour aux sources, Le dernier des étés, est imaginé par Alfonso Casas aux éditions Paquet.

« De tous les chemins qu je n’ai pas parcourus, le tien est celui auquel je songe le plus. »

2017. Dani va bientôt se marier avec Alex. Avant cela, il veut revenir dans le petit village où il passait ses vacances d’enfance avec ses parents. Avec son sac sur le dos, un appareil photos et son téléphone, il monte dans le car qui l’emmène là-bas. Où ça ? Là, où il pense qu’il pourra renouer avec son passé, pour mieux avancer dans la vie. Tourner enfin la page qui est restée en suspens.

Ces moments rares lui ont fait poser des tonnes de questions sur lui, sur les autres et ses relations aux autres. En avançant dans la nuit, il commence à se souvenir.

Dani et Poil de carotte : à la vie, à la mort

Pour être au plus près de la réalité, Dani emprunte le même car qui l’a fait venir la première fois avec ses parents. On est en 1988 et le soleil est à son zénith.

Ce premier été, il s’en souviendra toute sa vie. Pourquoi ? Parce qu’à peine descendu du bus, il aperçoit un petit garçon embêté par deux autres. Il s’en approche et entame le discussion. C’est le début d’une vraie histoire. Une histoire d’amitié, une histoire d’amour.

Poil de carotte et Dani s’amusent et rient. Ils sont inséparables. Tous les étés, ils se retrouvent dans cette station balnéaire. Un an, ça passe vite lorsque l’on veut retrouver les petits riens qui font un grand bonheur…

Le dernier des étés : la douceur et les souvenirs comme réconfort

D’une grande pudeur, d’une belle tendresse et doux, Le dernier des étés nous happe avec une incroyable efficacité. Les histoires d’amour en bande dessinée, on en a lu des tonnes mais des si justes et prenantes, rarement. Comme l’explique Alfonso Casas :

« C’est une histoire d’amitié, d’amour, de choix difficiles et de souvenirs du passé »

C’est en effet tout cela à la fois Le dernier des étés. Une nostalgie joyeuse et non plombante, un petit truc qui remonte en nous et auquel on peut facilement s’identifier. Des copains, des copines, des « anciens », on a en tous connu. Ceux qu’on aimait plus que tout au monde, avec lesquels on a rit, pleuré, fait les 400 coups mais que l’on a perdu de vue, par la force des choses, par la vie qui arrache sans s’en rendre compte. Ceux là, on aimerait bien les revoir et discuter comme si de rien n’était, comme si on pouvait reprendre la conversation au moment où elle fut interrompue.

Souvenirs d’été, souvenirs de vacances, tout est lié, tout est bon dans cet album. Si ce sont deux petits garçons, puis deux adolescents, on peut s’identifier à ces premiers émois même si l’on est hétéro. L’amour, c’est universel. Même si tout n’est frontalement dit – le lecteur peut se faire sa propre interprétation – l’on se doute.

Refermer une belle page

Dani en a besoin. Il a besoin d’aller voir, d’aller se confronter à son passé pour refermer un bonne fois pour toute, cette belle page ouverte 20 plus tôt.

L’auteur espagnol (Amores minúsculos, El final de todos los agostos) nous enchante par une justesse dans son propos mais aussi par une partie graphique douce et chaleureuse. Pour évoquer le présent, Alfonso Casas utilise le monochrome bleu et pour le passé, une gamme de couleurs vives. En plus d’une sur-couverture transparente, il insère des calques dessinés dans le fil de son récit. Un plaisir pour les yeux !

Une bonne nouvelle, les éditions Paquet annoncent Freddie Mercury, un nouvel album de Alfonso Casas pour le printemps. S’il est aussi bon que Le dernier des étés, son premier titre en langue française, alors on va patienter gentiment..

Article posté le mardi 26 février 2019 par Damien Canteau

Le dernier des étés de Alfonso Casas (Paquet)
  • Le dernier des étés
  • Auteur : Alfonso Casas
  • Editeur : Paquet
  • Prix : 25€
  • Parution : 16 février 2019
  • IBAN : 9782888909538

Résumé de l’éditeur : Souvent, le passé laisse un goût d’inachevé, des problèmes à résoudre, des questions qui nous poursuivent. C’est ce qui arrive au protagoniste de ce livre, Dani. Juste avant de se marier, sous prétexte d’un projet photographique sur le passage du temps, il se rend dans la ville côtière où il passait son été durant son enfance. Un lieu qu’il n’a pas foulé depuis vingt ans et qui, à mesure que l’histoire progresse, révèle l’importance qu’il a acquise dans sa vie, parce qu’il y découvre, entre autres choses, le sens profond de l’amitié. Le voyage physique, mais surtout intérieur, que Dani entreprend pour tenter de répondre à cette question de martèlement : « Et si …? ». S’articule dans une histoire émouvante, douée d’une tendresse exceptionnelle, qui éveille en nous la nostalgie de tout ce que nous laissons derrière.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir