Le fils du chien

Un homme à la cinquantaine est face à l’épreuve d’un cœur abîmé qui accélère dangereusement sa rythmique sous un mal de vivre habité par des démons intérieurs.

En pleine tourmente existentielle, Théodore jongle avec les rouages de sa vie aux abois qui se désynchronise en lui faisant penser qu’il n’est finalement peut-être qu’un fils de chien.

Comixtrip devient un huis clos, impossible d’échapper à cette thérapie intimiste. La séance commence : 7, 6, 5, 4, insérez votre carte vitale dans le lecteur.

Entre adultère et rencontre d’un père, la recherche de repaires.

Hanté par sa mauvaise conscience, ses faiblesses et des remords, Théodore erre sur l’île de Ré en tentant de réparer une vie désorientée.

Car cet homme, marié et père de famille, se sent encerclé et totalement enseveli dans des sables mouvants pendant ses vacances familiales. Et son cerveau mis à ébullition n’est certainement pas à flux tendu entre la présence inattendue de sa jeune maîtresse qui lui demande des comptes et la rencontre attendue d’un père biologique qui fait surface sur les rebours d’un passé qui se dévoile.

La belle idée de cet album est de donner vie,  sous un dispositif théâtral, aux nombreux dialogues intérieurs qui accaparent l’esprit de cet homme face à son questionnement intime, à ses désirs et envies paradoxes. On suit donc Théodore dans ces échanges plus ou moins agités ne  sachant pas toujours où il doit agir pour stopper la houle qui le projette sur un embarcadère des plus instable pour rester à la surface.

Une chronique douce-amère sur le sel de la vie

L’édition Marabulles permet au scénario d’acter sa filiation à l’écriture contemporaine de Deloupy (Impact) qui donne le bon ton à cette chronique  sur les tiraillements d’un homme en pleine confusion qui peine à faire face à une crise qui n’est pas sans répercussions sur sa vie personnelle.

Sous les dessins faussement simplistes de Céline Theraulaz (Maman et moi), le sentiment réaliste prend d’autant plus d’écho avec l’accent sur les  détails qui chahutent cet homme.

Le fils du chien est un album humain sur le fort retentissement psychologique qui peut intervenir pendant une période charnière d’un homme.

Article posté le dimanche 13 février 2022 par Gwénaëlle Favrais

Le fils du chien de Deloupy et Céline Théraulaz (Marabulles)
  • Le fils du chien
  • Scénariste : Deloupy
  • Dessinatrice : Céline Theraulaz
  • Editeur : Marabulles
  • Prix : 17.95 €
  • Parution : 12 janvier 2022
  • ISBN : 9782501146883

Résumé de l’éditeur : Véritable comédie dramatique en huis-clos sur l’île de Ré,Théodore navigue entre adultère et recherche du père. Marié et père de trois enfants, Théo est au bout du rouleau et prend ces vacances à bras le corps pour fuir une réalité qui va vite le rattraper… Sarah, sa maîtresse le rejoint alors qu’il venait de rompre sans lui donner d’explications. Jean-Paul, son père biologique vient de reprendre contact avec lui.

À propos de l'auteur de cet article

Gwénaëlle Favrais

Passionnée de lecture et de course à pied, Gwénaëlle aime dénicher des trésors de bande dessinée. Instagrameuse influente en BD, elle aime les récits intimistes et humains. Son Insta : https://www.instagram.com/runforbook/

En savoir