Le procès Papon

Pour commémorer la tenue du procès de Maurice Papon il y a 20 ans aux assises de la Gironde, les éditions Les échappés rééditent Le procès Papon, un fonctionnaire de Vichy au service de la Shoah, un album mémoriel signé Riss.

LE PROCÈS PAPON : 7 MOIS POUR COMPRENDRE

Entre octobre 1997 et avril 1998, Riss alors dessinateur de Charlie Hebdo mais pas encore son directeur, assiste au procès de Maurice Papon. Durant 7 mois, il a pris des notes et réalisé des croquis comme un vrai dessinateur de procès – comme l’était aussi son ami Tignous – pendant les 95 audiences qui devaient faire toute la lumière sur le rôle volontaire ou non et les décisions sciemment prises ou non par l’ancien secrétaire général de la Préfecture de Paris sous l’Occupation.

Le chef d’inculpation de crime contre l’Humanité était très rare à l’époque. Seuls Klaus Barbie en 1987 et Paul Touvier en 1994 avaient eu à rendre des comptes à l’Etat français sur cette thématique.

150 PAGES POUR DÉCRYPTER L’INIMAGINABLE

Comme le souligne Laurent Joly (historien et directeur de recherche au CNRS) : « Il fallait tout le talent de Riss saisir, en moins de 150 pages, l’intensité et la douloureuse cacophonie de ces quelques 95 audiences. »

L’album s’ouvre sur une double-page présentent les différents protagonistes de ce procès hors-norme afin que le lecteur se familiarise avec leur portrait : de Papon à Michel Slitinsky, en passant par le procureur général Desclaux, l’avocat général Robert ou les trois avocats de la défense Maîtres Varant, Rouxel et Vuillemin, ils sont tous présentés avant le procès.

Après seize ans de procédure, Le procès Papon peut enfin se dérouler. Au fil des pages, le lecteur découvre les arcanes du monde judiciaire, la dureté des témoignages d’anciens rescapés des camps, mais aussi la légèreté des cautions morales de Papon, la veulerie dans ses réponses, la naïveté de certains et toute la conscience éclairée des autres. Délicat pour le Préfet de Police de Paris de répondre aux questions précises posées face aux mots forts mais dignes de ces femmes et ces hommes blessés à vie dans leur chaire et leur honneur.

Encore actuellement, l’on se demande comment un homme comme Papon a pu exercer par la suite de hautes fonctions sans être inquiété : maire de Grezt-Armainvilliers, Préfet de Corse puis de Constantine mais aussi Préfet de Police de Paris où il sera mis en cause dans l’Affaire du Métro Charonne datant de 1962 (8 Algériens décédèrent sous les coups des policiers aux ordres de Papon) et enfin Ministre du budget de 1978 à 1981 sous le gouvernement Barre du président Giscard d’Estaing.

UN ALBUM PASSIONNANT

Album passionnant, parfois déroutant dans les mots de certains et œuvre mémorielle de premier plan, Le procès Papon est une bande dessinée de grande valeur historique. Le traitement en noir et blanc de Riss apporte encore plus de densité aux audiences relatées.

Véritable caricaturiste, il réussit avec talent à faire ressentir aux lecteurs, les émotions des protagonistes par des expressions de visages fabuleuses.

Maurice Papon sera condamné en 1998 pour complicité de crimes contre l’Humanité à la suite de son procès. Il est incarcéré à Fresnes puis à la Santé. Il sera remis en liberté en 2002 et décédera en 2007.

Article posté le mercredi 25 octobre 2017 par Damien Canteau

Le procès Papon de Riss (Les Echappés) décrypté par Comixtrip
  • Le procès Papon, un fonctionnaire de Vichy au service de la Shoah
  • Auteur : Riss
  • Éditeur : Les Echappés
  • Prix : 26€
  • Parution : 14 septembre 2017
  • ISBN : 9782357661370

Résumé de l’éditeur :  En 1997 : Maurice Papon est reconnu coupable de complicité de crimes contre l’humanité pour son rôle dans l’arrestation de 1 600 Juifs, alors qu’il était secrétaire général de la préfecture de la Gironde entre 1942 et 1944. Son procès aux assises a marqué les esprits. Parce qu’il a duré 6 mois. Parce que de nombreux témoins ont été appelés à la barre. Parce qu’il n’était pas sans remémorer le procès de Klaus Barbie (1987), lui aussi accusé de crime contre l’humanité. Parce qu’il fallait que justice soit enfin faite. Papon sera condamné à dix ans de réclusion criminelle et à la privation de ses droits civiques. A l’époque, Riss a suivi l’intégralité du procès. En théâtralisant les moments forts de cet événement historique, en s’intéressant aux petits détails (mouvement des mains, moue, soupir…), en expirmant l’intensité de ce moment historique, Riss nous fait vivre le procès comme si on y était. Le hors-série  » Procès Papon  » parut à l’époque s’est vendu à plus de 20 000 exemplaires. Son adaptation en BD le reprend en intégralité avec en complément des dessins inédits.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir