Le roman des Goscinny

Qui était vraiment René Goscinny ? Comment est-il devenu le génial scénariste qui se cachait derrière Astérix, Lucky Luke ou Le petit Nicolas ? Catel Muller a recueilli les confidences d’Anne, la fille du formidable auteur, afin de réaliser une très jolie bande dessinée, Le roman des Goscinny chez Grasset. Passionnant et drôle comme le fut Goscinny !

Raconter Goscinny en bande dessinée

René Goscinny était un génie, un scénariste hors-norme et un gagman de talent. Sa vie fut déjà contée dans plusieurs biographies : René Goscinny profession humoriste de Guy Vidal, La première vie d’un scénariste de génie de Christian Marmonnier ou la biographie signée Marie-Ange Guillaume. Ajouter à cela, de nombreux ouvrages sur les séries créées par le scénaristes et l’on pensait déjà tout connaître de sa vie et de son œuvre.

Pourtant, jamais, il ne fut évoqué René Goscinny par le médium qui l’a fait connaître : la bande dessinée ! Anne, sa fille, demande à Catel Muller de se pencher sur la vie de son père. Elle n’avait jusqu’à présent raconté uniquement la vie de femmes célèbres (Joséphine Baker, Kiki de Montparnasse, Benoîte Groult ou Olympe de Gouges) et refusa la proposition dans un premier temps. Qu’allait-elle pouvoir raconter de plus qui n’avait déjà été dit ?

L’autrice de La princesse de Clèves (avec Claire Bouilhac) prit un temps puis revint vers Anne. Elle lui demanda alors de la rencontrer pour qu’elle lui parle de son père. Ainsi naquit Le roman des Goscinny, René raconté par Anne.

Le roman de Goscinny : Une solide biographie

Le lecteur est de suite frappé par la justesse de cette bande dessinée. Il n’y a pas de fausses notes, elle est fluide, accrocheuse, palpitante – comme le cœur usé de Goscinny – passionnante et drôle ! Catel Muller s’est plongée dans les archives de la famille, a lu de nombreux ouvrages sur le scénariste et a surtout écouté Anne parler de son père, sans en perdre une miette. Comme le montre la bibliographie courant sur cinq pages, l’autrice a superbement travaillé son sujet.

Cette somme d’anecdotes, écrits et citations – bien digérés – donne une très jolie biographie dessinée : 342 pages fluides et haletantes. Parce que oui, René Goscinny eut une vie haletante, trop courte, mais tellement riche !

En plus, Catel Muller possède ce don de dessiner avec simplicité des choses souvent compliquées. Son trait tout en rondeur couplé à des grands aplats de couleurs qui barrent son dessin en noir et blanc donnent de belles planches. Elles sont agrémentées d’illustrations de René Goscinny, souvent des pépites et des inédits, en somme des raretés ! Elle alterne des moments dans le présent avec Anne et ceux dans le passé, où elle fait raconter la vie de René par lui-même.

René avant le génie Goscinny

Souvent contée, sa jeunesse fut belle en Argentine. Né à Paris dans le 5e arrondissement, René était le deuxième fils de Stanislas « Simkha » et d’Anna. Employé de la Jewish Colonization Association (une organisation qui facilitait l’émigration des juifs européens sur le sol américain), le père accepta une mission en Argentine à ce titre.

Avec Claude, son frère aîné de 3 ans, et ses parents, René embarqua sur un paquebot pour un voyage d’un mois jusqu’à Buenos Aires.

Dès son jeune âge, il dessine et recopie des illustrés de Tarzan ou des Pieds Nickelés. Il tombe aussi amoureux des pitreries du duo Laurel et Hardy. Cet exil permit à la famille d’échapper à un sort funeste pendant la Seconde guerre mondiale. Trois de ses oncles furent déportés et assassinés dans des camps de concentration. Les caricatures de Mussolini ou d’Hitler lui permirent de rire de ces grands massacres et de la Shoah. La judéité est importante dans la vie de René Goscinny.

« Si l’on avait vu Hitler sous l’angle grotesque, petit bonhomme agité, disant des stupidités, si autour de lui les gens avaient ri au lieu de le prendre au sérieux, ça aurait évité quelques millions de morts »

De Buenos Aires à New York

Son père décéda en 1943. Il tenta des petits boulots, y compris dans une agence de publicité. Sa mère décida alors de quitter l’Argentine afin rejoindre son frère à New York en 1945.

Après son service militaire à Aubagne, René revint aux Etats-Unis. Il le sait au plus profond de son âme, il veut faire du dessin animé et rencontrer son idole Walt Disney. Il dessine, dessine et dessine encore. Il publia même des albums jeunesse dans la collection Playtime des éditions Kunen Publishers.

Un gagman de génie

C’est à cette période qu’il rencontra aussi Harvey Kurtzman, John Severin et Will Elder, les créateurs du formidable magazine satirique MAD. Il fit alors quelques travaux pour eux. C’est là qu’il apprit le métier de gagman, dont il deviendra l’un des maîtres.

« La seule chose qui m’amuse sur cette terre, c’est de faire rire les autres… et je suis sérieux quand je dis ça ! »

La bande des 4

De retour en France pour des vacances, il rencontra sur le bateau Jean Monmarson. Cet homme lui confia que Jijé, un auteur belge, s’était installé dans le Connecticut.

Il fit alors la connaissance de l’auteur de Jerry Spring, qui lui présenta André Franquin et Morris. La bande des 4 était née ! New York les attendait. René Goscinny débuta son travail avec Morris sur Lucky Luke – il n’était pas encore crédité sur la couverture – puis vinrent les aventures de la World Press Compagnie de Georges Troisfontaine, TV Family, Jean-Jacques Sempé et le Petit Nicolas et enfin sa rencontre avec Albert Uderzo : Bellois, Johan Pistolet, Oumpah Pah et Astérix. Mais ça c’est une histoire que l’on connait…

« Quand j’ai entendu dire que le métier de scénariste est à la portée de premier imbécile venu, j’ai compris que j’avais trouvé ma voie. »

Le roman des Goscinny : pour tout connaître du génial scénariste. Une biographie dessinée abordable, accrocheuse, pétillante et distrayante !

Article posté le lundi 26 août 2019 par Damien Canteau

Le roman des Goscinny de Catel Muller (Grasset) avec Anne Goscinny
  • Le roman des Goscinny, naissance d’un gaulois
  • Autrice Catel Muller
  • Éditeur : Grasset
  • Prix : 24€
  • Parution :  28 Août 2019
  • ISBN : 9782246861003

Résumé de l’éditeur : Raconter René Goscinny en bande dessinée. Et lui donner la parole, au fond, pour la première fois. Tel est le projet de cet album exceptionnel. Un événement artistique. Et un livre de tendre amitié. Catel, célèbre dessinatrice, travaille depuis quatre ans, avec l’appui et l’amitié d’Anne Goscinny, à ce « Roman des Goscinny » – un roman graphique où tout est vrai. 320 pages magnifiques, en trichromie, où Catel nous raconte la vie de René Goscinny. Sa naissance, dans le Paris des années 20, au coeur d’une famille juive, exilée de Pologne et d’Ukraine. Son père, chimiste, fils de rabbin. Sa mère, née en Ukraine, ayant fuit les progroms. Son grand-père, imprimeur de journaux yiddish. Son grand-frère moqueur, Claude. L’enfance en Argentine, bientôt. Et les passions de René : le dessin, le rire, puis l’écriture. Catel nous emmène dans un voyage familial marqué par l’histoire, entre l’Amérique et l’Europe. Tandis que le jeune René cherche sa voie, lui le « paresseux contrarié », une partie de la famille meurt dans les camps d’extermination. René part à New York, frappe à toutes les portes, dessine et vit dans la pauvreté avec sa mère. A Bruxelles puis à Paris, il trouvera peu à peu sa vocation : non pas dessiner, mais écrire, scénario, sketchs, histoires. Goscinny crée, avec Uderzo, le personnage d’Astérix, qui devient très vite célèbre dans le monde entier ; mais aussi le Petit Nicolas avec Sempé. Et il est le grand scénariste de Lucky Luke et de Iznogoud. C’est aux portes du « célèbre village gaulois » que s’arrête le premier tome du « Roman des Goscinny » : alternant avec force et tendresse des épisodes de la vie de « René » ; et ceux racontés par sa fille Anne à son amie donnant une vérité, une drôlerie et une émotion à ce projet fondateur.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir