L’été diabolik

Pour Antoine, les vacances estivales de ses 15 ans sont « l’été de l’amour ». A la suite d’un match de tennis contre son grand rival, son existence et celle de son père vont être bouleversées. Alexandre Clérisse sur un scénario de Thierry Smolderen, conte cette folle histoire dans L’été diabolik, aux éditions Dargaud.

MATCH SANGLANT

Antoine Lafarge est un jeune homme très doué de 15 ans : l’école comme le tennis, il s’y sent comme un poisson dans l’eau. Avec son père, homme d’affaires, ils logent dans un belle villa dans le Sud de la France.

Accompagné de son paternel très soucieux, Antoine défie Erik au tennis. Depuis quelques années, les deux jeunes ados s’affrontent régulièrement dans des matchs serrés. Si leur adversité se dévoile sur les cours, ils s’entendent très bien en dehors; ce qui n’est pas le cas de leurs pères respectifs qui s’invectivent dans les tribunes.

Enervé par la défaite d’Erik, son père poursuit même les Lafarge en camionnette. Seulement, dans un virage, le véhicule tombe dans un ravin. Il meurt sur le coup.

L’ÉTÉ 1967, L’ÉTÉ DE L’AMOUR

Pour Monsieur Lafarge, personne ne doit connaître la course-poursuite: l’affaire est remisée au fin fond des mémoires. Ne sachant pas la vérité Erik se rapproche d’Antoine. Ils deviennent amis et en profitent même pour passer de bons moments avec des filles et de l’alcool lorsque le père part 15 jours pour « ses affaires ».

L’ESPIONNAGE AU CŒUR DE L’ALBUM

Pour décliner sa très belle histoire, Thierry Smolderen lui fait prendre la forme d’un vrai-faux roman écrit par Antoine Lafarge édité par Clairville. Il raconte les deux moments forts de son existence, le tout sous forme de chapitre : un en 1967 et l’autre 20 ans plus tard. En procédant ainsi, le lecteur de l’album acquiert les éléments de l’intrigue et peut ainsi remonter son fil.

La grande force du récit de l’auteur de Retour à Zéro (avec Laurent Bourlaud, Ankama) est de perdre le lecteur par la multiplication des pistes et de la construction d’une intrigue à tiroirs. Cette étonnante histoire se mue rapidement en récit d’espionnage où  la recherche de la vérité par le personnage principal prend une allure de très bon polar. D’ailleurs lorsqu’il la découvrira au fil des pages, elle se révèlera surprenante et inattendue.

En mettant en scène l’album dans les années 60, il rend ainsi hommage aux récits noirs américains tels les James Bond en pleine Guerre Froide. Il fait aussi dévier son scénario vers la Seconde Guerre Mondiale, le communisme et le nazisme. Ajouter à cela les premiers émois amoureux et même une thématique sur le viol et le lecteur est emporté.

UNE FORMIDABLE PALETTE DE COULEURS

Découvert grâce à l’album Souvenirs de l’empire de l’Atome (déjà avec le même scénariste, Dargaud, 2013), Alexandre Clérisse enchante le lecteur par une formidable partie graphique. Singulières et d’une folle originalité, ses planches rendent un bel hommage aux Sixties. Son sens aigu du découpage et de la mise en scène (il joue sur les formes) lui permettent de livrer de très belles planches aux couleurs d’une belle variété.

Article posté le samedi 16 janvier 2016 par Damien Canteau

Les 20 indispensables de l'été une sélection de l'ACBD, mise en lumière par Comixtrip le site BD de référence
  • L’été diabolik
  • Scénariste : Thierry Smolderen
  • Dessinateur : Alexandre Clérisse
  • Editeur : Dargaud
  • Prix : 21€
  • Sortie : 08 janvier 2016

Résumé de l’éditeur : Un agent secret sorti de nulle part, un accident dramatique, une fille troublante et la disparition de son père, le tout en deux jours… Pour Antoine, 15 ans, l’été 1967 sera celui de toutes les découvertes. Après Souvenirs de l’empire de l’Atome, les auteurs proposent un nouveau cocktail détonant et jouissif : un scénario particulièrement haletant, entre espionnage et littérature, passé au mixeur graphique de Clérisse qui, cette fois, mélange les références des fumetti à David Hockney.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir