Longue vie

Comment un simple berger est-il devenu roi de tout un pays ? Stanislas Moussé raconte cette ascension dans Longue vie, un album sans texte entre morts et créature fantastique, entre loufoquerie et yeux inquisiteurs. Surprenant !

Famille décimée

Dans une clairière au milieu de la forêt vit une famille composée d‘un jeune berger, de ses parents et de ses frères et sœurs. Tout semble paisible pour elle. Le beau temps arrivant, le berger part en transhumance avec son troupeau de vaches en haut de la montagne. Il met petit à petit en place sa saison d’été.

En bas, sa mère s’occupe du linge à la rivière tandis que ses frères et sœurs s’amusent ou pêchent. Non loin de là, un groupe de mercenaires armés jusqu’aux dents s’approchent lentement. Ils les menacent.

De son alpage, le berger voit la scène. Il dévale la montagne mais en vain. C’est un carnage. Ses parents, son grand-père, ses frères, ses soeurs et ses animaux sont massacrés. La ferme brûle.

De la vengeance au trône

A peine les corps inhumés, le berger parcourt la campagne pour retrouver les auteurs de ce crime odieux. Avec sa seule hache, il tue les quatre meurtriers, mais il est blessé.

Quelques temps plus tard, un groupe de soldats le sauve et l’emmène dans son repaire au fond d’une immense grotte. Plusieurs jours passent, il est guéri. Il fait dorénavant partie de ce clan qui combat un autre.

Après avoir massacré le poste avancé de leur adversaire, le groupe du berger est fait prisonnier. Des combats se succèdent, les morts se multiplient jusqu’à l’avènement sur le trône de cet homme sans famille…

Longue vie au berger, longue vie au roi

Longue vie est un album surprenant. Ses deux cent pages sont sans texte et fourmillent de détails. Les superbes planches de Stanislas Moussé sont foisonnantes. C’est ce qui marque lorsque les lecteurs ouvrent l’album. Les hachures sont impressionnantes. Représentant les feuilles des arbres, les brins d’herbe ou les rondins de bois, ils donnent un effet de masse et de vie spectaculaires.

Tout est minutieusement et méticuleusement dessiné. Les personnages et les animaux sont d’une grande rondeur. Ils semblent mignons mais sont d’une cruauté immense.

Si le récit de Longue vie est muet, il est néanmoins très bavard. Stanislas Moussé nous interroge énormément par les détails de ses pages. Dessinées au rotring, les pages en noir et blanc font tourner les têtes. Là des oiseaux, ici des yeux inquisiteurs, plus loin des animaux, tout est vertigineux.

Longue vie : l’histoire d’un homme

Influencé par les sagas familiales de Zola (Les Rougon-Macquart), Stanislas Moussé à tout d’abord voulu raconter l’histoire d’un homme dans Longue vie. Les étapes de sa vie, sa quête de justice et son accession au poste suprême de roi sont au cœur de ce récit fantastique, entre Game of Thrones et Où est Charlie ?. L’essence même du livre, c’est donc le temps qui passe. Il est d’ailleurs symbolisé par un arbre imposant qui grandit au fil des pages.

Né en 1986, l’auteur de Chaos (Super Loto Editions, 2018) voulait aussi que son histoire débute dans la montagne, un univers qu’il connait bien pour y habiter. Avec sa famille, il vit dans le massif des Bauges, une chaîne de montagnes entre Savoie et Haute-Savoie. Là, il partage son temps entre le dessin et son travail de gardien de troupeau de vaches, comme son héros.

De l’art de la guerre

Dans les pas de Capitaine Mulet de Sophie Guerrive, Longue vie est aussi un album sur la guerre. S’il peut convenir à des enfants à partir de 10 ans, il met en scène beaucoup de scènes de combats et de nombreux morts. C’est ainsi que vivaient nos ancêtres, une alternance de récoltes-élevage à la ferme et des guerres incessantes qui tuent et affament les simples paysans.

Stanislas Moussé parsème son récit de toute cette horreur qui fait roi. Les sujets combattent et les décès se multiplient pour garder et agrandir son territoire.

S’il compose ses planches comme des illustrations indépendantes, cela peut parfois gêner la lecture dans sa fluidité. Avec des personnages un peu trop proches physiquement, voilà les deux bémols de cette premier livre qui en appelle d’autres pour former un saga familiale. Le deuxième opus se concentrera sur le fils du roi parti du château pour voler de ses propres ailes.

Longue vie : un imposant ouvrage sans texte fourmillant de détails. Le début d’une fresque prometteuse aux éditions Le Tripode.

Article posté le vendredi 03 avril 2020 par Damien Canteau

Longue vie de Stanislas Moussé (Le tripode)
  • Longue vie
  • Auteur : Stanislas Moussé
  • Éditeur : Le Tripode
  • Prix : 20 €
  • Parution : 16 avril 2020
  • ISBN : 9782370552181

Résumé de l’éditeur : Il était une fois un monde pacifique, où les hommes vivaient en harmonie avec la nature et les bêtes. Un beau jour, une armada d’êtres mi-hommes mi-bêtes débarque, pillant tout sur son passage. Un berger, dont la famille a été massacrée, réclame vengeance. C’est pour lui le début d’un long périple où l’attendent des ennemis toujours plus monstrueux et des périls toujours plus effroyables… Dans Longue vie se déploie un style foisonnant qui peut se rapprocher de celui de Sophie Guerrive ou de Christophe Hittinger. Longue vie : œuvre atypique, composée de dessins réalisés au rotring. Singulière, précise, chaotique, chaque page est une géographie où voyage le regard du lecteur.

 

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir