Mégafauna

Timoléon, jeune médecin, s’aventure du côté de la grande muraille érigée par les Nors, descendants des Néandertaliens. La rencontre avec ses êtres pas si primitifs que cela est mise en scène dans Mégafauna, le merveilleux conte de Nicolas Puzenat, édité par Sarbacane. Vivifiant et passionnant.

Les Nors : ennemis de toujours ?

« An 1488 après Kmaresh. Le monde est peuplé de deux espèces humaines, séparées par une immense Muraille, bâtie siècle après siècle. Alors que la majorité des terres est occupée par les homo-sapiens, une partie de l’Europe reste aux mains de leurs rivaux, les Néandertaliens, connus sous le nom de Nors. »

Timoléon de Veyres est un tout jeune médecin. Toujours accompagné de Pontus, son ami fidèle, il multiplie les expériences sur les Nors, comparant notamment leurs cranes avec ceux des homo-sapiens.

Alors qu’il a peur que son oncle ne l’envoie dans un monastère, ce dernier décide de lui confier une mission périlleuse : l’envoyer à Eelbaar, du côté de la grande murailles des Nors afin d’établir un lien entre Vorel, leur chef et le roi Pinbragne, celui de Timo.

Entrer dans l’inconnu

Timoléon se met en route pour Eelbar, accompagné par Pontus. Juste avant son départ, son oncle lui donne un blason sur lequel figure les armes du roi, un laissez-passer à l’entrée de la muraille. Il leur faut deux semaines pour atteindre leur but.

Accueillis par deux grandes soldates, ils pénètrent dans ce lieu inconnu et insolite. Alors qu’un rite de sacrifice est en cours, ils arrivent devant Vorel

Mégafauna : et si les néandertaliens n’avaient pas disparus de la surface de la terre ?

Alors que de nombreuses recherches archéologiques en cours actuellement autour des Néandertaliens – notamment pourquoi ont-ils disparu de la surface de la Terre – Nicolas Puzenat s’inscrit dans cette période propice aux nouvelles hypothèses historiques. Avec Mégafauna, il imagine que ces hominidés existaient encore à l’époque médiévale. Vivant reclus derrière un mur gigantesque, ils seraient donc très proches des homo-sapiens.

Ce conte est donc construit comme une formidable uchronie, dont jusqu’à présent personne n’avait osé s’aventurer. L’auteur d’Espèces invasives s’embarque de ce côté-là de l’Histoire pour la réinventer. Et c’est fort, intelligent et passionnant !

Un Game of Throne darwinien ?

Afin de retisser des liens entre les Nors et les habitants du royaume de Pinbragne, Nicolas Puzenat invente Timoléon de Veyres, un médecin curieux, pas téméraire mais prêt à tenter l’aventure.

Tels les explorateurs naturalistes du XVIIIe siècle comme les Français Buffon, Commerson et Bougainville mais également le britannique Darwin, Timo griffonne ses carnets afin d’y compulser toutes ses découvertes autour des Nors. Caractéristiques physiques et morales, ainsi que leurs us et coutumes, tout est noté avec soin. En ce sens, le jeune médecin ressemble à ces explorateurs de l’époque moderne. Mégafauna s’inscrit ainsi dans les pas Des voyages de Gulliver de Jonathan Swift ou encore ceux philosophiques de Candide et Zadig de Voltaire, de Usbek et Rica héros des Lettres persanes de Montesquieu.

Ajouter à cela des tensions entre les deux peuples, une muraille et l’on pourrait se croire dans une reviste de Game of Thrones.

Amour, descendance et savoirs

Mégafauna aborde des thèmes multiples, toujours exploités avec habileté par Nicolas Puzenat. On apprend ainsi que la descendance (avoir des enfants) est compliquée chez les Nors. Leur espèce se meurt car ils ne s’ouvrent pas aux autres. Cet entre-soi consanguin risque de les faire disparaître. Ainsi lorsque Timo s’éprend de l’une des Nors, on rêve à un rapprochement physique donc une rupture avec cette fin inéluctable.

Les savoirs et les sciences sont aussi au cœur de l’album. Le jeune médecin tente des expériences pour découvrir les différences entre les deux peuples. Ces hominidés sont-ils complémentaires ou trop éloignés pour vivre en bonne harmonie ? En cela, Nicolas Puzenat prouve tout son amour pour les sciences quelles soient expérimentales, fondamentales ou humaines.

Mégafauna bénéficie d’une sublime partie graphique. Si son trait semble simple, il est d’une redoutable efficacité. Son dessin est beaucoup plus que naïf, il est complexe et très beau. Les grands aplats de couleurs renforcent son trait et l’ambiance douce-amère du récit.

Le découpage et le récit de Mégafauna pourraient donner des idées à certaines cinéastes. Et si cet album fort et prenant pouvait voir le jour en film ?…

Article posté le dimanche 30 mai 2021 par Damien Canteau

Mégafauna de Nicolas Puzenat (Sarbacane)
  • Mégafauna
  • Auteur : Nicolas Puzenat
  • Editeur : Sarbacane
  • Prix : 18 €
  • Parution : 03 mars 2021
  • ISBN : 9782377316144

Résumé de l’éditeur : Et si Néandertal n’avait pas disparu ?… Pourquoi les Nors, descendants de Néandertal, ont-ils dressé une muraille impénétrable entre eux et les descendants de Sapiens, coupant subitement tout commerce avec leurs rivaux de toujours ? Pour répondre à cette question dont dépend la paix du royaume, Timoléon de Veyres, jeune médecin tout juste promu, doit aller sur ordre du prince, et au péril de sa vie, à la rencontre de ce peuple étrange au physique rustre et primitif, mais dont le savoir et les richesses immenses sont convoités par les Hommes… En compagnie de Pontus, être pusillanime, mais ami fidèle, Timo s’embarque dans un voyage initiatique et sensuel qui changera définitivement son regard sur le monde…

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée). Il est le rédacteur en chef du site Comixtrip.

En savoir