Megg, Mogg and Owl à Amsterdam

Après deux tomes très réussis, Simon Hanselmann est de retour avec un troisième volume des aventures déjantées et sous différentes addictions de Megg, Mogg and Owl. Publié par Misma, le lecteur suit les trois héros à Amsterdam.

MEGG, MOGG AND OWL : SORCIÈRE, CHAT ET CHOUETTE

Comme d’habitude, Megg, Mogg and Owl s’ennuient ferme. Si les deux premiers n’en branlent pas une toute la journée, fument à qui mieux mieux, boivent comme des trous et passent du temps ensemble au lit, le troisième travaille et surtout pique des colères quand rien n’est rangé dans leur maison.

Colocataires déjantés, Megg est une sorcière dépressive et qui adore la fumette, Mogg est le chat hyper-sexué qui ne pense qu’à ça et qui aime les plaisirs charnels avec Megg, tandis que Owl est une chouette compréhensive, travailleuse et qui est le souffre-douleur des deux premiers (lui cachent son ordinateur, le font tourner en bourrique, l’insultent ou le frappent).

DROGUE, TENSIONS ET ROCK’N’ROLL

Le temps ne passe pas très vite quand on a rien à faire. Alors les personnages s’essaient à toute sorte de nouveautés pour planer. De plus, la pauvre Megg se sent souvent seule au milieu de plein de mâles, sans amies filles, elle ne peut pas partager ses doutes ou ses envies avec d’autres femmes. C’est pourquoi, elle se rend chez Booger, une femme à écailles de toutes les couleurs. Ensemble, elles préparent une fête pour la sœur de Booger et ses amies. Mais comme d’habitude, rien ne se passe comme la sorcière le voudrait et finalement, elle se sent mieux avec Megg et Owl.

Les tensions sont fréquentes chez les trois amis. Il faut dire que les soirées alcool-drogues à trois ou avec les amis ne se terminent jamais bien et les lendemains matins il faut ranger. Chat et sorcière ne veulent jamais le faire et c’est toujours la pauvre chouette qui s’y colle.

MEGG, MOWL AND OWL  DANS LA CAPITALE HOLLANDAISE

Les deux amants, Megg et Mogg, décident de faire une petite virée à Amsterdam, l’autre pays de la fumette ! Les coffee-shop sont surtout au menu de cette escapade planante. Rapidement, la sorcière et son compagnon à poils s’ennuient et proposent à Owl de les rejoindre alors qu’il n’était pas du tout convié au départ.

Même s’il était heureux d’être enfin seul et tranquille chez lui, il accepte la proposition. Valise de godes, balades en vélo et visite de musées. Pendant ce temps-là, chez eux Werewolf a pris possession de leur maison…

COMBAT ENTRE LE VICE ET LA VERTU ?

Si les addictions de Megg et Mogg sont importantes, les rendent fous et hyper-dépendants, la sagesse de Owl les rend aussi complétement fous. Toujours dans un état second, les deux premiers n’ont aucune limite, pas du tout politiquement corrects et c’est cela qui plait énormément dans l’album. Le lecteur prend un plaisir coupable à la vision des délires alcooliques et sexuels des protagonistes. Ce qui nous interroge beaucoup sur les notions de bien et mal, de vice et de la vertu. Le vice serait incarné par la sorcière et le chat, tandis que la vertu le serait par la chouette.

Comme d’habitude, Simon Hanselmann nous attire, nous révulse, nous enchante, nous déstabilise et nous raconte une jeunesse australienne (voire mondiale) paumée mais qui a une vraie soif de vivre.

C’est chaud, c’est fun, c’est barré, c’est complétement dans l’air du temps. A dévorer sans modération !

Article posté le mercredi 12 octobre 2016 par Damien Canteau

Megg, Mogg and Owl à Amsterdam de Simon Hanselmann (Misma) décrytpé par Comixtrip le site BD de référence
  • Megg, Mogg and Owl à Amsterdam
  • Auteur : Simon Hanselmann
  • Editeur : Misma
  • Prix : 25€
  • Parution : 19 septembre 2016

Résumé de l’éditeur : Megg et Mogg s’envolent en amoureux à Amsterdam, laissant Owl, qui aurait bien aimé les accompagner, tout seul. Ahhh Amsterdam ! Ses tulipes, son fromage hollandais, ses balades à vélos, ses jolis canaux… et surtout ses « Coffee shops », fameux bars à cannabis où l’on peut fumer en toute convivialité. L’euphorie de nos deux tourtereaux ne va être que de courte durée : à peine arrivés sur le sol néerlandais, ils réalisent en ouvrant leur valise qu’ils ont oublié leurs antidépresseurs. Il pleut, il fait froid et la ville n’a alors plus du tout le charme escompté. De son côté, Owl a une paix royale. La maison est étincelante de propreté et personne n’est là pour gâcher ce délicieux moment de tranquillité. Enfin, personne… C’est vite dit. Voilà ce bon vieux Werewolf Jones qui débarque à l’improviste et décide de taper la grosse incruste….

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir