Mildiou

Publié pour la première fois en 1994 au Seuil, Mildiou, l’un des chefs-d’œuvre de Lewis Trondheim, s’offre un nouvelle jeunesse avec une version publiée par L’Association. Humour, action et aventure dans cet excellent album fantasy.

MILDIOU L’USURPATEUR

La révolte fait rage. Les royalistes tentent de chasser l’infâme Mildiou qui a usurpé le trône. De retour, le Roi souhaite reprendre sa place. Mais c’était sans compter sur l’usurpateur qui ne l’entend pas de cette oreille.

Malgré les paysans loyalistes et alors qu’il est acculé, il ne rend pas les armes. Aigri, il se choisit un dernier adversaire pour le panache. Il désigne alors le pauvre Lapinot qui n’a absolument rien demandé à personne. Il faut souligner que la victime semble des plus inoffensives, frêle et assez naïve. Mais au grand dam de Mildiou, il se révèle très habile.

FOLLE COURSE-POURSUITE

Mildiou le sait, en sacrifiant Lapinot, il installe la peur et sera de nouveau craint par les paysans. C’était sans compter sur le lapin bondissant.

Sautant et esquivant, Lapinot arrive à échapper à Mildiou. Plus ingénieux et au verbe haut mais toujours dans la peur et l’incompréhension, il arrive à s’échapper. D’acrobaties en bonds, la course-poursuite débute dans un rythme effréné…

MILDIOU : ACTION ET HUMOUR

Mildiou s’inscrit dans les pas de Lapinot et les carottes de Patagonie, édité en 1992, une suite déjantée et décalée. Par un humour de situations et des répliques faisant mouche, Mildiou est plaisant et fait beaucoup rire.

Le récit de Lewis Trondheim simple dans sa construction et son fil conducteur – une course entre un méchant et un gentil – est des plus ténus mais diablement efficace. Il n’a qu’une chose en tête : raconter un combat sans fin délirant. La grande force de Mildiou réside dans l’absence de contrainte concernant l’histoire et des cases qui s’enchainent. Il multiple les scènes de combats, met ses personnages tourbillonnants dans des situations rocambolesques, le tout avec beaucoup de joie et de folie.

Comme à son habitude, l’auteur de Coquelicots d’Irak (avec Brigitte Findakly) utilise des animaux anthropomorphes pour se donner encore plus de possibilités narratives que de simples personnages humains. Il les maltraite, à la manière des toons, pour le plus grand plaisir de ses lecteurs. Pour pimenter son récit, il utilise comme toile de fond un Moyen-Age fantasmé, avec un Roi, des chevaliers et des complots de cour.

23 ans plus tard, nous sommes heureux de retrouver l’un des premiers ouvrages de Trondheim et son personnage fétiche (il a réalisé une quinzaine d’albums avec Lapinot, ainsi que quatre histoires sans Lapinot). Il y là aussi le Roi,  Nadia et Richard (alias Mildiou). Son trait en noir et blanc virevoltant lui permet de mettre beaucoup de mouvements dans ses planches. Une pépite !

Article posté le vendredi 28 avril 2017 par Damien Canteau

Mildiou de Lewis Trondheim (L'Association) décrypté par Comixtrip le site BD de référence
  • Mildiou
  • Auteur : Lewis Trondheim
  • Editeur : L’Association, collection Hors-Collection
  • Prix : 13€
  • Parution : 21 avril 2017

Résumé de l’éditeur : Mildiou est un usurpateur de la pire espèce, un parasite bien nommé qui, par la force, l’oppression et la malhonnêteté, s’est arrogé le titre du roi. Fort heureusement la révolte du peuple a eu raison de lui et le roi légitime est de retour. Mildiou doit admettre sa défaite mais il ne peut s’y résoudre sans se désigner un dernier adversaire qui sera sa victime expiatoire. Au hasard de la foule, il choisit le plus faible, le plus inoffensif, le plus naïf : un lapin qui n’a rien demandé, le malheureux Lapinot. Le voilà alors embarqué dans une folle course-poursuite ! Dans ce livre qui marque ses débuts, Lewis Trondheim se montre aussi agile que son fameux lapin en menant un récit frénétique qui ne s’essouffle jamais. Si Mildiou manie l’épée, Lapinot manie le verbe et la traque devient une formidable joute verbale où le plaisir des dialogues ne cède en rien à celui de l’action. Rebondissements, ripostes et répartie sont les moteurs d’un face à face où la raison du plus fort est constamment démentie. Initialement publié au Seuil en 1994, Mildiou faisait suite au feuilletonnesque Lapinot et les carottes de Patagonie ; sa logique réédition à L’Association révèle d’autant plus la continuité entre ces deux livres qui contiennent déjà le bel avenir de Lapinot.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir